Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

Bien gonflés, vos pneus dureront plus longtemps

Par Protégez-Vous
Les pneus

Entretenus et bien gonflés, vos pneus dureront plus longtemps et seront plus sûrs. En prime, ils vous permettront de réduire votre consommation d’essence de 2% à 5%.

Entretenus et bien gonflés, vos pneus dureront plus longtemps et seront plus sûrs. En prime, ils vous permettront de réduire votre consommation d’essence de 2 % à 5 %.

Deux semaines de carburant par année! C’est ce qu’économiserait le conducteur canadien moyen s’il entretenait convenablement ses pneus, d’après Ressources naturelles Canada.

Il s’éviterait aussi l’achat d’un ou deux jeux de pneus sur la durée de vie de son véhicule, et, cerise sur le gâteau, son impact sur l’environnement serait moindre.

Pression trop faible

Selon une étude réalisée en 2009, près de la moitié des véhicules canadiens ont au moins un pneu mal gonflé. Cette situation est aussi coûteuse que peu sécuritaire: l’air contenu dans les pneus supporte à lui seul près de 95 % du poids du véhicule. Et ce n’est pas parce qu’un pneu a l’air bien gonflé qu’il l’est: un pneu peut être sous-gonflé de 20 % ou plus sans que cela soit visible à l’œil nu.

Vous devriez vérifier la pression de vos pneus tous les mois. Vous pouvez le faire vous-même si vous disposez d’un manomètre de pression d’air pour les pneus (de 5 $ à 40 $ environ). La pression doit toujours être vérifiée à froid: si vous venez de conduire, attendez quelques heures. N’oubliez pas la roue de secours.

Sous-gonflé, un pneu risque de rendre votre conduite très instable, de surchauffer, voire d’éclater. De plus, le sous-gonflage réduit sa durée de vie et augmente la consommation d’essence.

Surgonflé, le pneu adhère moins et peut causer des problèmes de tenue de route. Il s’usera plus vite et entraînera une usure prématurée des pièces de la direction et de la suspension – sans compter qu’il absorbera moins bien les chocs dus aux nids-de-poule, ce qui risque d’endommager les roues.

Pour trouver le réglage idéal, suivez les recommandations du constructeur. Cette information est écrite sur l’étiquette généralement collée sur le cadre de la portière du conducteur, dans la boîte à gants ou sur le volet du bouchon du réservoir de carburant; sinon, consultez le manuel du propriétaire.

Et surtout, ne vous fiez pas au chiffre inscrit sur le flanc du pneu: il s’agit de la pression maximale que peut supporter le pneu, pas du tout de la pression recommandée.

>> Consultez notre test de pneus d'hiver, notre test de pneus quatre-saisons et notre vidéo pour changer vous-même vos pneus

Indicateur de pression

Certains véhicules sont munis d’un indicateur de pression des pneus (aussi désigné par l’abréviation TPMS, pour Tire Pressure Monitoring System). Ce dispositif fonctionne soit à l’aide de capteurs montés à l’intérieur des roues soit avec ceux du système antiblocage.

Dans le premier cas, le second jeu de jantes pour l’hiver doit aussi comporter des capteurs pour que l’indicateur reste fonctionnel. Et cela peut s’avérer assez coûteux: si certains constructeurs permettent l’utilisation des mêmes pièces pour deux ensembles de roues, d’autres exigent l’achat de coûteux capteurs supplémentaires (de 35 $ à 75 $ chacun). À cela s’ajoutent parfois des frais de reprogrammation à chaque installation de pneus, qu’on garde les jantes d’origine ou non (environ 36 $ pour une Honda Accord neuve).

Les garagistes indépendants ont désormais accès à des outils de programmation, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années. Et si vous choisissez de rouler sans capteur l’hiver, sachez que cela désactive parfois le régulateur de stabilité, ou même déclenche le mode «panne» de certains véhicules, ce qui les empêche de rouler normalement.

Gonflage à l’azote

Certes, l’azote permet de garder la pression des pneus plus constante, parce qu’il s’échappe moins que l’air à travers les parois perméables des pneus et parce qu’il est moins sensible aux variations de température. L’azote peut donc causer moins de soucis l’hiver, à condition qu’il remplisse véritablement chaque pneu dans une concentration d’au moins 95 % – ce qu’un consommateur ne peut vérifier.

Faire gonfler ses pneus avec de l’azote coûte de 3 $ à 5 $, et le gaz finit quand même par s’échapper graduellement des pneus. Un gonflage à l’air et une vérification régulière des pneus s’avéreront tout aussi efficaces et moins chers.

