Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Comment faire un essai routier réussi chez le concessionnaire

Par Nadine Filion
essai-routier-2

Avant de débourser des dizaines de milliers de dollars pour acheter une voiture, prenez le temps de la conduire pour évaluer son confort et sa performance. Voici les éléments à analyser au cours d’un essai routier.

Écoutez et notez

Comme le dit si bien l’adage, la première impression est toujours la bonne… surtout quand elle est mauvaise. Encore vous faut-il être à l’écoute – et noter vos réactions initiales. Comme vous n’écrivez pas en conduisant, soit vous conviez quelqu’un pour jouer le rôle de secrétaire, soit vous confiez à votre cellulaire le soin d’enregistrer vos commentaires à chaud. Si le représentant aux ventes insiste pour vous accompagner, entendez-vous poliment avec lui pour qu’il demeure discret. Une litanie des atouts du véhicule ou de ses modalités de financement n’est vraiment pas ce sur quoi vous voulez vous concentrer pendant que vous conduisez.

Tous les chroniqueurs automobiles vous le diront, rien n’est plus efficace que de comparer des véhicules le même jour, dans les mêmes conditions climatiques, idéalement sur les mêmes parcours et… dans les mêmes conditions psychologiques. Donc, prenez un jour de congé et faites le tour pour tester, tester, tester… Les négociations pourront bien attendre à plus tard.

Prenez le temps de vous installer

Avant même de tourner la clé de contact (ou d’enfoncer le bouton de démarrage), prenez le temps de bien vous installer: les deux mains sur le volant, le dossier bien redressé et les pieds en contact avec ce qu’ils doivent manœuvrer: les pédales. Ajustez le siège, le volant, les rétroviseurs et… soyez attentif à vos gestes machinaux.

Passez-vous votre temps à redresser votre siège, régler le soutien lombaire, ajuster l’appuie-tête? Est-ce que le levier de la boîte de vitesses tombe sous la main ou devez-vous continuellement vous étirer pour transiger les rapports? Vous sentez-vous à l’aise dans l’habitacle ou si, au contraire, vous vous y trouvez à l’étroit? Genre: votre genou droit frotte-t-il constamment sur la console centrale? Votre coude trouve-t-il à (bien) s’appuyer?

Si vous malmenez continuellement les ajustements sans trouver la position qui vous sied, un seul conseil: regardez ailleurs.

Éléments à évaluer lors de l'essai sur route

Diversifiez les parcours. L’abc du parfait essai routier passe par un trajet à basse vitesse en milieu urbain, un parcours à vitesse de croisière sur l’autoroute et quelques manœuvres en stationnement. En cours de route (!), voici ce que vous devriez penser à analyser.

La direction: les sensations de la route sont-elles bien transmises ou pilotez-vous dans le flou? Le rayon de braquage vous semble-t-il court et maniable – ou disproportionné, ce qui sera problématique lorsque viendra le temps de vous garer? Si possible, faites un détour par une route sinueuse (et peu achalandée) et exécutez quelques virages serrés à bonne vitesse. Est-ce que la voiture maintient le cap ou sentez-vous qu’elle veut changer de voie?​​​​​​​

La transmission: s’il s’agit d’une boîte manuelle, est-ce que les vitesses se négocient instinctivement ou vous battez-vous avec la première? S’il s’agit d’une boîte automatique, les rapports passent-ils rapidement et sans heurt? Si ce n’est pas le cas, vous avez probablement affaire à une boîte CVT à variation continue. Cette sorte de compromis entre la manuelle et l’automatique a comme principal avantage l’économie en carburant... à la condition de ne pas avoir le pied trop pesant.

La performance: en vous insérant dans la circulation autoroutière, testez si la puissance du moteur est suffisante pour votre type de conduite. Les accélérations sont-elles linéaires ou ressentez-vous de l’effet de couple dans le volant? Ralentissez à 90 km/h, puis réaccélérez dans un dépassement: les reprises sont-elles souples et dynamiques, ou essoufflées et laborieuses? Avec une boîte automatique ou CVT, voyez s’il existe un mode manuel (au levier ou par des palettes au volant) et faites-en usage; est-ce que les réactions sont plus vives ou avez-vous l’impression de pousser la machine dans ses derniers retranchements?

