Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

«Payez plus tard»: Brault & Martineau condamné

Par Stéphanie Perron Mise en ligne : 05 janvier 2008 Shutterstock.com

magasin-meubles-flou Shutterstock.com

Les commerçants mettront peut-être un frein aux promotions du type «achetez maintenant, payez plus tard».

C’est que l’automne dernier, dans un recours collectif intenté par un consommateur, la Cour supérieure du Québec a condamné Brault & Martineau à verser la coquette somme de deux millions de dollars à 200 000 de ses clients lésés par ses pratiques de crédit illégales, du 1er juin 2000 au 13 janvier 2004.

Le verdict de la juge Claudine Roy est clair: les publicités de Brault & Martineau qui vantent les mérites de l’achat à crédit – sans paiement immédiat, sans frais ni intérêt – enfreignent la Loi sur la protection du consommateur.

En plus d’accorder plus d’importance aux paiements mensuels qu’au prix total, le commerçant incite les consommateurs au crédit sans en mentionner toutes les modalités, fait des représentations trompeuses et passe sous silence des faits importants.

Pire encore: Brault & Martineau ne mentionne pas à ses clients qu’il verse des frais de crédit à des sociétés de financement.

Puisque ces frais sont dissimulés dans le prix de vente, le consommateur qui règle sur-le-champ se trouve à payer des intérêts, tout comme celui qui achète à crédit. Pas mal pour une compagnie dont le slogan est «On s’occupe de vous»!

Au moment de mettre sous presse, les deux parties entendaient faire appel du jugement.

(Photo à titre d'illustration seulement)

>> À lire aussi: Achetez maintenant, payez plus tard»: Meubles Léon et Brick poursuivis

   
Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Argent