Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Toyota RAV4 1999 et 2017: l'utilitaire qui s'est raffiné

Par Julien Amado

Arrivé au Canada à la fin des années 1990, le premier Toyota RAV4 est un véhicule utilitaire plutôt rustique. Au fil du temps, il est devenu plus imposant et plus raffiné, afin de séduire ceux qui font beaucoup de route et les familles habituées aux berlines compactes ou aux intermédiaires.

En 1994, Toyota dévoile un véhicule destiné à un usage quasi exclusivement routier mais qui ressemble à un 4 x 4: le RAV4. Il s’agit du premier VUS (véhicule utilitaire sport) tel qu’on les connaît aujourd’hui. Le premier Range Rover, les Jeep Wagoneer et Cherokee et le Suzuki Vitara sont arrivés avant le RAV4, mais ils étaient encore construits comme des véhicules tout-terrain. Vendu au Canada deux ans après son dévoilement officiel, le VUS de Toyota est bâti sur une plateforme monocoque (comme une voiture) et dispose d’une suspension dont les quatre roues sont indépendantes.

En théorie, cela permet au conducteur de profiter d’une meilleure tenue de route pour un usage quotidien, mais aussi d’une position de conduite surélevée – une recette qui va connaître un immense succès puisque 20 ans plus tard, les VUS sont les véhicules les plus vendus au Québec, devant les compactes. La grande majorité des constructeurs, même des spécialistes du luxe comme Porsche ou Maserati, disposent désormais d’un ou de plusieurs VUS dans leur gamme.

Notre modèle d’essai est un RAV4 de première génération à cinq portes de 1999. Malgré les efforts de Toyota pour rendre son véhicule plus routier, le premier RAV4 conserve plusieurs éléments qui le rapprochent d’un véritable 4 x 4, comme la roue de secours vissée sur la portière donnant accès au coffre et les grands éléments en plastique qui ceinturent le bas de la caisse. À l’intérieur, le tableau de bord est simple et les appareils sont peu nombreux. La climatisation optionnelle, une horloge, la ventilation et un autoradio à cassettes sont les seuls signes de confort visibles à bord. Les sièges offrent peu de maintien latéral, et le dossier très droit rappelle plus les vrais 4 x 4 que les berlines vendues à la même période.

Moteur dépassé

Au moment de refermer la portière, le bruit métallique qu’on entend est très loin du son feutré d’un RAV4 moderne. Facile de prise en main, le VUS signé Toyota profite de son gabarit réduit et de sa très bonne visibilité pour se faufiler dans la circulation urbaine. Le moteur à quatre cylindres dispose d’une cylindrée de 2 L et développe 127 chevaux. Rugueux et bruyant, il est associé à une boîte automatique à quatre rapports, et il ne faut pas hésiter à appuyer fortement sur l’accélérateur pour obtenir une accélération correcte.

Capable de s’insérer sans difficulté dans la circulation actuelle, le RAV4 1999 dévoile toutefois des performances et un agrément de conduite dépassés aujourd’hui. C’est encore pire sur l’autoroute, où les bruits de vent et de roulement rejoignent ceux émis par le moteur. La suspension, trépidante lorsque la route est mauvaise, cogne fort lorsqu’on aborde les plus grosses irrégularités de la chaussée.

Le premier RAV4 se rattrape avec une direction directe et précise secondée par un train avant qui s’inscrit bien dans les courbes. Une excellente surprise, d’autant plus que le petit volant offre une très bonne prise en main. Et si la route est correctement revêtue, la tenue de route est globalement satisfaisante. Du côté du freinage, la puissance de ralentissement est suffisante, mais il ne faut pas hésiter à appuyer fort sur la pédale à cause d’une assistance plutôt faible. Appuyer aussi fort dans un RAV4 actuel se solderait par un véritable freinage d’urgence !

Meilleur, mais pas la référence

En montant dans le RAV4 2017, on comprend qu’il a définitivement abandonné ses origines de 4 x 4, à l’exception des quatre roues motrices. Plus lourd, plus long, plus large et beaucoup mieux équipé, il n’a plus grand-chose en commun avec la première génération – à commencer par les sièges, beaucoup plus accueillants et confortables. Même après plusieurs heures passées derrière le volant, on ne ressent pas de fatigue excessive liée à l’inconfort de l’assise ou du dossier. L’espace à bord est bon, bien meilleur que dans le modèle 1999, grâce aux dimensions supérieures du véhicule. La conduite aussi est bien plus agréable.

Le moteur compte toujours quatre cylindres, mais il développe 176 chevaux et possède une cylindrée de 2,5 L. Alerte à bas régime, beaucoup plus puissant, il travaille mieux et offre de bonnes performances. Moins rugueux et bruyant que celui de l’ancien RAV4, il demeure trop bruyant en comparaison des références actuelles. La suspension amortit beaucoup mieux les chocs et propose un roulement plus confortable et silencieux. Cela dit, elle reste tout de même ferme et trépidante si on la compare à celle des meilleurs VUS vendus en 2017. Le freinage, qui offre mordant et puissance, a fait des progrès immenses en 20 ans. La direction, assez précise, n’égale pas celle des meilleurs joueurs de la catégorie.

Globalement, le RAV4 2017 fait du bon travail, mais sa dernière refonte importante remonte à 2013. Désormais, le Mazda CX-5, le Honda CR-V et le Subaru Forester proposent des capacités dynamiques supérieures. Mais s’il y a bien une qualité que le RAV4 conserve, c’est sa fiabilité. Utilisant des technologies éprouvées, il est capable de parcourir de nombreux kilomètres et de supporter le climat québécois sans passer son temps au garage, une durabilité déjà notée à la fin des années 1990. En effet, le RAV4 qui illustre ces pages est utilisé en hiver depuis 19 ans et, à part un problème avec le système antipollution et deux ressorts de suspension à remplacer à cause de la corrosion, il n’a nécessité aucune réparation. 

CE QU'EN DISAIT PROTÉGEZ-VOUS EN 1999

Le moteur performe bien et la transmission est douce. La suspension indépendante aux quatre roues et la plate-forme assez basse lui confèrent un côté sport. Il se comporte bien dans les manœuvres rapides. Sa suspension à long débattement et la grosseur de ses pneus l’avantagent lorsqu’on doit rouler sur des chaussées mal entretenues. Niveau sonore intérieur assez élevé. Plus agréable à conduire que le Honda CR-V.

Toyota Rav4 1999

Toyota Rav4 2017

Carrosserie

4FM

4FM

Occupants

2/3

2/3

Train de roulement

4RM

4RM

Moteur

2 L-4 (127 ch)

2,5 L-4 (176 ch)

Boîte de vitesses

4A

6A

Poids

1 320 kg

1 635 kg

Prix

22 150 - 30 400 $ (en 1999)

29 889 - 40 669 $

Merci à Roger Bérubé pour le prêt de son RAV4 1999.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.