Ce qu'il faut vérifier sur votre auto avant l'hiver

Par Jean-François Venne Mise en ligne : 08 novembre 2012

Entretien de l auto avant l hiver que fautil vérifier

Faire vérifier sa voiture avant l’hiver est judicieux. Mais encore faut-il s’assurer de recevoir un bon service. Quel entretien devrait être fait? Comment préparer sa visite? Les conseils de George Iny, président de l’Association pour la protection des automobilistes.

La mise au point avant l’hiver est-elle indispensable?

La notion de «mise au point» est un peu désuète. Ce n’est plus comme il y a quelques décennies, alors qu’il fallait faire de nombreux réglages mécaniques sur les voitures. De nos jours, les éléments importants, comme le système d’allumage, sont composés de pièces électroniques scellées à vie. Même les bougies d’allumage n’ont plus à être changées avant que la voiture n’ait roulé de 30 000 à 160 000 kilomètres (selon le type de véhicule). Il reste essentiel de procéder périodiquement à des vérifications et à un entretien, mais il faut surtout le faire aux intervalles suggérés dans le manuel d’entretien de la voiture. Celui-ci indique les révisions à faire en fonction du modèle, du kilométrage et de l’âge du véhicule.

Qu’est-il conseillé de vérifier lors de l’entretien d’automne?

Normalement, un tel entretien comprendra le remplacement des filtres (aux deux ans pour le filtre à pollen), le remplacement des lubrifiants comme l’huile à moteur (aux six mois) et la vérification des niveaux de liquide de refroidissement, de frein et de lave-glace. Ces révisions peuvent être faites à n’importe quel moment de l’année. Si on les fait généralement à l’automne, c’est surtout parce que c’est plus pratique. Personne n’a envie de laisser sa voiture au garage au mois de décembre, pendant la période des fêtes, ni en janvier quand le budget est défoncé! À l’automne, on fait d’une pierre deux coups: on fait aussi installer les pneus et les essuie-glaces d’hiver.

>> À lire aussi: le test de pneus d'hiver de Protégez-Vous

Est-il plus avantageux de se tourner vers son concessionnaire, une grande surface ou un mécanicien indépendant?

Bien des gens font affaire avec les grandes surfaces parce que leurs locaux sont facilement accessibles et parce qu’elles offrent les meilleures heures d’ouverture, incluant les samedis et les soirs de semaine. Mais les prix peuvent être aussi élevés que ceux des concessionnaires et la compétence, parfois moindre. Les concessionnaires sont compétents, mais aussi relativement onéreux, et ils offrent parfois des services superflus. Un bon atelier indépendant reste le meilleur rapport qualité-prix. Mais encore faut-il trouver le bon, car on peut tomber sur le meilleur comme sur le pire...

Comment planifie-t-on une visite pour faire vérifier sa voiture?

Tout d’abord, notez au fur et à mesure les pépins que vous éprouvez pour ne pas omettre de les mentionner une fois au garage. Si la voiture fait un drôle de bruit, il y a de bonnes chances que vous y pensiez, mais si une garniture du tableau de bord est tombée et qu’elle traîne dans le coffre depuis des semaines, il se peut que vous l’oubliiez. Apportez aussi les pièces dont le garagiste aura besoin. Par exemple, certains ont des boulons différents pour leurs pneus d’hiver et leurs pneus d’été. D’autres ont un chauffe-bloc moteur pour lequel il faut faire installer un câble électrique avant l’hiver. Enfin, consultez le manuel du véhicule: c’est essentiel pour préciser vos besoins. Vous pouvez présenter le manuel au garagiste pour le guider dans les révisions à effectuer.

Est-il fréquent de se faire offrir des services superflus?

Oui, les plus courants étant l’ajout d’un additif d’huile ou d’essence, le nettoyage du circuit d’injection ou la vidange de l’antigel. Sachez qu’une huile de qualité contient suffisamment d’additif. Et que les constructeurs déconseillent de remplacer l’antigel avant l’intervalle recommandé au manuel d’entretien, à moins d’un problème. Chez les concessionnaires et dans les grandes surfaces, le préposé au comptoir reçoit souvent une commission pour ce type de vente, ce qui est plus rare chez les indépendants. D’autres services superflus peuvent être plus coûteux, comme un remplacement inutile de la batterie. Lors d’un test que l’APA a réalisé en 2011, nous provoquions une panne en dévissant un câble sur une batterie neuve. Sur 31 garages testés, 10 ont facturé des travaux inutiles et sept ont carrément remplacé la batterie, pourtant presque neuve et en parfait état.

Comment savoir si un service est superflu?

Encore là, le manuel est utile. Les vérifications à faire y sont inscrites, ce qui impose une certaine discipline au réparateur. Demandez des précisions lorsqu’on vous propose des services qui n’y figurent pas. Autre conseil: si les réparations recommandées vous semblent exagérées, pensez à obtenir un deuxième avis avant de les autoriser. Enfin, sachez que la matinée est davantage propice aux ventes superflues. Une étude réalisée avec l’APA par Henry Seth Schneider, un économiste spécialisé dans l’industrie de services, et publiée dans le Journal of Industrial Economics en janvier 2012, a démontré que les ventes inutiles de pièces et de services sont souvent réalisées le matin, car les gestionnaires souhaitent atteindre leur objectif de chiffre d’affaires le plus tôt possible et disposent du temps nécessaire pour faire livrer des pièces et les installer avant la fermeture.