Entretenez

Respectez votre calendrier d’entretien. En général, l’équilibrage des roues doit être vérifié tous les 20 000 km ou dès que vous ressentez une vibration. Idéalement, vous permuterez vos pneus aux 10 000 km s’il s’agit de pneus de tourisme, et aux 5 000 km s’il s’agit de pneus performants montés sur des véhicules puissants afin de réduire leur taux d’usure (en effet, les pneus avant d’une voiture à traction, le type le plus répandu, sont nettement plus sollicités que les pneus arrière).

Attention: il faut toujours poser les pneus du même côté de l’auto. Pas question de les permuter en croisé, parce que de nombreux modèles ont une bande roulement asymétrique qu’il ne faut pas inverser.

Changez

Il est temps de remplacer vos pneus lorsque vous voyez apparaître les indicateurs d’usure situés à l’intérieur des sillons de la bande de roulement. Vous pouvez aussi vérifier leur état en insérant une pièce de 25 ¢ dans une rainure sur le dessus du pneu, le nez du caribou vers le bas: si vous voyez le museau de l’animal, il faut songer à changer le pneu.

Idéalement, il faudrait remplacer tous ses pneus en même temps. Si vous ne pouvez en changer qu’une paire, afin de réduire les risques de dérapage posez toujours les pneus les plus neufs à l’arrière. Les pneus d’hiver, eux, doivent toujours être remplacés par quatre, sinon la tenue de route pourrait être sérieusement perturbée.

Si vous conduisez un véhicule à quatre roues motrices, veillez à toujours rouler sur quatre pneus d’usure égale ou cela risque de nuire sérieusement à la tenue de route et d’endommager le rouage.

Rodez

Pour être performants et bien placés sur la jante, les pneus neufs doivent être rodés en douceur. Roulez les deux premières centaines de kilomètres à vitesse modérée en évitant freinage et accélération trop brusques.

Alignez

Si votre voiture tend à tirer sur un côté lorsque vous lâchez le volant, vos roues sont peut-être mal alignées. Dans ce cas, vos pneus s’useront inégalement. Le réglage du parallélisme des quatre roues coûte 75 $ en moyenne chez un garagiste. Il doit être vérifié tous les ans ou tous les 25 000 km. Encore une fois, reportez-vous au manuel du propriétaire et vérifier le calendrier d’entretien de votre auto.

Les cotes de vitesse

Notée de Q à Z, à l’exception de la cote H, la cote de vitesse indique la vitesse maximale que peut soutenir un pneu. Elle est indiquée sur le flanc du pneu, après la dimension et l’indice de charge (par exemple, 205/55R16 91H). Si vous avez un doute sur la cote de vitesse recommandée pour votre auto, reportez-vous au manuel du propriétaire.

Il faut tenter de s’en approcher au maximum lorsqu’on change les pneus de son auto. Il est possible d’en choisir une inférieure pour les pneus d’hiver, mais pas trop, sinon le comportement routier pourrait se détériorer, particulièrement dans le cas des voitures performantes.

Les types de pneus

  • Pneus d’été. Conviennent à des voitures performantes pour une conduite sur chaussée sèche ou mouillée.Leur bande de roulement contient un faible nombre de rainures, qui sont peu profondes (la bande de roulement est la surface centrale du pneu, de la largeur approximative d’une carte postale, qui lui confère force et stabilité et offre la surface de contact à la chaussée).
  • Pneus quatre-saisons. Ils sont parfois marqués sur le côté des lettres M+S. Des rainures et des fentes ornent la bande de roulement, leur conférant une meilleure adhérence sur une chaussée mouillée.
  • Pneus d’hiver. Les creux et les lamelles de la bande de roulement sont plus profonds, et des matériaux de pointe comme la silice entrent dans la composition de leur gomme, qui est plus molle que celle des toutes-saisons. Un pictogramme «montagne et flocon de neige» de l’Association canadienne de l’industrie du caoutchouc orne leur flanc.Lorsque la température descend sous les 7°C, il est temps de les installer. Au Québec, ils sont obligatoires du 15 décembre au 15 mars. Si vous roulez sans pendant cette période, vous risquez une amende de 200 $ à 300 $. Quant aux pneus munis de crampons ou cloutés, ils sont autorisés du 15 octobre au 1er mai.

Bon à savoir

Lorsque vous achetez de nouveaux pneus, enregistrez-vous auprès du fabricant. Vous serez ainsi facilement joignable en cas de rappel du produit.

Dans certaines situations, comme l’achat d’une nouvelle auto, vous pourriez devoir rouler sans pneus d’hiver entre le 15 décembre et le 15 mars. Pour rester en règle, demandez d’abord une exemption de sept jours à la Société de l’assurance automobile du Québec.

 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.