Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Comment choisir une bonne auto usagée

Par Mise en ligne : 19 août 2019  |  Magazine : septembre 2019

Shutterstock.com

achat-auto-usagee Shutterstock.com

Vous souhaitez acheter un véhicule de seconde main sans vider votre compte d’épargne ? Voici des conseils d’experts pour faire un bon choix.

Acheter une voiture d’occasion sans la faire inspecter, c’est risqué. Vous pourriez vous retrouver vite fait avec une foule de réparations à payer, en plus des versements pour le prêt-auto. L’inspection n’est toutefois pas la seule chose à considérer. Suivez le guide !

1. Faites vos recherches et soyez réaliste
2. Établissez un budget
3. Choisissez votre type de vendeur
4. Examinez et essayez le véhicule
5. Scrutez les dossiers
6. Exigez une inspection
7. Calculez avant de signer

Avant l’achat

Nous avons fixé le budget pour l’achat de la voiture à 6 000 $. En dessous de ce montant, les bons véhicules d’occasion – du point de vue du kilométrage et des frais d’entretien – sont plus rares.

1. Faites vos recherches et soyez réaliste

La première étape pour vous consiste à réfléchir à vos besoins, et pas seulement au type de véhicule dont vous rêvez. Quels déplacements ferez-vous ? Qu’est-ce qui est vraiment important pour vous : l’économie d’essence, l’espace intérieur, la taille du coffre ? Cela vous orientera vers une catégorie précise de véhicule.

« Restez pragmatique : il vous faut une voiture fiable et bien entretenue, conseille Jesse Caron, expert automobile et coordonnateur des essais routiers à CAA-Québec. Avec un budget de 6 000 $, oubliez les coûteuses tractions intégrales, les VUS et les flaflas comme le toit ouvrant ou les accessoires. Les seuls “extras” à considérer sont les systèmes améliorant la sécurité routière, par exemple un régulateur électronique de stabilité [aussi appelé ESP]. » Jesse Caron souligne qu’à ce prix-là, il faut vous attendre à un véhicule d’entrée de gamme, soit un modèle de base avec peu d’options, mais pouvant encore rendre de bons services. « Une voiture bien entretenue peut rouler environ 300 000 ou 350 000 km sans nécessiter de réparations majeures », évalue-t-il.

« Acheter une auto usagée équivaut à acheter son historique et la façon dont elle a été conduite et entretenue. Ces éléments sont plus importants que le kilométrage et le prix », ajoute Richard Léger, « chasseur de véhicules d’occasion » depuis plus de 15 ans.

Une erreur à ne pas commettre : acquérir un vieux modèle de sportive ou de voiture de luxe – essentiellement une européenne, comme une BMW ou une Mercedes – vendu à un prix intéressant, mais qui vous entraînera dans un gouffre financier en frais d’entretien et en réparations en raison de sa mécanique complexe.

Y a-t-il moyen de se fier à quelques valeurs sûres ? « Les autos japonaises constituent souvent de bons choix. Même si ce n’est pas une règle absolue, elles sont bien construites, et la mécanique demeure simple et facile à réparer. La coréenne Hyundai a aussi beaucoup gagné en fiabilité depuis une dizaine d’années », mentionne Jesse Caron. Les nord-américaines ne sont pas à dédaigner non plus, même si certaines – les Fiat Chrysler, notamment – exigent davantage de réparations que la moyenne.

Enfin, il existe plusieurs outils, guides et magazines qui vous permettront de vous renseigner sur les différents modèles, d’établir des comparaisons et de détecter les problèmes mécaniques récurrents. Protégez-Vous propose à ses abonnés une liste non seulement de voitures d’occasion recommandées, mais aussi de « citrons » à éviter. Sur le site de CAA-Québec, vous trouverez également les fiches de l’Annuel de l’auto d’occasion.

De même, consulter la Banque de données des rappels de sécurité automobile de Transports Canada se révèle une bonne idée. « On peut vérifier si un modèle est sujet à des rappels à répétition, ou si une pièce est systématiquement défectueuse dans un modèle de telle année », précise Jesse Caron. 

2. Établissez un budget, entretien compris

En plus du coût d’acquisition du véhicule, vous devrez prévoir un budget suffisant pour les changements d’huile, de nouveaux pneus et les réparations qui apparaîtront au fil du temps. Selon Jesse Caron, pour une voiture ayant parcouru de 150 000 à 200 000 km, il faut vous attendre à changer notamment les roulements à billes de même que les plaquettes et étriers de freins, ainsi qu’à faire réparer différents capteurs électroniques, le système antipollution et des fuites d’essence. Les experts consultés ici évaluent à environ 1 000 $ par an le budget qu’il faut consacrer à ces travaux.

