Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Affichage des prix dans les marchés publics du Québec

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Office de la protection du consommateur Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 07 Juin 2011

Photo: iStockphoto

Facile, en effet, de se laisser tenter par ces paniers de petits fruits et de légumes colorés. Mais pour choisir ceux qui représentent la meilleure affaire, il faut pouvoir comparer les prix. 

Savez-vous que la Loi sur la protection du consommateur oblige tous les commerçants à afficher les prix clairement?

Un prix sur chaque produit

Il s'agit d'un principe fondamental de la Loi: les commerçants doivent indiquer le prix de vente sur chacun des produits offerts dans leur établissement pour que le consommateur puisse faire un achat éclairé.

Toutefois, la Loi prévoit deux exceptions. La première vise certaines catégories de produits. Il s'agit, notamment, des aliments non emballés avant la vente, des fleurs, des plantes et des arbres.

On retrouve souvent ces catégories de produits dans les marchés publics du Québec.

Un prix près du produit
Le commerçant qui vend ces catégories de produits n'est pas obligé d'indiquer un prix sur chacun d'eux. Par contre, il a l'obligation de l'indiquer près du produit de façon claire et lisible.

Si le cœur vous en dit, il peut être agréable de «piquer une jasette» avec un producteur local. Par contre, être obligé de demander des prix qui brillent par leur absence peut s'avérer fastidieux.

Sans compter que le fait de ne pas indiquer les prix constitue une pratique injuste pour les commerçants qui, eux, respectent la Loi.

Les prix dans les boutiques
Il arrive que des boutiques spécialisées en alimentation côtoient les kiosques de fruits et de légumes. Peu importe le type de commerce, la règle de base demeure la même: le commerçant doit indiquer le prix sur chacun des biens ou sur son emballage.

Cependant, la Loi prévoit une deuxième exception qui permet aux commerçants qui utilisent un lecteur optique de code universel des produits (les fameux codes-barres) d'échapper à cette règle. En contrepartie, entre autres obligations, les commerçants doivent apposer, sur les tablettes, vis-à-vis de chacun des produits une description et le prix de ce produit. De plus, il leur faut adopter et afficher une politique d'exactitude des prix.

Cependant, l'utilisation de cette technologie est plus fréquente dans les supermarchés que dans les kiosques saisonniers et les boutiques spécialisées.

Pour en connaître davantage sur l'indication des prix et sur la politique d'exactitude, visitez le site de l'Office