Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Faut-il avoir peur de la 5G?

Par Mathilde Roy Mise en ligne : 13 février 2020  |  Magazine : mars 2020 Shutterstock.com

5G Shutterstock.com

Prochaine génération de réseaux mobiles, la 5G promet d’être révolutionnaire. Mais la multiplication des antennes et l'utilisation de nouvelles radiofréquences auront-elles des conséquences sur votre santé? Regard sur une technologie aussi prometteuse que redoutée.

La 5G, c’est quoi?
Levée de bouclier contre la 5G
L’état des connaissances sur les ondes électromagnétiques
D’autres effets possibles sur la santé?
Les particularités de la 5G
Inoffensif, le téléphone cellulaire?

La 5G, c’est quoi?

Huit ans après son avènement, la technologie 4G est sur le point d’être supplantée par la 5G. Et, à en croire l’industrie des télécommunications et les villes qui la déploieront, la prochaine génération de l’Internet mobile s’annonce révolutionnaire : vitesse de téléchargement jusqu’à 20 fois supérieure – ce qui veut dire, en théorie, que vous pourriez télécharger un film en une seconde –, délai de réaction (latence) 50 fois moindre et possibilité de connecter simultanément 500 fois plus d’appareils au kilomètre carré. De quoi envisager le développement des voitures connectées et des robots qui effectuent des chirurgies ou éteignent des feux à distance, soutient le Conseil 5G Canada, un regroupement d’entreprises du secteur sans-fil au pays.  

Levée de bouclier contre la 5G

Mais la méfiance règne aussi autour du déploiement de cette technologie, tant sur les réseaux sociaux que chez une frange de la communauté scientifique. 

Pétitions en ligne, appels au moratoire, formations de groupes citoyens… Les détracteurs plaident que la 5G aura pour effet d’augmenter notre exposition aux ondes électromagnétiques radiofréquences. Ondes qui, selon eux, comportent des risques avérés pour la santé. 

Car les inquiétudes liées aux radiations des champs électromagnétiques ne datent pas d’hier. Tour à tour, pylônes électriques, antennes cellulaires, Wi-Fi et compteurs intelligents ont été farouchement critiqués par des citoyens et une poignée de chercheurs. Les radiations de ces appareils sont cancérogènes et affectent notamment les systèmes reproducteur, cardiovasculaire, nerveux et hormonal, affirment-ils.  

Une position que ne partagent pas des experts que nous avons consultés et les agences sanitaires internationales, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Santé Canada et l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) de France. 

Ces derniers sont unanimes : bien qu’ils reconnaissent que les recherches doivent se poursuivre, ils statuent que les données actuelles ne permettent pas de conclure que les radiofréquences sont dangereuses pour la santé des individus.

Peu d’études ont été menées sur la 5G spécifiquement, puisque cette technologie en est à ses balbutiements. Et, alors qu’elle a fait son entrée dans plusieurs pays (Corée du Sud, Suisse, certaines villes américaines, etc.), il pourrait s'écouler encore quelques années avant qu'elle soit étendue au Canada. Mais d’ici là, devrions-nous nous alarmer de ses conséquences sur notre santé?

L’état des connaissances sur les ondes électromagnétiques

D’abord, il faut savoir qu’il existe plusieurs catégories d’ondes électromagnétiques, tels les ondes cellulaires, la lumière visible et les rayons X, comme le montre cette illustration. Ce qui les différencie : leur fréquence. 

spectre-5g

Plus la fréquence d’une onde électromagnétique est élevée, plus l’énergie transportée par cette onde est grande, explique Thomas Gervais, professeur en génie physique et biomédical à Polytechnique Montréal. 

Ainsi, les rayonnements dont la fréquence est plus élevée que celle de la lumière visible (les rayons gamma, X et certains UV, selon la définition généralement retenue) sont dits ionisants. «Ils possèdent assez d’énergie pour briser des molécules, modifier l’ADN et causer des maladies, dont des cancers», indique Thomas Gervais, qui est aussi chercheur à l’Institut du cancer de Montréal. 

