Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Médicaments sans ordonnance: de nouvelles étiquettes plus faciles à comprendre

Par Catherine Crépeau

Les médicaments sans ordonnance devront désormais afficher un tableau d’information indiquant clairement les ingrédients qu’ils contiennent. Un peu comme à l’épicerie!

La nouvelle règlementation de Santé Canada touche tous les médicaments sans ordonnance mis en vente au Canada après le 13 juin 2017. Il est question ici de produits comme le sirop pour la toux, les crèmes contre les verrues ou les analgésiques que vous pouvez acheter en pharmacie, dans certaines grandes surfaces et les dépanneurs.

Pour les médicaments en vente libre qui existaient avant cette date, les fabricants ont jusqu’au 30 juin 2021 pour afficher le «Tableau de renseignements sur le médicament» sur l’étiquette de leur produit.

Un tableau uniforme partout

Ce tableau est calqué sur l’étiquette nutritionnelle des aliments. Ainsi, il présente les mêmes renseignements, dans le même ordre, pour tous les médicaments sans ordonnance afin de rendre les renseignements qui figurent déjà sur les étiquettes plus faciles à trouver, à lire et à comprendre.

«L’apposition d’étiquettes claires et compréhensibles sur ces produits est importante, car elle aide les consommateurs à prendre des décisions éclairées. Les consommateurs peuvent ainsi s’assurer de prendre le bon médicament correctement et éviter de faire des erreurs dangereuses», explique Santé Canada.

Le tableau indique, entre autres choses, l’ingrédient actif du médicament et la quantité comprise dans chaque unité posologique. L’organisme fédéral veut ainsi prévenir les interactions médicamenteuses, qui peuvent être dangereuses, ainsi que les surdoses accidentelles liées à la prise de plusieurs produits contenant le même ingrédient actif.

Vous y trouvez aussi la liste des ingrédients inactifs – pour éviter les allergies –, les usages pour lesquels le médicament est autorisé, les mises en garde et le mode d’emploi.

Exemple:

Source: Santé Canada

Santé Canada exige aussi que les fabricants indiquent le numéro de téléphone ou l’adresse où vous pouvez signaler les problèmes et les effets indésirables du médicament.

>> À lire aussi sur notre site: Les produits naturels, comment s’y retrouver?

Et les produits naturels?

Les fabricants de produits de santé naturels (vitamines, minéraux et produits à base de plantes médicinales, par exemple) ne sont pas soumis à la même règlementation. Ils ont cependant reçu une ligne directrice de Santé Canada visant à adopter, comme pratique exemplaire, un tableau de renseignements qui accompagnerait les étiquettes de leurs produits.

Lire l'article
5 trucs pour améliorer son chauffage électrique

Avec l’automne et ses couleurs, arrive aussi le moment de repartir le chauffage dans la maison. Avant de remonter les thermostats, prenez le temps de faire le tour des plinthes et des convecteurs pour tirer le meilleur parti de votre système de chauffage.

Lire l'article
Que faire en cas d’éclosion de COVID-19 à l’école de votre enfant?

De nombreux parents ont reçu une lettre de l’école les avisant que des cas de COVID-19 s’étaient déclarés dans la classe de leur enfant ou dans l’établissement et leur indiquant les règles à suivre. Des instructions qui ne sont pas toujours bien comprises. Protégez-Vous a demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de les clarifier.

Lire l'article
Recycler ses appareils électroniques de façon responsable, malgré les restrictions

L’utilisation des appareils électroniques est en forte augmentation au Québec, alors que le travail à distance a amené plusieurs travailleurs à moderniser leurs équipements à la maison. Mais que faire avec les vieux équipements en cette période de restriction?

Lire l'article
Une action collective contre Hydro-Québec pour surfacturation va de l’avant

L’action collective contre Hydro-Québec, qui aurait surfacturé ses clients pour environ 1,2 milliard de dollars entre 2008 et 2013, peut aller de l’avant. Le 15 octobre, la Cour suprême a refusé la demande d’appel de la société d’État.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.