En prévision de ces réparations, « l’idéal est de payer votre nouvelle voiture d’un coup, ou encore de pouvoir verser un bon montant initial afin de ne pas avoir à faire face à deux postes de dépenses en même temps (remboursement du prêt et entretien) », souligne Jesse Caron.

3. Choisissez votre type de vendeur

Est-il préférable d’acheter d’un concessionnaire, d’un revendeur d’autos usagées ou d’un particulier ? Richard Léger estime qu’il vaut mieux faire affaire avec un particulier, si possible le premier propriétaire du véhicule. « Cela permet généralement d’obtenir l’historique détaillé de l’entretien du véhicule », fait-il valoir. Sachez toutefois que, si vous achetez d’un individu, vous ne bénéficierez pas de la protection offerte par la Loi sur la protection du consommateur (voyez l’encadré). George Iny, président de l’Association pour la protection des automobilistes (APA), souligne qu’un commerçant demandera davantage qu’un particulier – parfois de 1 500 à 2 000 $ de plus. 

D’ailleurs, méfiez-vous des « faux particuliers », c’est-à-dire des revendeurs qui se font passer pour des propriétaires de voiture, évitant ainsi d’obtenir un permis de vendeur de véhicules d’occasion auprès de l’Office de la protection du consommateur (OPC).

Certaines façons d’agir peuvent indiquer qu’il y a anguille sous roche : la personne vous donne rendez-vous dans un lieu anonyme (comme un stationnement de centre commercial) ; elle ne vous fournit que son numéro de cellulaire ; elle semble avoir plusieurs véhicules à vendre… « Ce sont des vendeurs qui font le commerce de véhicules de façon illégale, et dont les voitures peuvent avoir été accidentées ; l’odomètre trafiqué, notamment. En cas de problème, les recours contre eux seront plus limités », précise Charles Tanguay, porte-parole de l’OPC.

Les meilleurs choix de Protégez-Vous

Si vous disposez d’un budget allant de 4 000 à 6 000 $, vous devriez vous intéresser aux modèles suivants, qui sont désignés comme des « meilleurs choix » dans le guide annuel 2019 Autos neuves et d’occasion de Protégez-Vous :

• Ford Focus 2011
• Hyundai Accent 2011 et 2012
• Kia Rio 2011
• Mazda 3 GX 2011
• Toyota Yaris 2011

Attention, toutefois, de ne pas négliger l’inspection : vous pourriez tomber sur un citron, ou encore sur une voiture qui n’a pas été entretenue correctement.

Au moment de l’achat

4. Examinez et essayez le véhicule

Voilà : vous avez trouvé un véhicule qui semble correspondre à vos attentes et pris rendez-vous avec le vendeur. Effectuez d’abord un bon examen visuel du véhicule. Repérez les signes de corrosion ainsi que les traces de peinture et de soudure laissant supposer qu’il a été impliqué dans un accident. Ouvrez toutes les portières, soulevez les tapis et essayez les divers accessoires (vitres électriques, verrouillage centralisé, air climatisé, etc.).

« Faites un essai routier qui reproduit votre façon de conduire habituelle. Prenez quelques bosses et virages, afin de détecter les bruits ou claquements suspects et de vous assurer que l’auto se comporte bien. Roulez radio éteinte et vitres fermées pour mieux les entendre », recommande Jesse Caron.

5. Scrutez les dossiers 

Posez des questions au vendeur pour savoir comment le véhicule a été utilisé ; s’il a subi des accidents ; quel est l’état des pneus… Demandez à voir le dossier d’entretien, c’est-à-dire les factures relatives à l’entretien et aux réparations. Il n’y a pas de factures pour un long laps de temps ? Pour environ 40 $, l’entreprise Carfax peut vous fournir un rapport d’historique du véhicule (accidents, créances, rappel de sécurité non effectué…). Cependant, selon George Iny, il manque environ 40 % des informations dans de tels documents, étant donné que Carfax n’a pas accès à toutes les données (notamment celles des garagistes indépendants). Grâce au numéro de série du véhicule, vous pouvez également contacter le concessionnaire et vous informer au sujet de l’entretien qui a été réalisé sur place. Or, en l’absence de factures, vous ne saurez jamais avec certitude ce qui a été fait ailleurs que chez le concessionnaire.

Pour environ 13 $, vous pouvez aussi obtenir, auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec, l’historique du véhicule au Québec – qui en ont été les propriétaires ? Quel en était le kilométrage au moment de l’achat ? –, ce qui constitue un bon complément. Consulter le Registre des droits personnels et réels mobiliers permet par ailleurs de savoir si le véhicule est libre de dettes (prévoyez des frais de 3 $). Sinon, en l’acquérant, vous deviendriez du même coup responsable de celles-ci.

