Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Par Frédéric Perron
donnees-moniteurs

Les moniteurs d’activité et montres intelligentes de fabricants comme Fitbit ou Apple collectent une foule de données sur votre santé : minutes actives, nombre de pas parcourus, fréquence cardiaque… Comment les interpréter? Sont-elles toutes utiles et fiables ? Voici l’avis de quelques experts.

Le nombre de pas et de minutes d’activité physique
Les calories et la perte de poids
La fréquence cardiaque
Le VO2Max
Le suivi du sommeil
Et votre vie privée?

Malgré les efforts des fabricants de moniteurs d’activité ou montres intelligentes, comme Fitbit et Apple, pour bien présenter la quantité déroutante d’informations récoltées et expliquer ces données dans leurs applications, on peut s’y perdre.

Quelle info devriez-vous prendre en compte? Pouvez-vous vous y fier?

Pour vous aider à mieux comprendre votre moniteur d’activité physique et à l’utiliser adéquatement, nous avons passé en revue les principales catégories de données qu’il présente. Comme vous le verrez, elles ne sont pas toutes utiles, mais certaines pourraient servir à améliorer votre état de santé. 

«Ce qui est bien avec ces appareils, c’est qu’on a un feedback immédiat, par exemple sur le nombre de pas marchés dans une journée, souligne Yvan Campbell, kinésiologue à l’Institut de kinésiologie du Québec. C’est un bon outil pour améliorer son mode de vie.»

Que vous soyez un sportif en quête de nouvelles performances ou une personne peu active soucieuse d’améliorer sa santé, vous trouverez dans notre article de précieux conseils.

moniteurs-1

Le nombre de pas et de minutes d’activité physique

Tous les moniteurs d’activité comptent le nombre de pas à l’aide d’un accéléromètre et présentent des objectifs de base à atteindre, par exemple 10 000 pas par jour. Ce nombre emblématique serait apparu en 1965, année où un fabricant nippon a lancé sur le marché le podomètre Manpo-kei («compteur des 10 000 pas» en français).

«Les 10 000 pas par jour, c’est un concept intéressant, mais ce qui compte surtout, c’est le nombre de minutes d’exercice par jour, explique Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l’Institut de cardiologie de Montréal. Plus on en fait, plus on en retire des bénéfices pour la santé, comme la prévention des maladies cardiovasculaires. Mais la plupart des études montrent qu’après l’équivalent de 1 h 30 de marche par jour, ce qui équivaut à environ 10 000 pas, vous n’avez pas plus de gain significatif.»

«Ce genre d’objectif est un bon point de départ, mais il faut l’ajuster à la motivation de la personne, à son expérience en conditionnement physique et à ses pathologies, s’il y a lieu», souligne pour sa part Yvan Campbell.

Plutôt qu’un certain nombre de pas, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande aux adultes âgés de 18 à 64 ans de pratiquer, au cours de la semaine, au moins 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée (comme la marche) ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue (comme la course), ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue. Les modèles récents de Fitbit comptabilisent d’ailleurs ces périodes d’activité physique sous l’appellation «minutes en zone active».

Les calories et la perte de poids

En tenant compte de divers facteurs (taille, poids, âge, sexe, mouvements, etc.), les moniteurs d’activité estiment également le nombre de calories brûlées par votre organisme dans une journée. «L’estimation des calories brûlées est assez grossière, mais elle peut aider à se motiver», affirme le Dr Juneau.

Par ailleurs, tous les experts à qui nous avons parlé s’entendent sur ce point : si vous souhaitez perdre du poids, il faut d’abord vous concentrer sur votre alimentation, par exemple en réduisant vos portions ou en optant pour des repas faibles en calories.

En complément, augmenter votre niveau d’activité physique vous aidera à atteindre votre objectif. Selon Mickaël Martin, kinésiologue à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, il faut marcher entre 14 000 à 16 000 pas par jour pour perdre du poids, ce qui correspond à plus de deux heures de marche. Bien sûr, si vous faites une activité plus intense, comme la course, vous pourrez dépenser la même quantité d’énergie en moins de temps.

Pensez aussi à intégrer des exercices de musculation dans votre programme d’activité physique. «Avec une plus grande masse musculaire, vous augmentez votre métabolisme de base et brûlez ainsi plus de calories», explique Yvan Campbell.

moniteurs-2

La fréquence cardiaque

Plusieurs moniteurs d’activité suivent en continu votre fréquence cardiaque en mesurant le débit sanguin au niveau du poignet, à l’aide de lumières à DEL.

Selon l’Institut de cardiologie de Montréal, le cœur d’un adulte en condition physique normale bat entre 50 et 80 fois par minute au repos. Chez un athlète de haut niveau, la fréquence cardiaque peut être aussi basse que 30 battements par minute (BPM) au repos. En effet, plus un cœur est fort, moins il doit battre souvent pour faire circuler le sang. Ainsi, si vous entraînez votre système cardiovasculaire, vous pourriez voir votre fréquence cardiaque au repos diminuer au fil du temps.

Plusieurs moniteurs d’activité établissent des zones de fréquences cardiaques personnalisées en fonction de votre âge et de votre fréquence cardiaque au repos. Par exemple, Fitbit pourrait déterminer qu’entre 100 et 125 BPM, vous êtes en zone d’élimination des graisses; qu’entre 126 et 159 BPM, vous êtes en zone cardio, et qu’à plus de 159, vous êtes en zone maximale.