Cependant, l’utilisation judicieuse des rayonnements ionisants a mené à plusieurs applications intéressantes, notamment en médecine, où on utilise par exemple des rayons X pour faire des radiographies. 

À l’inverse, poursuit Thomas Gervais, les rayonnements de plus basse fréquence, dont ceux des ondes radiofréquences, sont dits non ionisants. C'est ce type de rayonnements que produisent les appareils sans fil et les tours cellulaires. «Ils ne possèdent pas l’énergie suffisante pour s’attaquer à nos cellules et à notre ADN. 

Le seul effet de ces ondes est l’échauffement [des zones du corps exposées]», ajoute l’expert, précisant que des normes gouvernementales protègent la population de cet effet-là. 

D’autres effets possibles sur la santé? 

Certains chercheurs pensent que d’autres effets découlent de l’interaction entre les ondes radiofréquences et les êtres vivants. C’est le cas de Paul Héroux, directeur du programme de santé au travail du Département d’épidémiologie, de la biostatistique et de la santé au travail à l’Université McGill : «Il existe une grosse littérature scientifique qui conclut que l’exposition aux ondes électromagnétiques augmente les radicaux libres. [Ces derniers] détruisent vos structures biologiques, et jouent un rôle dans un grand nombre de maladies, comme le diabète, la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson.» 

Paul Héroux affirme que les preuves sont aussi suffisantes pour associer les ondes radiofréquences au cancer, à la réduction de la fertilité humaine ainsi qu’à des perturbations cardiaques et génétiques. Le professeur s'appuie sur différentes études, dont un récent rapport du National Toxicology Program américain. 

Il cite également le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’OMS, qui classe, depuis 2011, ces ondes comme «peut-être cancérogènes pour l’homme» (groupe 2B). Le CIRC précise que cette classification repose sur des preuves limitées de gliome chez l’animal, mais que les données qui concernent les autres cancers et les ondes radiofréquences sont insuffisantes pour conclure à un lien. 

Pour Mathieu Gauthier, conseiller scientifique à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), il importe de regarder la littérature dans son ensemble. Les organismes de santé internationaux, dont l’Anses, Santé Canada et l’OMS, évaluent régulièrement les études portant sur ces effets potentiels, rappelle-t-il. 

«Aucun d’eux n’a trouvé de preuves convaincantes concernant la présence d’effets néfastes pour la santé. On est dans un consensus scientifique similaire à celui sur les changements climatiques», indique l’expert qui pondait, en 2016, un rapport de 77 pages sur les effets des radiofréquences sur la santé. 

Par ailleurs, l’exposition des populations aux ondes radiofréquences dans l’environnement (antennes, Wi-Fi, compteurs intelligents, etc.) est très inférieure aux normes fixées, poursuit Thomas Gervais. Cela dit, le professeur à Polytechnique Montréal estime que les recherches doivent se poursuivre au sujet du téléphone cellulaire, car il est la «source d’exposition numéro 1 dans nos vies». 

Les particularités de la 5G

Puisque la 5G repose sur des signaux transportés par des ondes radiofréquences, tout comme la télédiffusion, la radiodiffusion et la téléphonie mobile, rien ne laisse croire que nous devrions craindre ce réseau, assurent Thomas Gervais et Mathieu Gauthier. 

Cette cinquième génération se distingue néanmoins des précédentes, car elle doit ultimement fonctionner avec des fréquences radio plus élevées, soit entre 20 et 100 GHz, contre des fréquences entre 0,7 et 2,6 GHz actuellement. 

Les ondes millimétriques utilisées par ces nouvelles fréquences permettent des vitesses de transfert beaucoup plus rapides. Mais elles ont aussi le défaut de ne pas voyager très loin. «Elles sont beaucoup moins pénétrantes, ce qui fait qu’elles n’entrent pas très bien à l’intérieur des bâtiments», explique Mathieu Gauthier. Ces ondes traversent aussi difficilement l’être humain ; elles pénètrent à peine la peau. 

