Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Tylenol et grossesse : la prudence s’impose

Par Catherine Crépeau
tylenol-grossesse

La prise d’acétaminophène (Tylenol) durant la deuxième moitié de la grossesse augmenterait le risque de légers problèmes cognitifs et reproducteurs chez le fœtus, selon des études préliminaires.

Dans un « énoncé de consensus » publié dans la revue Nature Reviews Endocrinology, 13 experts de la santé recommandent que les femmes enceintes soient averties dès le début de leur grossesse de renoncer à l’acétaminophène, à moins que son utilisation soit médicalement indiquée. Ils ajoutent que les femmes enceintes devraient utiliser la dose efficace la plus faible, et ce, pendant la période la plus courte possible.

L’acétaminophène entre dans la composition de plus de 600 médicaments utilisés pour soulager la douleur légère à modérée et réduire la fièvre, dont le Tylenol.

Les auteurs de l’énoncé soulignent que, trop souvent, les femmes enceintes ne réalisent pas que l’acétaminophène est un médicament, bien qu’il soit en vente libre. À preuve, une sur deux oublie de le mentionner lorsqu’un chercheur lui demande de lister les médicaments qu’elle prend.

Cet appel à la prudence survient un an après un avis de la Food and Drug Administration (FDA) américaine et de Santé Canada. Les deux organismes recommandaient d’éviter les anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l’ibuprofène (Advil), l’acide acétylsalicylique (aspirine) ou le naproxène, à partir de la 20e semaine de grossesse en raison du « risque rare, mais grave, de problèmes rénaux chez le fœtus pouvant entraîner une quantité insuffisante de liquide amniotique et d’éventuelles complications lors de la grossesse ».

À la suite de cet avis, les femmes enceintes se seraient tournées vers l'acétaminophène, dont la consommation a augmenté selon les auteurs de l'article, pour soulager leur douleur.

Dix ans d’études

Au cours de la dernière décennie, plusieurs recherches expérimentales et épidémiologiques ont suggéré que l’exposition prénatale à l’acétaminophène pourrait altérer le développement du fœtus, ce qui pourrait augmenter les risques de certains troubles neurodéveloppementaux, reproducteurs et urogénitaux.

Chez les animaux, l’acétaminophène est un perturbateur endocrinien, c’est-à-dire qu’il interfère avec le système hormonal. Un tel effet n’a pas été confirmé chez l’homme.

Des études ont été menées chez l’humain, mais, comme l’acétaminophène est en vente libre, sa consommation réelle est difficile à mesurer. De plus, il est possible que l’augmentation du risque soit attribuable à la maladie ou aux symptômes qui ont amené la prise du médicament.

PRÉCISION : Ce texte a été modifié le 6 octobre pour retirer le Tylenol des exemples d'anti-inflammatoires.

>> À lire aussi : Action collective autorisée contre le fabricant de Tylenol et Médicaments sans ordonnance: de nouvelles étiquettes plus faciles à comprendre

Lire l'article
La RBQ veut mieux protéger les Québécois : trop peu trop tard ?

Avec les nombreuses histoires d’horreur liées à la construction et à la rénovation et les critiques de la vérificatrice générale du Québec envers la Régie du bâtiment (RBQ), vous êtes en droit d’être méfiant si vous vous apprêtez à acheter une maison neuve ou à faire des travaux. Et ce, malgré les promesses de l’organisme d’améliorer sa gestion des licences d’entrepreneurs et le soutien aux propriétaires.

Lire l'article
Construction : doit-on imposer des inspections de chantier ?

Imposer la surveillance de tous les chantiers de construction et de rénovation est-elle la réponse aux histoires d’horreur qui laissent les propriétaires devant des travaux mal exécutés, des maisons inachevées ou des entrepreneurs en faillite ? Pour plusieurs, la réponse est oui. Et il faudrait agir dès maintenant.

Lire l'article
Les garages manquent de main d’œuvre et de pneus d’hiver

Si vous n’avez pas encore pris rendez-vous pour chausser votre véhicule de ses pneus d’hiver en prévision de la date limite du 1er décembre, faites vite : les garages manquent d’installateurs et les stocks de pneus sont en baisse.

Lire l'article
Québec se prépare pour la saison de la grippe

Le virus de l’influenza a été très peu présent au Québec en 2020. Est-ce que ce sera encore le cas cette année ? Les autorités de santé publique demeurent à l’affût et préparent la campagne de vaccination annuelle pour le 1er novembre.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par SYLVIE JOBIN
    03 Octobre 2021

    Euh, l'acétaminophène n'est pas un anti-inflammatoires non stéroïdien.... Est-ce que quelqu'un a fait une révision de cet article?

  • Par JESSIE GALARNEAU
    30 Septembre 2021

    L’acétaminophène n’est pas un anti-inflammatoire non stéroïdien. De plus, les récentes études ne tiennent pas nécessairement compte de la raison de prise d’acetaminophène (la condition de la femme, tel que douleur, arthrite, migraines... pourrait aussi contribuer aux effets sur le fœtus). Il faut poursuivre les recherches et essayer de prendre le moins de médicament possible, mais si nécessaire, l’acétaminophène reste le choix le plus sécuritaire.