Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Vraiment dangereux, le four à micro-ondes?

Par Mathilde Roy
four-micro-ondes Shutterstock.com

Non, vos aliments ne deviennent pas radioactifs lorsqu’ils sont chauffés au four à micro-ondes.

  Les consommateurs sont nombreux à s’inquiéter au sujet des ondes électromagnétiques qui pénètrent la nourriture pendant la cuisson au four à micro-ondes. Pour vous rassurer, voici comment fonctionne cet appareil, qui est apparu dans les foyers en 1967.  

Comment ça marche?

Le four à micro-ondes utilise l’énergie des ondes électromagnétiques de la famille des radiofréquences (les fameuses «micro-ondes») pour réchauffer les aliments. 

Ces ondes ne doivent pas être confondues avec les rayons X ou les rayons gamma, qui sont beaucoup plus puissants et peuvent causer des maladies, dont des cancers.

Les micro-ondes sont générées par un dispositif dans le four à micro-ondes (le magnétron) et passent ensuite par un guide d’ondes jusqu’à un agitateur, qui les propage dans le four, comme nous l’expliquons dans notre test de 16 fours à micro-ondes.

Les ondes pénètrent dans les aliments, soit directement ou après avoir rebondi sur les parois de l’appareil. L’énergie absorbée par la nourriture agite les molécules d’eau dans les aliments, ce qui les réchauffe.

Ces ondes restent-elles dans les aliments?

«Les micro-ondes produites par un four à micro-ondes ne rendent pas les aliments ni le four en soi radioactifs. Lorsque l'on arrête le four, les micro-ondes disparaissent. Elles ne demeurent pas dans les aliments ni dans le four», explique Santé Canada sur son site

En effet, renchérit Mathieu Gauthier, conseiller scientifique à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), les ondes électromagnétiques voyagent à la vitesse de la lumière. «Une fois qu'on ouvre la porte du four à micro-ondes, il n'y a plus rien. On se retrouve juste avec de la nourriture chaude.»

L’expert explique que la transformation d'un aliment cuit au micro-ondes n'est en fait pas différente d'un aliment cuit au four. Dans les deux cas, les molécules s’agitent et se réchauffent. «Au four, l'air et le rayonnement infrarouge font augmenter la température. Le plat est long à chauffer parce que le rayonnement est absorbé par la surface des aliments. La cuisson est plus rapide au micro-ondes parce que les ondes entrent à l’intérieur des aliments.»

Y a-t-il des fuites?

De petites quantités de micro-ondes peuvent s’échapper de l’appareil, mais il n’y a pas de raison de s’alarmer ou de se tenir très loin. «Le four à micro-ondes, en théorie, est isolé pour éviter les fuites. Cela dit, il peut y en avoir, mais, en général, elles sont très proches de la porte et ne se propageront pas loin», note Mathieu Gauthier. 

Santé Canada ne voit pas de dangers pour les humains si l’appareil est bien entretenu : «Si la porte, les charnières, les loquets ou l'écran présentent des signes d'endommagement, il est possible que les fuites de radiations électromagnétiques soient trop élevées.» 

Pour être bien certain de ne courir aucun risque, suivez ces conseils de Santé Canada :

• respectez les directives du fabricant en ce qui concerne l'utilisation et les mesures de sécurité;

• n’utilisez pas votre four si la porte ne ferme pas ou si elle est endommagée; 

• gardez la porte et les joints d’étanchéité propres sans utiliser de nettoyants abrasifs; 

• ne désactivez pas le verrouillage de sécurité du four. 

>> À lire aussi: Faut-il avoir peur de la 5G? et Enquête sur les ondes électromagnétiques et Quoi préparer au four à micro-ondes et quoi éviter?

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par MARC THIBAULT
    15 Novembre 2021

    Dans votre test des micro-ondes (nov . 2021), j’ai relevé quelques incohérences dans votre article qu’il serait bon de corriger.
    Vous dites d’abord que le micro-ondes peut « brouiller un signal radio, de télévision, de téléphone sans fil ou de routeur » qui fonctionnent sur la même fréquence, soit 2,4 Ghz. Ailleurs, vous dites que de « petites quantités de micro-ondes… sont très proches de la porte et ne se propageront pas loin », selon votre « expert » Mathieu Gauthier. Comment peut-on affirmer cela, puisque l’interférence peut se manifester facilement à plusieurs mètres du micro-ondes ?
    Et je crois que PV véhicule des faussetés en affirmant « il n’y a pas de raison de s’alarmer ou de se tenir très loin ».
    J’utilise un micro-ondes de marque Panasonic (modèle NN-ST642W) acheté en 2014, jamais réparé ou endommagé et complètement fonctionnel.
    J’utilise aussi un détecteur de radiofréquences calibré Safe and Sound Pro II fabriqué par Safe Living Technologies.
    Voici les radiofréquences que j’ai mesurées : à 1 mètre, de 5000 à 30000 uW/m2 (microwatts par mètre carré) avec des pointes à 60000. À 3 m., je mesure 2000 avec des pointes à 6000.
    Pour comparer, voici les mêmes mesures sur un routeur Bell Borne universelle 2000 : à 1 m., 200000 ; à 3 m 30000
    Il est insensé de se fier au Code de Sécurité 6 désuet de Santé Canada qui ne voit pas de danger pour la santé jusqu’à 4,500,000 uW/m2. Plusieurs pays européens recommandent de limiter l’exposition à moins de 1000 uW/m2.
    Pour permettre à vos lecteurs de consulter un point de vue différent sur les dangers des micro-ondes, vous pouvez les référer à cette lettre adressée à Valérie Plante.
    Lettre ouverte à Valérie Plante : agir en bonne maire de famille - La Maison du 21e siècle - Le Magazine de la Maison Saine
    Marc Thibault

    journalist
    Par CéLINE MONTPETIT de Protégez-Vous
    23 Novembre 2021

    Bonjour Monsieur Thibault,
    Les fours à micro-ondes sont isolés afin de limiter la quantité de micro-ondes qui peuvent s’en échapper. Cela dit, les fuites sont possibles, et peuvent causer des interférences avec d'autres appareils, par exemple ceux connectés au réseau Wi-Fi, dont les ondes opèrent à la même fréquence que les fours à micro-ondes. La quantité de micro-ondes n'est toutefois pas suffisante pour poser un risque pour la santé. Ces ondes sont plus nombreuses à quelques centimètres du four à micro-ondes et diminuent significativement plus on s’en éloigne.

    Selon Mathieu Gauthier, conseiller scientifique à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), le consensus scientifique est très clair : sous les limites d’exposition imposées par Santé Canada et par la plupart des instances internationales, il n’y a pas de risque pour la santé. «Le seul effet potentiel du rayonnement non ionisant (dont font partie les ondes sur la fréquence de 2,4 GHz) est le réchauffement des tissus, qui survient à des expositions nettement supérieures aux limites imposées au Canada, explique-t-il. Et contrairement au rayonnement ionisant (comme les rayons UV et les rayons X), le rayonnement non ionisant ne peut pas causer de cancer en brisant l’ADN. »