Résultat : pour couvrir un même territoire, il est à prévoir que de petites tours cellulaires de plus courte portée poussent comme des champignons dans les villes, érigées sur des poteaux électriques ou des lampadaires. La Ville de Montréal estime qu’il faudra déployer entre 40 000 et 60 000 antennes dans la métropole, soit au moins huit fois plus que pour le réseau 4G. 

Faut-il craindre cette multiplication des antennes et des objets connectés? À l’heure actuelle, les scientifiques en savent très peu sur les effets à long terme de l’exposition aux ondes millimétriques, et un nombre grandissant d’entre eux, dont Paul Héroux, appellent à la prudence quant au déploiement effréné de cette modernisation. L’Anses, en France, s’apprête d’ailleurs à lancer une expertise sur les effets sanitaires potentiels associés aux communications 5G.

Les experts interrogés se font toutefois rassurants: notre exposition aux radiofréquences n’est, selon eux, pas appelée à exploser. D’une part, l’ajout de petites antennes permet d’augmenter les débits de transfert de données. «Et si le débit est meilleur, la durée d’exposition en provenance de l’antenne et du téléphone cellulaire est réduite», indique Mathieu Gauthier. 

En France, l’Agence nationale des fréquences (ANFR), qui a mené des tests en 2017 et 2018 dans trois villes françaises, a même remarqué une baisse de l’exposition aux ondes lorsque de petites antennes sont ajoutées au mobilier urbain. 

D’autre part, note Thomas Gervais, malgré leur plus grand nombre, les antennes cellulaires continueront d’exposer le public à de très faibles doses de rayonnement. «Des centaines de fois sous les normes», indique-t-il. 

Inoffensif, le téléphone cellulaire?

Dans l’état actuel des connaissances, aucun mécanisme ne peut expliquer que le téléphone cellulaire donne le cancer – la plus grande crainte liée à cet appareil –, dit Mathieu Gauthier, conseiller scientifique à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). 

Mais puisque l’usage du sans-fil a explosé dans les dernières années, et qu’il représente notre plus grande exposition aux ondes électromagnétiques, les chercheurs s’intéressent particulièrement à ses effets potentiels à long terme sur la santé. 

Contrairement aux autres sources, comme les antennes, «on le colle sur notre oreille, et il émet des ondes se rapprochant des limites d’exposition autorisées au Canada, surtout lorsque la connexion est mauvaise», indique Thomas Gervais, professeur en génie physique et biomédical à Polytechnique Montréal. 

Une enquête menée par le Chicago Tribune révélait d’ailleurs, en août 2019, que les radiations détectées sur le iPhone 7 dépassaient la limite permise aux États-Unis. 

Cela dit, dans les dernières années, la recherche sur les effets des radiations émises par les téléphones portables sur la santé n’a pas convaincu la communauté scientifique. La vaste étude Interphone, menée sur 10 ans dans 30 pays, devait trancher sur le risque de cancer du cerveau lié à leur utilisation. 

Or, elle concluait, en 2010, que l’usage de ces téléphones n’augmente pas le risque de développer une tumeur. Une tendance a certes été constatée concernant un risque légèrement plus élevé de gliome chez 10% des plus gros utilisateurs (un usage à l’oreille d’au moins 30 minutes par jour pendant 10 ans), mais les auteurs précisent que certaines faiblesses de l’étude ne permettent pas de conclure à un lien de cause à effet. 

D’autres études menées sur des rongeurs ont récemment soulevé des questions. Par exemple, le rapport du National Toxicology Program (NTP) américain, publié en 2018, a démontré que des rats mâles exposés à des ondes radiofréquences développent des tumeurs cancéreuses au cœur. Un lien que les chercheurs n’ont toutefois pu établir chez les rats femelles ni chez les souris soumis au même traitement. 

