Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

6 questions à poser à un conseiller avant de lui dire oui

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Chambre de la sécurité financière Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 30 Novembre 2020 Shutterstock.com

img-txt-pv-questionsconseiller Shutterstock.com

Car il vaut mieux s’assurer que vous êtes faits l’un pour l’autre.

Au-delà des chiffres, vos décisions financières exigent une réelle compréhension de votre vie personnelle. Si votre conseiller en services financiers a le devoir de bien vous connaître, vous avez tout intérêt à vous faire une idée de ses forces, de son style, de sa personnalité, en un mot de sa compatibilité. Vous saurez ainsi si vous êtes vraiment entre de bonnes mains. 

1) Quels permis d’exercice détenez-vous ?

Les produits financiers sont complexes et leur distribution ne peut être confiée à n’importe qui, c’est pourquoi il faut détenir un permis de pratique pour ce faire. Il en existe plusieurs, reflétant l’existence de différentes expertises. D’où l’importance de cette première question ! Les membres de la CSF possèdent un ou plusieurs permis dont ils pourront vous expliquer la portée. Et bien entendu, les compétences de votre conseiller doivent correspondre à vos besoins. Si vous êtes travailleur autonome par exemple, un conseiller en sécurité financière s’impose pour vous guider vers la bonne assurance invalidité, vie et/ou maladies graves.

2) Quels types de clients conseillez-vous ?

Votre conseiller devrait idéalement compter plusieurs clients dont le profil s’apparente au vôtre. Si vous possédez une entreprise et qu’il est habitué à servir des entrepreneurs, vous aurez toutes les chances de lui faire comprendre facilement vos espoirs, vos difficultés et vos craintes.

3) Comment notre relation va-t-elle fonctionner ?

Demandez-lui par exemple quelle stratégie il adoptera pour vous aider à réaliser vos objectifs financiers, comment il fera ses suivis avec vous et à quelle fréquence, de quelle façon vous serez informé des rendements de vos placements, si vous pouvez le joindre facilement quand vous avez des questions, etc.

4) Comment êtes-vous rémunéré ?

La réponse mérite qu’on s’y attarde ! Lisez notre récent article consacré à ce sujet.

5) Qu’est-ce que vos clients apprécient le plus chez vous ?

Son écoute ? Sa disponibilité ? Son sens du service ? Son bulletin d’informations mensuel ? Ses réponses pourraient révéler des activités, façons de faire ou traits qui le distinguent de ses concurrents. Posez des questions qui reflètent votre style à vous : si vous aimez les longues explications qui vont loin dans les détails par exemple, demandez-lui s’il est reconnu pour son sens de la pédagogie.

6) Au fond, pourquoi faites-vous ce travail ?

Le conseil financier requiert une bonne dose d’écoute et d’empathie. Un professionnel passionné est largement guidé par ces qualités. Demandez-lui des exemples spécifiques de ce qui le motive, de réussites dont il est fier, et ce que son métier a changé dans sa vie et dans celle de ses clients.

À voir aussi

Comment choisir son conseiller ?

Comment préparer votre première rencontre avec un conseiller ?

Qui a peur de ses relevés de comptes de placement ?