Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Par Capucine Cloutier

Vous vous questionnez sur la manière dont nous avons testé les logiciels d’impôt? Voici comment nous avons procédé.

Nous avons testé six logiciels de déclaration de revenus offerts en ligne ou à télécharger en février 2020. Un cabinet comptable a rempli 42 déclarations, soit sept déclarations (selon les profils d’utilisateurs présentés plus bas) pour chacun des six logiciels.

Les critères d’évaluation

Les experts en comptabilité ont notamment évalué :

• La clarté des questions du mode « entrevue »;

• La facilité d’utilisation du logiciel et la facilité de navigation dans les menus;

• Le temps requis pour effectuer la tâche et l’efficacité du produit.

Les experts ont comparé les résultats (soldes à payer et remboursements à recevoir) à ceux obtenus avec une déclaration réalisée avec l’aide d’un logiciel professionnel de préparation d’impôts.

À chaque éditeur, nous avons également posé une question difficile. Nous avons évalué la précision et l’exactitude de la réponse et le délai pour l’obtenir.

Nous avons aussi fait une évaluation générale de la sécurité des données des compagnies, avec l’aide de deux experts, Alexis Dorais-Joncas, directeur du centre de R&D d’ESET à Montréal, et Patrick Rousseau Mathieu, cofondateur de Hackfest et conseiller en sécurité informatique. Les experts ont testé la sécurité des logiciels en les téléchargeant, en essayant de leur tendre des pièges, en vérifiant la présence de certains processus de sécurité, comme l’authentification à deux facteurs. Des questions ont aussi été posées à chacune des compagnies pour mieux connaître ses processus internes.

Protégez-Vous a aussi tenu compte de la variété des moyens de communication offerts pour joindre le soutien à l’utilisateur.

Finalement, entre le 28 mai et le 12 juin 2019, nous avons sondé notre panel de 4 010 lecteurs pour connaître leur satisfaction par rapport aux logiciels.

Les sept profils

En 2020, nous avions testé cinq profils par logiciel. Cette année étant particulière, nous avons décidé de tester en plus deux nouveaux profils orientés vers des personnes ayant subi quelques modifications à leur situation d’emploi (obtention de la Prestation canadienne d’urgence, télétravail obligatoire, etc.).

Tous les profils sont réalistes, afin de mettre à l’épreuve les logiciels et leur polyvalence. Les quatre premiers scénarios comportaient au moins une difficulté particulière (par exemple : calculs des frais de garde pour enfants, fractionnement du revenu dans le cas d’un couple de retraités, crédit pour les activités physiques, etc.). Le cinquième profil ne comportait pas de difficulté particulière. Le profil de jeune salarié en temps de pandémie évaluait l’optimisation de la méthode de remboursement des frais de télétravail.

• Couple avec deux jeunes enfants utilisant des services de garde (CPE et école primaire). Salariés, les parents ont un revenu combiné d’environ 148 000 $. L’un a une assurance médicaments privée et cotise à un REER; l’autre a des revenus de placements et des frais déductibles.

• Même couple que précédemment, mais l’un des parents a reçu la Prestation canadienne d’urgence (PCU) pendant 3 mois en raison d’une perte temporaire d’emploi.

• Femme salariée et chef de famille monoparentale. Elle a la garde exclusive de son enfant, pour lequel elle reçoit une pension alimentaire. Elle est propriétaire d’un condo dans une grande ville du Québec. Elle possède une assurance médicaments privée dont une portion est payée par son employeur.

• Travailleuse autonome qui a fondé une petite entreprise avec un associé. Elle a une voiture et différents frais liés à l’utilisation d’un bureau à domicile. Elle rembourse une dette étudiante et déduit des droits de scolarité.

• Couple de retraités dont les revenus proviennent de la Sécurité de la vieillesse, de la Régie des rentes du Québec et d’un régime de pension privé. Ils possèdent un immeuble locatif pour lequel ils engagent diverses dépenses (assurances, taxes municipales, système d’alarme, etc.).

• Jeune travailleur salarié qui vit seul en appartement. Il cotise à un REER chaque mois. Il a quelques dépenses de frais de santé, mais il n’a pas d’assurance privée.

• Jeune salarié qui vit seul en appartement. Détenteur d’un emploi régulier de janvier à mars, il a reçu la PCU pendant les 3 mois suivants et a effectué un retour au bureau de juillet à septembre, avant d’être mis en télétravail obligatoire d’octobre à décembre. Son bureau à la maison a une superficie de 250 pieds carrés.

Nos « meilleurs » et « bons » choix

Pour se classer parmi les « meilleurs choix », les logiciels doivent obtenir une note globale de 80 % ou plus.

Les « bons choix », pour leur part, doivent avoir une note globale de 70 à 79 % inclusivement et être gratuits.

Au moment de notre étude de marché, en décembre 2020, tous les produits étaient disponibles sur les sites web des éditeurs.

Protégez-Vous est un organisme sans but lucratif indépendant et autofinancé, entièrement voué à l’information et à l’éducation des consommateurs québécois.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Marcel Niquet
    18 Mars 2019

    Votre méthode d'investiguation semble adéquate ce qui me porte à me questionner sur mon QI. Turbo en ligne n'a jamais demandé l'accès au MRQ, seulement à l'ARC avec comme conséquence que l'impôt du Québec retenu à la source n'a jamais pu être pris en compte et un résultat à l'avenant. J'ai recommencé 3 fois sans plus de succès. ImpôtExpert demande accès au MRQ mais ne trouve pas non plus cette donnée. Turbo s'enquiert de possibles accomptes provisionnels au fédéral (je n'en avais pas) mais ne s'en inquiète pas pour le provincial (j'en avais)! Dans le cas de Turbo, un échange avec le personnel en ligne a vite fait de se révéler inutile et m'a laissé la nette impression d'avoir affaire à des vendeurs de pacotille désemparés devant une mécanique qu'on leur retourne et qu'ils ne maîtrisent pas. Malgré la transparence des calculs, aucun de ces deux logiciels n'est plus rapide ni plus simple que les formulaires du ministère. Ce sont des jouets de mauvaise qualité.

     2