John Bucher, chercheur senior au NTP, relativise d’ailleurs les résultats: «Les expositions employées dans nos études ne peuvent être comparées à l’exposition des humains qui utilisent un téléphone cellulaire», note-t-il. D’une part, les rats et les souris de leur expérimentation ont reçu des radiations radiofréquences dans tout leur corps, alors que les usagers de téléphone ne s’exposent qu’à un endroit localisé ; le plus souvent leurs mains ou leur oreille. D’autre part, la force des radiations et leur durée étaient supérieures à l’exposition normale d’un individu.  

COSMOS pourrait un jour fournir plus de réponses sur l’usage à long terme du téléphone cellulaire et des autres technologies sans fil, dit Thomas Gervais, aussi chercheur à l’Institut du cancer de Montréal. Cette étude de cohortes dans cinq pays européens suit, pendant des années, la santé et l’utilisation réelle que font du téléphone mobile plusieurs centaines de milliers de personnes.  

D’ici la parution des résultats, vous n’êtes pas rassuré, et vous souhaitez limiter votre exposition aux ondes radiofréquences? Étant donné que le téléphone mobile est la plus grande source d’exposition, les experts consultés suggèrent d’utiliser le mode mains libres lorsque vous faites un appel avec votre appareil.

>> À lire aussi: notre enquête sur le terrain des ondes électromagnétiques (article publié en 2012)

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Santé et alimentation

Commentaires 5 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par BRUNO DESCHENES | 17 février 2020

    J'ai une grande confiance en l'OMS mais pour ce qui est de Santé Canada, on repassera. Plus d'une fois ils nous ont prouvé que la santé des Canadiens n'est pas leur première priorité.

  • Par JEAN LAVERDIèRE | 17 février 2020

    OMS ce sont des vendu de grosse entreprises, aucune valeur fiable.
    Eux même sont un danger.

  • Par JEAN ARTEAU | 17 février 2020

    Votre article est malheureusement incomplet. Vous omettez entre autre les rapports 47 ATHEM-1 et 70 ATHEM-2 de l'AUVA, la CNESST de l'Autriche, qui identifient des effets biologiques sur les cellules et l'ADN. Les rapports de l'AUVA sont importants et crédibles parce que réalisés par une autorité neutre et indépendante sous un protocole rigoureux. Le rapport 47 peut se résumer : les effets non-thermiques sont confirmés, les limites sont remises en question, des précautions doivent être prises particulièrement chez les enfants. Plusieurs organisations se basent sur les effets thermiques des champs électromagnétiques. L'AUVA et BioInitiative 2012 montrent des effets biologiques sur les cellules.

    Voici une brève liste de références:
    AUVA REPORT: Nonthermal Effects Confirmed; Exposure Limits Challenged; Precaution Demanded. Edition July 21, 2009. https://www.jrseco.com/wp-content/uploads/2009_auva-report_english.pdf

    AUVA Research Reports. Report 70, ATHEM-2 Athermal effects of electromagnetic field exposure associated with mobile communications (2016) Vienna: Austrian Workers Compensation Board - AUVA; Dezember 2016. 70 https://www.auva.at/cdscontent/load?contentid=10008.642538&version=1499168711 (May 2019)

    AUVA Forschungreports. Band 47 Untersuchung athermischer Wirkungen elektromagnetischer Felder im Mobilfunkbereich (2010) Wien Allgemeine Unfallversicherungsanstalt AUVA https://www.auva.at/cdscontent/?contentid=10007.672634&portal=auvaportal&viewmode=content (May 2019)

    Biolnitiative Working Group, Cindy Sage and David 0. Carpenter, Editors. Biolnitiative Report: A Rationale for a Biologically-based Public Exposure Standard for Electromagnetic Radiation. at
    www.bioinitiative.org , December 31, 2012
    https://bioinitiative.org/conclusions/

    Mosgoeller W., Kundi M. 2019 On the Mechanism of Rf-Emf-Exposure Associated DNA Damage and Long Term Risks. 16th International Conference on Environmental Science and Technology. Rhodes, Greece, 4 to 7 September 2019. https://cest2019.gnest.org/sites/default/files/presentation_file_list/cest2019_00345_oral_paper.pdf

