Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

9 questions à se poser avant d'adopter un chat ou un chien

Par Protégez-Vous
9 questions à se poser avant d'adopter un chat ou un chien

Adopter un chat ou un chien implique un engagement de longue durée en énergie, en temps et en argent. Mieux vaut y penser avant.

Difficile de résister au regard implorant d’un chien ou au miaulement plaintif d’un chaton. Pourtant, on ne doit jamais adopter ou acheter un animal sur un coup de tête, ni en offrir un en cadeau. Voici les principales questions à se poser.

1. Êtes-vous prêt à vous engager à long terme? Si l’espérance de vie des gros chiens est d’environ 12 ans, celle des «petits formats» dépasse souvent la barre des 15 ans. Quant aux chats d’intérieur, ils peuvent espérer vivre 16, 17, voire 20 ans. En vieillissant, il est possible que votre animal tombe malade: vous devrez donc lui prodiguer les soins nécessaires, ce qui signifie que vous devrez lui consacrer du temps et de l’argent.

>> À lire aussi: notre test litières pour chat

2. Avez-vous les moyens financiers de prendre soin d’un animal? L’adoption ou l’achat, la stérilisation, les vaccins, les visites chez le vétérinaire, la nourriture, la litière, l’équipement de base, les jouets, le toilettage, l’identification, l’éducation si besoin, la pension ou le gardiennage durant vos vacances… tout cela revient cher.

3. Aurez-vous le temps de vous occuper de lui? Qu’il pleuve ou qu’il gèle, un chien doit généralement faire une marche quotidienne d’au moins 30 minutes, sans compter les sorties pour ses besoins (qu’il faudra ramasser) et quelques autres plus longues dans la semaine afin qu’il puisse courir librement. Vous devrez aussi prévoir du temps pour socialiser un chiot ou éduquer un chien plus âgé. Quant au chat, même s’il est plus indépendant et se contente souvent plus facilement d’un espace restreint, sachez qu’il aime la compagnie et a besoin au minimum de deux séances de jeu de 20 à 30 minutes chaque jour pour être épanoui. Et puis un chien ou un chat réclame de l’attention, des caresses, il aime qu’on lui parle… Prendre du temps avec lui est important, car plus il sera stimulé, plus il sera équilibré et plus vous aurez plaisir à vivre à ses côtés.

4. Vivez-vous en appartement ou dans une maison? Tous les animaux n’ont pas le même besoin d’espace. Surtout dans le cas d’un chien, habiter un condo au centre-ville ou une grande maison à la campagne fait toute la différence – en ville, vous devrez avoir accès à une aire d’exercice convenable. N’achetez pas un danois si vous vivez dans un deux pièces et demi! Et ce n’est pas qu’une question de taille. Certains chiens de petites races, les terriers Jack Russel par exemple, débordent d’énergie et ont besoin de beaucoup d’espace pour courir.

5. Que ferez-vous de votre animal pendant les vacances? Si vous ne l’emmenez pas et que vous n’avez personne à qui le confier en votre absence, vous devrez prévoir un budget pour le mettre en pension.

6. Êtes-vous prêt à changer vos habitudes de vie? Chaque pièce de la maison renferme mille pièges pour un petit animal curieux: fenêtres basculantes, balcon, plaques chauffantes, prises électriques, cordelettes de stores, produits chimiques… Que vous preniez un chat ou un chien, sa présence exigera que vous réorganisiez tout votre intérieur. Dans le cas d’un chat, s’il est amené à sortir, demandez-vous d’abord: habitez-vous dans un quartier tranquille? Ne risque-t-il pas d’être frappé par une voiture?

7. Et s’il salit ou abîme vos meubles, tapis et vêtements? Un chien perd des poils et ramène de la terre ou du sable dans la maison après la promenade, tandis qu’un chat fait souvent ses griffes à un «mauvais» endroit et laisse du poil un peu partout, sans parler de ses «trophées de chasse» ou des risques de marquage urinaire s’il est perturbé.

8. Si vous êtes locataire ou copropriétaire, avez-vous le droit d’avoir un animal? Dans le premier cas, informez-vous auprès de votre propriétaire. Et que ferez-vous si vous devez un jour déménager? Votre municipalité ou l’arrondissement dans lequel vous habitez ont-ils édicté un règlement interdisant certaines races de chiens?

9. Souffrez-vous d’allergies? Avant de prendre un petit compagnon, assurez-vous que personne dans votre famille ne souffre d’allergies, en passant par exemple quelques heures chez un proche qui possède un chien ou un chat, en gardant l’animal pendant son absence ou en vous proposant comme famille d’accueil auprès d’un refuge de votre quartier.

À lire aussi sur notre site

Les soins vétérinaires indispensables pour chats et chiens
Solutions à 5 comportements indésirables chez les chats et chiens
Adopter un chien lorsqu'on a déjà un chat... et vice versa
Conseils pour un déménagement réussi avec un chat ou un chien
Mon chat est mort paisiblement, malgré tout (billet de blogue)

Ce texte a été initialement publié dans notre guide pratique Animaux de compagnie écrit par Rémi Maillard. Pour consulter la liste des guides que vous pouvez vous procurer, rendez-vous dans notre boutique en ligne.

Lire l'article
5 trucs pour améliorer son chauffage électrique

Avec l’automne et ses couleurs, arrive aussi le moment de repartir le chauffage dans la maison. Avant de remonter les thermostats, prenez le temps de faire le tour des plinthes et des convecteurs pour tirer le meilleur parti de votre système de chauffage.

Lire l'article
Que faire en cas d’éclosion de COVID-19 à l’école de votre enfant?

De nombreux parents ont reçu une lettre de l’école les avisant que des cas de COVID-19 s’étaient déclarés dans la classe de leur enfant ou dans l’établissement et leur indiquant les règles à suivre. Des instructions qui ne sont pas toujours bien comprises. Protégez-Vous a demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de les clarifier.

Lire l'article
Recycler ses appareils électroniques de façon responsable, malgré les restrictions

L’utilisation des appareils électroniques est en forte augmentation au Québec, alors que le travail à distance a amené plusieurs travailleurs à moderniser leurs équipements à la maison. Mais que faire avec les vieux équipements en cette période de restriction?

Lire l'article
Une action collective contre Hydro-Québec pour surfacturation va de l’avant

L’action collective contre Hydro-Québec, qui aurait surfacturé ses clients pour environ 1,2 milliard de dollars entre 2008 et 2013, peut aller de l’avant. Le 15 octobre, la Cour suprême a refusé la demande d’appel de la société d’État.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.