Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Auto d’occasion : comment se tenir loin des problèmes

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Office de la protection du consommateur Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 08 Février 2021 Office de la protection du consommateur

OPC-auto-occasion-commercant Office de la protection du consommateur

L’Office de la protection du consommateur vous livre ses meilleures astuces pour éviter que l’auto convoitée coûte plus cher que prévu.

Dire qu’il fut une époque où un simple coup de pied donné sur un pneu permettait supposément de juger de l’état d’un véhicule. Oui, vous avez le droit de sourire. Bien entendu, le magasinage d’une auto de seconde main appelle à plus de vigilance.

Vous pensez avoir flairé la « bonne occasion » chez un commerçant. Mais comment vous en assurer? L’Office vous guide dans la recherche d’un véhicule fiable… tout en vous aidant à garder de l’argent dans vos poches. Voici les meilleurs trucs à connaître.

Fixez le montant que vous pouvez payer et respectez-le

Ne tombez pas dans le piège du plus petit paiement mensuel possible. Ce paiement, étalé sur plusieurs années, peut au bout du compte représenter une grosse somme d’argent. Déterminez plutôt le montant total que vous pouvez payer.

Exigez le prix annoncé

Vous devez pouvoir acheter l’auto au prix annoncé dans la publicité ou sur l’étiquette que le commerçant appose dans la vitre de l’auto. À ce prix, vous ajoutez la TPS, la TVQ et, s’il y a lieu, le droit environnemental de 3 $ par pneu neuf. Rien de plus. Pas de frais d’administration, de nettoyage, de ci ou de ça, c’est interdit.

En fait, le prix annoncé peut être augmenté à une condition : si vous faites des ajouts, comme un porte-bagages.

Justement, attention aux ajouts!

Un « kit d’hiver », des options, des accessoires… Tout cela a un coût. Ne vous sentez pas obligé de dire oui, même si le vendeur met de la pression. Rappelez-vous le montant total que vous avez fixé.

Le financement… c’est loin d’être gratuit

Entendez-vous d’abord avec le vendeur sur le prix de vente du véhicule, sans financement ou autre. Vous aurez un portrait clair pour évaluer les possibilités de financement. Additionnez tout : la part payée comptant, les paiements à faire et, si c’est une location à long terme, le montant à payer si jamais vous décidez d’acheter l’auto. Vous semble-t-il justifié de débourser ce montant total vu l’état de l’auto et son année de fabrication?

Curieux de vérifier le montant des frais de crédit à payer selon la durée des paiements? La page Web opc.gouv.qc.ca/trucs propose un calculateur simple et efficace pour l’évaluer!

Et si c’était un citron…

Oh! elle avait fière allure cette voiture. Or, il y en avait des pépins sous le capot : démarrage intermittent, fuite d’huile, mauvaise tenue de route… Vous voulez éviter que votre coup de foudre devienne un amour empoisonné? Voici nos trucs anticitrons :

1. Informez-vous sur le commerçant

Bon an, mal an, l’auto d’occasion est le sujet qui génère le plus grand nombre de plaintes de consommateurs à l’Office, soit quelque 15 % de toutes les plaintes reçues.

Consultez l’outil Se renseigner sur un commerçant pour savoir si votre commerçant a un permis délivré par l’Office, s’il a déjà été mis en demeure ou si l’Office a dû intervenir auprès de lui.

2. Faites un essai routier

Roulez sur quelques kilomètres, sur différentes routes. Pas juste le tour du pâté de maisons. Éteignez la radio pour mieux entendre les bruits de l’auto.

3. Obtenez des indices sur l’historique de l’auto

Vous voulez avoir une idée du passé de l’auto? Moyennant des frais, vous pouvez obtenir des rapports de la Société de l’assurance automobile du Québec ou d’entreprises spécialisées comme Carfax.

4. Faites faire une inspection mécanique

Même si le vendeur dit avoir inspecté l’auto, faites-la vérifier dans le garage de votre choix, situé à une distance raisonnable. Aucun commerçant n’a le droit de refuser. Idem pour l’essai routier. Le mécanicien pourrait repérer des traces d’accident, des panneaux de carrosserie repeints ou identifier des réparations à faire. Vous pourriez alors négocier le prix de l’auto ou décider de ne pas l’acheter.

Certes, une inspection indépendante entraîne des frais… Mais une auto achetée en mauvais état risque de dégarnir encore plus votre portefeuille.

Un aide-mémoire pour votre magasinage

Visitez la page opc.gouv.qc.ca/trucs pour télécharger un aide-mémoire, l’imprimer ou l’envoyer à vos proches par courriel. Cet outil facilitera votre magasinage chez un commerçant et fera de vous un consommateur averti prêt à la négociation!

Guide gratuit : Consommateurs, vos droits au quotidien

L’Office de la protection du consommateur, en collaboration avec Protégez-Vous, vous offre un guide numérique gratuit pour souligner son 50e anniversaire. Le guide Consommateurs, vos droits au quotidien fournit des fiches pratiques ainsi que des astuces et conseils sur une foule de sujets : l’achat d’une automobile, les garanties, les échanges et remboursements, les achats en ligne, etc. Consultez-le!