    Par JEAN ARTEAU | 20 février 2020

    Dans sa réponse, la journaliste mentionne que des milliers d’études ont été réalisées. Un grand nombre de ces études se base sur l’hypothèse que l’effet des champs électromagnétiques est limité à un effet thermique soit l’échauffement des tissus vivants. Les études de l’AUVA démontrent des effets non thermiques. Un grand d’études ou d’opinions basées sur la même hypothèse ne peuvent mener qu’à la même conclusion. N’est-ce pas le biais de plusieurs études commanditées par l’industrie. Enfin, le grand nombre qui répète la même chose n’est pas un gage de vérité. À cet effet, je cite l’avant-propos de l’historien militaire Karl-Heinz Freiser, Le Mythe de la guerre-éclair : La Campagne de l'Ouest de 1940, éditions Belin :
    « Quand j’ai commencé mes recherches sur la « campagne de l’Ouest de 1940 », je suis parti, évidemment, de la thèse selon laquelle elle avait été programmée dès le départ comme « guerre-éclair », selon l’expression consacrée. Les quelque 1500 livres et essais que j’ai exploités à cet égard ont confirmé, presque sans exception, la thèse courante. Ce fut donc une surprise pour moi de voir que c’était l’inverse que ressortait de plus en plus nettement de l’étude des documents d’archives ». Confronter aux faits, le mythe s’est écroulé. Répéter 1500 fois une fausseté ne la transforme pas en vérité pour autant, peut-être en mythe ou en croyance.

    Le rapport de BioInitiative a des faiblesses, soit. Mais prenez le temps de lire l’article suivant dont je cite quelques conclusions. Di Ciaula émet des réserves très sérieuses sur le déploiement du 5G.

    Di Ciaula, Agostino 2018 Towards 5G communication systems: Are there health implications?
    International Journal of Hygiene and Environmental Health 221 (2018) 367–375. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1438463917308143

    “Evidences about the biological properties of RF-EMF are progressively accumulating and, although they are in some case still preliminary or controversial, clearly point to the existence of multi-level interactions between high-frequency EMF and biological systems, and to the possibility of oncologic and non-oncologic (mainly reproductive, metabolic, neurologic, microbiologic) effects.”

    “However, underestimating the relevance of available results (in particular those from in vitro and animal models) do not appear to be ethically acceptable since, as has been observed reasoning in terms of primary prevention, it “is equivalent to accepting that a potential hazardous effect of an environmental agent can be assessed only a posteriori, after the agent has had time to cause its harmful effects””.

    Par JEAN ARTEAU | 19 février 2020

    Qu'est-ce qu'un consensus scientifique? Se mesure-t-il au nombre d'articles ou à la rigueur? Pendant longtemps, le consensus scientifique était que le soleil tournait autour de la Terre. Plus récent, je cite l'avant-propos de Karl-Heinz Freiser dans Le Mythe de la guerre-éclair : La Campagne de l'Ouest de 1940 [« Blitzkrieg-Legende, der Westfeldzug 1940 »], éditions Belin, 1995 (réimpr. 2003), 480 p.,
    « Quand j’ai commencé mes recherches sur la « campagne de l’Ouest de 1940 », je suis parti, évidemment, de la thèse selon laquelle elle avait été programmée dès la départ comme « guerre-éclair », selon l’expression consacrée. Les quelque 1500 livres et essais que j’ai exploités à cet égard ont confirmé, presque sans exception, la thèse courante. Ce fut donc une surprise pour moi de voir que c’était l’inverse que ressortait de plus en plus nettement de l’étude des documents d’archives ». Répéter une fausseté 1500 fois n'en fait pas une vérité. Et pourtant Freiser est 1 contre 1500 mais le seul à avoir vérifié les archives militaires allemandes et françaises, à avoir regardé les faits.
    Madame Roy ne commente pas les études indépendantes de l'AUVA. Pourtant l'AUVA démontre les effets non-thermiques des champs électromagnétiques allant ainsi à contrecourant de la thèse que les champs électromagnétiques ne causent que des effets thermiques. Je vous suggère de lire également les conclusions de Di Ciaula:
    “Evidences about the biological properties of RF-EMF are progressively accumulating and, although they are in some case still preliminary or controversial, clearly point to the existence of multi-level interactions between high-frequency EMF and biological systems, and to the possibility of oncologic and non-oncologic (mainly reproductive, metabolic, neurologic, microbiologic) effects.”

