Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Prudence avec les détecteurs de radon numériques

Par Amélie Cléroux
radon-dectection Shutterstock.com

Des appareils électroniques grand public qui indiquent le taux de radon dans votre domicile sont disponibles en magasin, mais devriez-vous vous y fier? Ce n’est pas ce que recommande Santé Canada.

Il est important de connaître le taux de radon chez vous, car une exposition à long terme à une forte concentration augmente les risques de développer un cancer du poumon.

Santé Canada indique que la concentration maximale pour une habitation est de 200 becquerels par mètre cube (Bq/m3), dans un environnement habité au moins quatre heures par jour. Mais, pour connaître ce taux, vous devez le mesurer adéquatement, comme nous l’expliquons dans notre article sur les grands enjeux entourant ce gaz radioactif qui s’infiltre et s’accumule dans les bâtiments.

Vous trouverez sur le marché des détecteurs de radon numériques grand public qui promettent de mesurer le taux de ce gaz dans votre domicile. Vendus entre 150 et 300 $ environ, ils sont attrayants à cause de leur facilité d’utilisation, de la possibilité de connaître rapidement le taux de radon chez vous et d’en faire une lecture en continu.

Le hic? Il n’existe actuellement aucun processus indépendant pour évaluer la performance et la fiabilité de ces appareils. Autrement dit: il n’y a ni certification ni encadrement d’autorités reconnues. «On ne peut pas les recommander parce qu’ils ne sont pas certifiés par le Programme national de compétence sur le radon», explique Mathieu Brossard, expert en rayonnement à Santé Canada.

Même si certains de ces appareils sont bons, d’après les observations d’experts sur leur performance et exactitude à court terme, d’autres sont peu fiables, selon Mathieu Brossard. Il rapporte que des produits mis à l’essai par des chercheurs de l’Association canadienne des scientifiques et technologues du radon (ACSTR) affichaient de fausses concentrations basses, ce qui implique un risque pour les gens qui s’y fient. À l’inverse, d’autres ont plutôt bien performé, selon une étude de l'ACSTR et de l’Institut de radioprotection du Canada portant sur six modèles d’appareils numériques de trois fabricants, publiée en octobre 2020. Les auteurs ont déterminé que les résultats obtenus variaient de moins de 10 à 26 % du taux réel de radon présent, selon le produit et les conditions d’essai.

Mathieu Brossard souligne qu'une marge de 10 à 20 % est très acceptable pour ce type d’appareil, mais il reste qu'on «ne connaît pas leur stabilité», répète-t-il.

De plus, aucun encadrement ne permet de déterminer leur performance à long terme ni leur durée de vie, contrairement, par exemple, à des détecteurs de fumée ou de monoxyde de carbone certifiés.

Des mesures sporadiques qui ont peu de valeur

Autre hic? L'instantanéité de la mesure fournie. «Le radon est un problème dynamique, qui varie beaucoup, explique Mathieu Brossard. Dans une seule journée ou dans une seule semaine, il peut y avoir des concentrations qui vont passer du simple au double, ou plus. C’est pour ça qu’on demande aux gens de faire une mesure sur une période d’au moins trois mois – pendant les mois où on utilise le chauffage – pour contrebalancer toutes ces variations et donner un taux représentatif.»

En fournissant des chiffres en continu, voire dès leur installation, les appareils numériques grand public sont problématiques.

«Un danger qu’on souhaite éviter, c’est que des gens dont la maison a un taux de radon élevé branchent leur appareil pendant 5 à 7 jours, qu’ils voient un taux en bas de 200 Bq/m3, puis, soulagés, le déconnectent, le prêtent à des proches…», illustre-t-il.

À l’opposé, une mesure élevée peut causer un stress inutile, alors que le radon est un risque à long terme. «Avec ce gaz, on ne peut pas se permettre l’instantanéité. Il faut faire une mesure suffisamment longue avec un appareil de qualité. On a ainsi le temps de le mesurer correctement, puis d’effectuer les travaux correctifs sur la maison», résume l’expert.

Des appareils testés de façon indépendante

Cela dit, si vous choisissez tout de même l’avenue du détecteur numérique, par exemple pour surveiller les taux de radon à la suite de travaux d’atténuation effectués dans votre maison, il est recommandé de choisir un appareil qui a été testé de façon indépendante par une source fiable, reconnue et rigoureuse, comme dans l’étude de l’ACSTR mentionnée plus haut, et de prendre en considération sa marge d’erreur lors de la mesure. Enfin, vous devriez valider les résultats avec un appareil certifié.

Les appareils certifiés

Les appareils certifiés par le Programme national de compétence sur le radon et recommandés par Santé Canada pour un usage à domicile sont vendus quelque 45 $, notamment par l’intermédiaire de l’Association pulmonaire du Québec (APQ) et de CAA-Québec. Le détecteur (parfois appelé «dosimètre») doit être utilisé sur une période d’au moins trois mois, et ce, entre les mois d’octobre et d’avril, durant lesquels la maison est chauffée et moins aérée. La période de mesure terminée, vous devez envoyer le détecteur par la poste au laboratoire, qui vous remettra un rapport. Idéalement, ce test est à refaire aux deux à cinq ans.

Si cette formule est moins attrayante, elle est toutefois fiable.

Si le taux de radon est bas, qu’il n’est pas problématique, alors conservez le rapport du laboratoire dans les papiers de la maison. Il peut d’ailleurs faire partie des tests effectués lors d’une mise en vente. À l’opposé, si les mesures sont élevées et démontrent un taux problématique, «vous aurez un chiffre qui veut dire quelque chose et sur lequel vous baser pour prendre une décision éclairée concernant votre santé», conclut Mathieu Brossard.

 >> À lire aussi: Incendie, blessures, intoxication… Conseils pour rendre votre maison sécuritaire et Sent-bon, chandelles et huiles parfumées: désodorisants ou polluants?

 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.