La suspension: voici l’élément le plus subjectif à apprécier de la tenue de route d’un véhicule. Pour bien faire, roulez sur un cahot ou deux et soyez à l’affût des capacités d’absorption. C’est confortable, c’est mou, c’est trop ferme? On parle d’amortissements discrets ou ça résonne dans toute la caisse? De plus en plus de véhicules permettent l’ajustement de la suspension, faites l’essai des modes «confo» et «sport» et percevez la différence… si différence il y a.

La consommation: même un court essai routier peut vous donner un indicateur de la frugalité – ou de la gourmandise – d’un véhicule à essence, et même électrique. Avant de démarrer, mettez le lecteur à zéro. Une fois l’exercice terminé, vous pourrez noter la moyenne enregistrée par l’ordinateur. Est-ce qu’elle concorde avec les cotes officielles? Sachez que, dans la vraie vie, nos véhicules consomment toujours plus que ce qui est annoncé… mais il y a des limites.

Le freinage: à tester, par exemple, lorsqu’un feu de circulation vire au rouge. Est-ce que la réaction est immédiate ou se fait-elle attendre? La pédale a une bonne réactivité ou manque de mordant? Remarquez si les systèmes de sécurité travaillent discrètement pour vous venir en aide ou s’ils vous nuisent. S’ils vous dérangent, c’est une autre histoire… peut-être plus en lien avec votre style de conduite.

La traction intégrale (s’il y a lieu): dénichez un coin tranquille pour vous immobiliser en bordure de la route, les deux roues de droite dans l’accotement de gravier. Puis, tentez un démarrage brusque et voyez si le dispositif de traction s’engage rapidement. Petit rappel: les systèmes all-wheel-drive sont efficaces pour nous sortir d’un banc de neige ou nous permettre d’accélérer sur des surfaces dégradées. Cet AWD n’a rien à voir avec le freinage. Ce sont les (bons) pneus qui font foi de tout.

La vision: dans l’ensemble, le coup d’œil périphérique est-il bon ou d’affreux angles morts se dessinent-ils? Si vous avez l’impression qu’il faut vous «stationner au son», parce que la vision arrière est handicapée par un coffre proéminent ou une trop mince lunette au hayon, peut-être voudrez-vous envisager une version haut de gamme du modèle, dotée d’une caméra de recul avec «vue d’oiseau» ou de l’assistance au freinage en mode recul.

L’insonorisation: ça y est, il est temps de permettre à votre représentant aux ventes de vous présenter son laïus. Et profitez-en pour vérifier si la conversation se mène normalement dans l’habitacle, ou s’il faut élever la voix de façon démesurée pour se faire entendre.

>> À lire aussi: Véhicules neufs: l’essai routier, vraiment essentiel

D’autres éléments à considérer

L’essai routier du véhicule a été concluant et vous voilà prêt à finaliser la transaction. Pas si vite: pendant que vous êtes dans la voiture, pensez à analyser ce qui suit:

Les rangements: sont-ils généreux ou, à tout le moins, en nombre suffisant? Le cellulaire trouve-t-il à se loger en toute sécurité? Et est-ce que, par hasard, il y aurait ce super tapis de recharge par induction?

Finition intérieure et assemblage: les revêtements et matériaux sont-ils souples et agréables sous les doigts ou irritent-ils par leur dureté? Semblent-ils à l’épreuve des petites égratignures? De même, est-ce que les interstices entre les panneaux se font discrets ou… sont-ils larges et inégaux, auquel cas des bruits de mauvais assemblage pourraient à long terme vous incommoder?

Confort: mettez en fonction les sièges chauffants, question de vérifier si l’action est rapide et constante. Un conseil: vous voudrez privilégier les systèmes qui ont plusieurs niveaux de «chauffe»…

Techno: les commandes se manient-elles de façon intuitive ou vous emmêlez-vous constamment entre la soufflerie du climatiseur et le volume de la radio… si commande physique il y a? Connectez votre cellulaire par Bluetooth: facile ou vous devez sortir le manuel du propriétaire pour réussir l’opération? Dans ce dernier cas, dites-vous que les autres technologies qui montent à bord risquent de vous en faire voir de toutes les couleurs…

>> À lire aussi: Acheter son véhicule sur Internet, c’est pour bientôt et notre section essais sur route.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Pierre Boucher
    08 Décembre 2021

    C'est très, très intéressant. Je m'en servirai, c'est certain !

     1