    “However, underestimating the relevance of available results (in particular those from in vitro and animal models) do not appear to be ethically acceptable since, as has been observed reasoning in terms of primary prevention, it “is equivalent to accepting that a potential hazardous effect of an environmental agent can be assessed only a posteriori, after the agent has had time to cause its harmful effects””.

    Di Ciaula, Agostino 2018 Towards 5G communication systems: Are there health implications?
    International Journal of Hygiene and Environmental Health 221 (2018) 367–375. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1438463917308143

    journalist Par CéLINE MONTPETIT de Protégez-Vous | 18 février 2020

    Bonjour Monsieur Arteau,
    Merci de votre commentaire. Voici la réponse de notre journaliste Mathilde Roy:
    "Les radiofréquences ont fait l'objet de milliers d'études dans le monde. L'objectif de notre article n'est pas d'en faire la recension, mais de dresser le portrait scientifique du sujet, en exposant les différents points de vue et le consensus scientifique qui s'en dégage. Par ailleurs, le rapport BioInitiative a été vivement critiqué en raison de biais de sélection des études présentées, de la faible qualité des articles scientifiques cités, de l'absence de coordination et de consultation entre les différents auteurs des chapitres et de conflits d'intérêts. "

  • Par PIERRE GAGNÉ | 26 février 2020

    "Les ondes millimétriques utilisées par ces nouvelles fréquences permettent des vitesses de transfert beaucoup plus rapides. Mais elles ont aussi le défaut de ne pas voyager très loin. «Elles sont beaucoup moins pénétrantes, ce qui fait qu’elles n’entrent pas très bien à l’intérieur des bâtiments», explique Mathieu Gauthier. Ces ondes traversent aussi difficilement l’être humain ; elles pénètrent à peine la peau."
    Votre article explique bien les caractéristiques des différentes plages de fréquences, mais ne fait aucune mention de la puissance des émetteurs.
    À mon avis, lorsque vous mentionnez que les longueurs d'ondes millimétriques utilisées par le 5 G sont beaucoup moins pénétrantes, il aurait fallu mentionner "à puissance égale", car si les nouvelles antennes pour le 5G utilisent une puissance beaucoup plus élevée, les effets ne seront pas les mêmes pour la santé.

    Par DIANE PELLETIER | 25 mars 2020

    SUITE A UNE ÉLECTRISATION EN 2007 JE SUIS SÉVÈREMENT ÉLECTROSENSIBLE, AU POINT QUE JE SENS LE WI-FY DES VOISINS MALGRÉ DES MOUSTIQUAIRES EN ALLUMINIUM DANS CHAQUES FENÊTRES. J'AI TRÈS PEUR DE CE QUE LE 5G VA FAIRE AUX ENFANTS QUI DEVIENNENT HYPERACTIF DE PLUS EN PLUS, TOUS CES CANCERS ET PLUS. LES ONDES AFAIBLISSENT LE SYSTÈME IMMUNITAIRE LE PROCHAIN VIRUS SERAS PEUT ÊTRE PIRE QUE COVID-19? NE PORTEZ PAS VOTRE CELL...

    Par JEAN LAVERDIèRE | 19 mars 2020

    Courte distance, plus de transmetteurs a plus hautes puissance et très hautes fréquences, un mélange mortel pour tout êtres vivants. Vous avez entièrement raison.

  • Par GERMAIN GUAY | 17 avril 2020

    O.M.S est dans la merde jusqu'au cou présentement et donne son appuie a la chine pour qu'elle implante la 5G de Huawei ca sent l'espionnage a plein nez et nous le Canada ont vas laisser faire Bravo