6. Exigez une inspection

Le véhicule vous plaît et semble répondre à tous les critères que vous recherchez ? Avant de signer, faites-le inspecter par le garagiste de votre choix, et non celui du vendeur. Il vous en coûtera une centaine de dollars environ pour savoir quelles sont les réparations nécessaires. « Je me souviens d’une personne qui voulait acquérir une Subaru Impreza d’occasion, raconte Jesse Caron. L’inspection a révélé que le véhicule avait d’importants problèmes de châssis et de suspension, qui demandaient des milliers de dollars en réparations. » Si les problèmes mis au jour sont mineurs – des freins usés, par exemple –, cela vous aidera à négocier le prix à la baisse.

Sachez qu’un commerçant n’a pas le droit de dire non à cette inspection au professionnel indépendant que vous choisissez, alors qu’un particulier le peut. Toutefois, un refus serait de très mauvais augure.

7. Calculez avant de signer

Si vous envisagez un prêt pour financer votre achat, George Iny, de l’APA, rappelle qu’il peut coûter très cher en frais d’intérêt : « Votre institution bancaire pourrait vous consentir un prêt personnel à environ 9 ou 10 % d’intérêt, tandis qu’un vendeur d’autos usagées pourrait vous proposer 12 ou 13 %. » Si vous empruntez 6 000 $ avec un taux d’intérêt de 9 % sur trois ans, il vous en coûtera au final 868 $ en intérêts ; à 13 %, ce montant passe à 1 277 $. 

Le planificateur financier Éric Brassard, comptable professionnel agréé et auteur du livre Finance au volant, met aussi les consommateurs en garde contre les « petites mensualités » que proposent certains vendeurs. « Le véhicule n’est pas moins onéreux, mais les paiements sont étalés sur une plus longue période. Vous paierez donc plus d’intérêts. Attention, aussi, aux paiements calculés à la semaine, qui peuvent donner la fausse impression que cela entre dans votre budget », prévient-il.

Si vous achetez le véhicule d’un commerçant, celui-ci doit vous remettre un contrat écrit, dans lequel figurent certains renseignements (nom, adresse, numéro de permis du commerçant, prix, taxes, etc.). L’OPC fournit la liste des éléments à vérifier. Assurez-vous que le contrat mentionne les réparations que le vendeur a accepté de réaliser, ou encore les accessoires gratuits qu’il vous a promis.

Si vous achetez le véhicule d’un particulier, assurez-vous de toujours signer un contrat afin d’avoir une preuve de la transaction en cas de problème (lisez l’encadré sur les garanties ci-dessous). Vous trouverez un modèle de contrat sur le site de Protégez-Vous.

Les garanties sur les automobiles d’occasion

Lorsque vous faites affaire avec un commerçant, vous bénéficiez de la protection de la Loi sur la protection du consommateur (LPC). Les garanties légales définies par la LPC vous permettent d’exiger que le véhicule que vous achetez puisse servir à l’usage auquel il est destiné – et ce, pendant une durée raisonnable – compte tenu du prix payé, du contrat et des conditions d’utilisation. 

« Si le véhicule ne répond pas aux conditions de bon fonctionnement, l’acheteur peut demander au vendeur d’effectuer les réparations nécessaires », explique Charles Tanguay, porte-parole de l’Office de la protection du consommateur (OPC). Cette réparation est sans frais, mais le commerçant pourra proposer une autre solution ; le remplacement du bien, par exemple. L’OPC peut vous aider à faire valoir vos droits, et, en cas de litige, c’est le tribunal qui tranchera.

Attention, toutefois : la LPC ne s’applique pas pour une vente conclue entre deux particuliers. Dans ce cas précis, votre seul recours est la garantie légale contre les vices cachés prévue dans le Code civil. Un vice caché est un défaut important qui aurait fait en sorte que vous n’auriez pas acquis le véhicule – ou alors que vous l’auriez payé moins cher – si vous l’aviez connu. Un tel vice est présent avant la vente, mais ne vous a pas été mentionné, et vous n’auriez pas été en mesure de le déceler malgré votre prudence.

Sites évaluant la valeur marchande d'un véhicule usagé

canadianredbook.com
canadianblackbook.com/fr
autohebdo.net/valuations

>> À lire aussi: conseils pour acheter une auto usagée de 2000  à 3000 $ et une auto usagée de 4000 à 6000 $

Chiffre-743040

Nombre de véhicules d’occasion vendus au Québec en 2017. 
Source : AutoMédia.

Chiffre-30

Perte moyenne de la valeur d’un véhicule neuf après cinq ans. 
Source : CAA-Québec.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Automobile

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.