Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les garages manquent de main d’œuvre et de pneus d’hiver

Par Marie-Eve Shaffer
installation-pneus-hiver

Si vous n’avez pas encore pris rendez-vous pour chausser votre véhicule de ses pneus d’hiver en prévision de la date limite du 1er décembre, faites vite : les garages manquent d’installateurs et les stocks de pneus sont en baisse.

Les mesures sanitaires ralentissent, encore cette année, le rythme de travail dans bien des ateliers de réparation et de remplacement de pneus. La plupart offrent de nouveau le service de raccompagnement et de prêt de voiture si vous ne pouvez pas patienter dans leur salle d’attente. Ils contrôlent toutefois l’achalandage en exigeant que vous fixiez un rendez-vous.

Le principal défi auquel sont confrontés les garages qui offrent le service de pose de pneus, c’est le manque de main-d’œuvre. Certains ateliers fonctionnent à 50 % de leur capacité puisqu’ils ne parviennent pas à recruter le personnel nécessaire, rapporte le président de l’Association des spécialistes de pneu et mécanique du Québec (ASPMQ), Marc-André Boisvert. Selon les échos qu’il a reçus, la situation est particulièrement critique dans les régions de Montréal et de Québec.

«Des propriétaires sont même obligés de reprendre du service dans le garage [pour installer des pneus] parce qu’ils manquent d’employés», mentionne M. Boisvert pour illustrer l’ampleur de la rareté de main-d’œuvre.

Dans le commerce Pneu Bélisle Laval, trois installateurs de pneus sont habituellement embauchés en prévision de l’automne. «On publie des offres d’emplois partout, mais personne ne postule», relate le copropriétaire et associé de la division automobile, Jean-Philippe Simard.

L’Atelier du pneu Mario Lebel, qui est situé à Jonquière, est l’exception à la règle. Cet automne, son équipe responsable des changements de pneus est complète. «On a travaillé fort pour trouver [des employés]. Il faut les payer plus cher pour qu’ils viennent», insiste le directeur, Robby Larouche.

Des garages déjà fort occupés

Puisqu’ils ne sont pas parvenus à recruter des installateurs en nombre suffisant, des garagistes ont encouragé leurs clients à réserver leur place dès le mois de septembre, ce qui fait en sorte que leur établissement connaît déjà une forte affluence.

«Le 1er septembre, j’ai envoyé des messages à tous ceux qui ont l’habitude de venir au garage [pour leur demander] de prendre leur rendez-vous tout de suite. Pour ceux qui utilisent peu leur véhicule, ce n’est pas bien grave d’installer [leurs pneus d’hiver] à l’avance», indique Marc-André Boisvert. Il a même offert des réductions sur la pose et l’entreposage de pneus pour les inciter à ne pas tarder. Dans son commerce de Trois-Rivières, l’atelier Pneus et mécanique SL, le délai d’attente pour la pose de pneus atteignait jusqu’à quatre semaines au début du mois d’octobre.

Au garage Bélisle Laval, le va-et-vient de véhicules est constant depuis le début du mois d’octobre. Des rabais ont aussi été accordés aux consommateurs qui faisaient installer leurs pneus d’hiver avant la mi-octobre.

Difficulté de trouver des pneus

L’achat de nouveaux pneus constitue un autre casse-tête. Comme la chaîne d’approvisionnement mondiale est perturbée par la pandémie de COVID-19, garages et autres détaillants ne sont pas en mesure d’offrir autant de choix. Et les prix ont grimpé de 10 à 20 % depuis un an, d’après Marc-André Boisvert.

«Au garage, on vend beaucoup les produits de Toyo et de Yokohama, qui sont des compagnies japonaises, mentionne le président de l’ASPMQ. On commence à avoir de la difficulté à en trouver. Il faut aller vers d’autres marques, comme Goodyear ou Michelin. Étant donné qu’il y a des usines en Amérique ou en Europe, c’est plus facile de s’approvisionner.»

Il est également plus laborieux de dénicher des pneus de 19, 20 ou 21 pouces que chaussent des voitures haut de gamme ou des véhicules rares, selon Jean-Philippe Simard. «Pour certains pneus, nous attendons la prochaine livraison à la mi-décembre. Ce sera trop tard», dit-il. Robby Larouche ajoute qu’il en est de même pour les camions et les camionnettes.

>> À lire aussi : notre test de pneus d’hiver et Comment magasiner des pneus sur le Web

 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.