À l’inverse, constatez-vous que des vérifications essentielles sont omises?

Oui. Par exemple, sur une traction intégrale, on omet souvent de remplacer le lubrifiant du différentiel arrière. Il faut aussi inspecter les freins arrière sur certains modèles, les dégripper et les lubrifier quand c’est nécessaire: cela peut doubler leur durabilité. Autres services parfois négligés: lubrifier le loquet du capot des véhicules et les pentures des portières coulissantes des minifourgonnettes. Les faiblesses à surveiller ainsi que les vérifications propres à certains modèles sont mentionnées dans le Guide annuel de l’automobile que nous publions avec Protégez-Vous. Enfin, quand la voiture vieillit, les fuites d’huile sont plus fréquentes. Une vérification régulière aide à détecter le problème avant que la garantie de la voiture n’expire. Ces vérifications, qui ne sont pas très payantes, sont souvent omises par les garagistes.

Que faire si on a été floué?

Une réparation est garantie trois mois ou 5 000 kilomètres. Si le problème réapparaît dans ce laps de temps, vous pouvez demander au garagiste de refaire la réparation ou de mieux diagnostiquer le problème. Mais il faut être capable de prouver que c’est le même problème et qu’un diagnostic erroné ou une mauvaise réparation est en cause. Exigez une facture détaillée et gardez les anciennes pièces: celles-ci peuvent servir de preuves en cas de différend. Si vous n’arrivez pas à vous entendre avec le garagiste, sachez que vous pouvez intenter une action aux petites créances ou à l’Office de protection du consommateur. Vous pouvez aussi faire inscrire la plainte au profil du commerçant afin d’éviter que d’autres consommateurs ne connaissent le même sort que vous.

>> À lire aussi: 5 pneus d’hiver haute performance testés

6 conseils pour préparer sa voiture pour l'hiver
 
Par Priscilla Franken et Jesse Caron, novembre 2014
 
• Faites vérifier vos pneus d'hiver. En règle générale, les pneus d’hiver ont une durée de vie de trois ou quatre ans. Il faut néanmoins s’assurer chaque année qu’ils sont en bon état. Pensez à les faire inspecter par votre garagiste et à prendre rendez-vous avec lui pour qu’il les monte, au besoin.
 
• Veillez au pictogramme! À partir de 2014, une nouvelle règle s'applique: les pneus posés, à moins d'être cloutés, devront obligatoirement arborer le pictogramme encastré dans une montagne.N’oubliez pas non plus qu’ils doivent être installés le 15 décembre au plus tard.
 
• Faites la chasse aux éclats de peinture. Même s’ils ne mesurent que deux millimètres, vous devez absolument les traquer. Le moindre petit éclat de peinture doit en effet être recouvert, sinon la rouille s’y installe; mis à nu, le métal est exposé à l’eau et aux fondants routiers (sel et calcium), ce qui accélère la corrosion. «Il est possible de faire les retouches soi-même. Il suffit de se procurer le bon code de couleur chez son garagiste ou son concessionnaire», conseille Sylvain Légaré, analyste en consommation automobile chez CAA Québec.
 
• Demandez une inspection pré-hivernale. Prenez rendez-vous avec votre garagiste ou votre concessionnaire pour les vérifications pré-hivernales, qui concernent les éléments mécaniques de la voiture. Dépendamment de l’âge de votre véhicule, de ses spécificités et du guide du fabricant, le mécanicien sera amené à inspecter: les bougies, les freins, le niveau des liquides (huile, liquide de freins, de transmission, de refroidissement…), la batterie, le chauffe-moteur (si vous en possédez un), le thermostat, la suspension et la direction doivent quant à elles être systématiquement vérifiées après la pose des pneus d’hiver.
 
• Appliquez un traitement antirouille. Si vous voulez que votre voiture conserve un aspect sain (et donc sa valeur de revente!), un traitement antirouille s’impose. Il peut être appliqué à n’importe quel moment de l’année. Sylvain Légaré conseille d’attendre la fin de la garantie de protection anti-corrosion pour le faire, soit quatre ou cinq ans en moyenne. C’est généralement à ce moment-là que les premières taches de rouille commencent à apparaître. Mais pour certains experts, les premiers traitements préventifs peuvent se faire plus tôt, même dès la première année.
 
• Trois bons réflexes à adopter l’hiver.
- Laver la voiture. «Il faut laver sa voiture aussi souvent que possible pour éviter l’accumulation de sel et de calcium», recommande Sylvain Légaré. Cela vous permettra de prévenir la rouille, mais aussi d’améliorer la propreté du pare-brise, élément-clé de votre sécurité. 
- Acheter un antigel de serrure. C’est le petit plus qui peut vous éviter de perdre votre temps… et vos nerfs: munissez-vous d’un antigel de serrure, juste au cas où. À garder sur soi, pas dans la voiture!
- Protéger les caoutchoucs des portières. L’hiver, les caoutchoucs des portières de votre voiture peuvent eux aussi être endommagés. «On peut appliquer un aérosol de silicone soi-même. Cela les préservera, mais les empêchera aussi de coller, ce qui arrive parfois», explique Sylvain Légaré.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Automobile