Pour améliorer votre santé cardiovasculaire, l’entraînement en zone cardio sera évidemment le plus utile. Si vous faites de l’entraînement par intervalles à haute intensité (par exemple, de la course à un rythme confortable entrecoupée de courts sprints), vous pourriez passer quelques minutes en zone maximale.

Quant à la zone d’élimination des graisses, elle n’est pas très pertinente, selon Mickaël Martin. «Cela vient d’une vieille littérature scientifique selon laquelle, à faible intensité, on brûle plus de graisses et, à haute intensité, on brûle plus de sucre. C’est toujours vrai, mais, pour arriver à brûler à faible intensité assez de calories pour perdre du poids, vous devrez faire votre exercice durant des heures et des heures.» Bref, pour maigrir, mieux vaut vous entraîner en zone cardio.

Selon tous les experts consultés, si vous souhaitez vous entraîner sérieusement en fonction de votre fréquence cardiaque, il est préférable d’opter pour une ceinture pectorale, un appareil qui mesure les battements cardiaques au niveau de la poitrine plutôt que du poignet, une méthode réputée plus précise.

Le VO2Max

Le VO2Max est le débit maximal d’oxygène que peut consommer votre corps à l’effort. Par exemple, pour une femme de 45 ans, un VO2Max de moins de 21 millilitres par minute par kilogramme (ml/min/kg) sera jugé très faible, alors qu’il sera considéré comme excellent s’il dépasse 38 ml/min/kg. Selon le Dr Martin Juneau, le VO2Max est l’un des meilleurs indicateurs de votre santé.

Normalement, on détermine le VO2Max sur un tapis roulant, avec un masque qui mesure les échanges gazeux à l’exercice. Les moniteurs d’activité l’estiment plutôt à partir de votre poids, de votre âge, de votre sexe et de votre fréquence cardiaque au repos. Selon le Dr Juneau, le VO2Max affiché par les moniteurs est donc très approximatif. Notez que le VO2Max peut être présenté sous un autre nom, par exemple «Niveau de forme cardio» dans l’application Fitbit.

Si vous augmentez votre niveau d’activité physique, vous pourriez voir le VO2Max indiqué par votre moniteur s’accroître un peu. Mais vos attentes doivent être réalistes. D’après le Dr Juneau, l’entraînement permet d’augmenter le VO2Max d’environ 10 à 20 %.

moniteurs-3

Le suivi du sommeil

La plupart des moniteurs d’activité font un suivi du sommeil à l’aide de mesures comme les mouvements du corps et la fréquence cardiaque. Ils estiment ainsi la durée du sommeil, le temps passé éveillé pendant la nuit ainsi que la longueur des différentes phases de sommeil.

Selon Julie Carrier, chercheuse en sommeil à l’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal et au Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, très peu d’études scientifiques ont été réalisées afin de valider le suivi du sommeil réalisé par les moniteurs d’activité. Il est donc impossible de dire si les données générées sont fiables ou non.

Par ailleurs, selon la chercheuse, savoir combien de temps vous passez en sommeil lent profond ou paradoxal n’a aucune utilité. « Scientifiquement, je ne peux pas vous dire, selon votre âge, que vous devriez passer tant de temps dans telle ou telle phase de sommeil. Tout ce qu’on sait, c’est qu’un adulte doit dormir entre sept et neuf heures par nuit.» Son conseil : accordez-vous suffisamment de temps pour dormir, et votre corps s’occupera du reste. Vous faites de l’insomnie? Voyez notre article sur le sujet.

Mentionnons que certains moniteurs d’activité mesurent maintenant la saturation en oxygène dans le sang. Normalement, celle-ci varie peu (de 95 à 100 %), à moins qu’on soit malade ou qu’on fasse de l’apnée du sommeil. «C’est une avenue intéressante pour détecter l’apnée du sommeil, reconnaît Julie Carrier. Mais il y a d’autres symptômes à surveiller, comme la somnolence diurne, les ronflements et les arrêts respiratoires pendant la nuit.»

Et votre vie privée?

Les moniteurs d’activité collectent beaucoup de données que les fabricants peuvent exploiter. Par exemple, Apple et Fitbit collaborent avec des chercheurs afin de réaliser des études scientifiques sur différents problèmes de santé.

D’après les fabricants, les informations collectées par les moniteurs d’activité sont anonymisées et agrégées, c’est-à-dire que rien ne devrait permettre de lier des données de santé à une personne en particulier.

Selon Stéphane Hamel, consultant spécialisé en cybermétrie, les politiques de confidentialité des fabricants de moniteurs d’activité sont rédigées de façon à permettre ce genre d’utilisation des données. «Le problème, c’est qu’en utilisant ces produits, les gens partagent des informations sans le savoir, sans droit de regard et sans contrôle», dit-il.

En effet, les fabricants de moniteurs d’activité offrent peu de réglages de confidentialité. Si vous avez des préoccupations à cet égard, il vaut sans doute mieux vous abstenir d’utiliser ce type d’appareil.

Au besoin, n’hésitez pas à consulter un kinésiologue, qui pourra vous apprendre à vous entraîner selon votre perception de l’effort, ce qui ne requiert pas de moniteur d’activité.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.