Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Un recours collectif autorisé contre les compagnies d’assurance automobile

Par Vincent Aubé
assurance-auto-accident

La Cour supérieure du Québec a approuvé un recours collectif contre les compagnies d’assurances accusées de prendre en compte les accidents non responsables d’un conducteur pour augmenter ses primes ou diminuer ses rabais.

Le recours piloté par le cabinet montréalais Renno & Vathilakis concerne tous les résidents du Québec qui ont contracté ou renouvelé une assurance auprès de l’une ou l’autre des compagnies d’assurances visées et qui ont subi un accident non responsable au cours des six dernières années précédant la signature de leur contrat.

Les principales compagnies d’assurance automobile qui font affaire au Québec sont concernées, soit Desjardins Assurances générales inc., Intact Compagnie d’assurance, La Compagnie d’assurance Belair inc., Primmum Compagnie d’assurance, SSQ, Société d’assurance inc., La Capitale Assurances générales inc., Industrielle Alliance, Assurance Auto et Habitation inc., Aviva Compagnie d’assurances générales, La Personnelle, Assurances générales et Royal & Sun Alliance du Canada, Société d’assurances.

Accident responsable ou non ?

L’histoire remonte à 2017. Rebecca De Auburn, alors propriétaire d’une Mini Cooper 2017, contacte la compagnie La Capitale Assurances générales inc. pour assurer son véhicule. Pendant la discussion entre la cliente et le représentant de La Capitale, il apparaît que Mme De Auburn a été victime de deux collisions non responsables et d’un bris de vitre entre 2016 et 2017.

À la découverte de ce troisième sinistre, le représentant de La Capitale confirme qu’il doit recalculer la prime.

Mise au courant du nouveau montant de sa prime, Mme De Auburn souligne que l’outil en ligne de la compagnie ne tenait pas compte de cet incident. Après quelques échanges, elle accepte la prime. Elle renouvelle sa police en mai 2018 et en mai 2019. Elle l’annule en septembre 2019 pour assurer son véhicule à La Personnelle, Assurances générales. Encore ici, l’agente d’assurances considère que le bris de vitre constitue un troisième sinistre.

Le recours collectif accepté

Le recours collectif est déposé le 24 janvier 2020 au nom de Rebecca De Auburn. La requérante reproche aux compagnies d’assurance automobile de prendre en considération des accidents non responsables de leurs clients pour augmenter la prime ou, dans certains cas, refuser ou limiter un rabais applicable, et ce, même si ce genre d’accidents n’entraîne aucune aggravation du risque. Elle estime que cette pratique va à l’encontre du Code civil et de la Loi sur les assureurs. Elle reproche également aux compagnies de ne pas aviser leurs clients de cette pratique, ce qui pénalise la clientèle impliquée dans des accidents non responsables.

Les compagnies d’assurances affirment qu’elles sont libres d’utiliser les critères de classification et d’établir le niveau de primes qu’elles jugent adéquat, sous réserve des pouvoirs de l’Autorité des marchés financiers. Elles soutiennent que les accidents non responsables sont prédictifs du fait que le conducteur de l’automobile est susceptible d’être impliqué dans d’autres accidents, ce qui augmente le risque.

Comment s’inscrire ?

Le recours vise à obtenir des dommages-intérêts compensatoires et punitifs ainsi qu’une réduction des obligations des consommateurs.

Les clients touchés par ce recours collectif doivent remplir un court questionnaire ici pour être mis au courant des développements dans ce dossier.

>> À lire aussi : Les actions collectives, comment ça fonctionne? et 10 conseils de Protégez-Vous pour économiser sur l'assurance auto

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par LEGROS LOUIS
    23 Octobre 2021

    Bonjour, au delà de ce constat, il y en a un autre qui a mon avis, est d’une aussi grande importance: la perte liée a la valeur de la voiture suite à un accident qui est d’autant plus frustrante lorsque non response du dit accident. Bien sur la voiture vas être réparée et sécuritaire, par contre au moment de la revente ou encore l’échange en concession, il va y avoir une perte de la valeur liée a cette accident. Et cette perte peux être substantielle dépendant du montant des dommages subit lors de l’accident.
    Bien sur une grande majorité de voiture sont louées et le locataire n’est nullement pénalisé lors de la remise, mais il en va tout autrement pour les personnes qui sont propriétaire de leur véhicule ! Il est certain que cela n’aura pas grand effet si la voiture est conservée 10 ou plus, par contre pour quelqu’un qui change au 3 a 5 ans, l’impact peut être significatif ! Alors qui peut nous aider et quel recours le propriétaire peut il avoir dans un cas pareil ?

  • Par CAROLE JOYAL
    23 Octobre 2021

    Simplement mentionné que si la liste des assureurs indiqués dans cet article est exhaustive, le recours est très loin de viser toutes les compagnies d'assurances de dommages faisant affaires au Québec. Pour une liste complète des compagnies d'assurances de dommages faisant affaires au Québec, veuillez vous référer au site de l'AMF.

  • Par ALAIN PARADIS
    25 Octobre 2021

    Bonjour, je ne vois pas le nom de la Cie d'ass. Promutuel, serait-elle moins gourmande? Merci.

    journalist
    Par CéLINE MONTPETIT de Protégez-Vous
    26 Octobre 2021

    Bonjour Monsieur Paradis,
    Merci pour votre commentaire. En effet, Promutuel ne s'y trouve pas. Nous avons modifié l'article pour préciser que ce sont les principales compagnies qui sont visées.

  • Par CELINE ROBICHAUD PLAMONDON
    26 Octobre 2021

    2 réclamations d’assurance habitation avec Belair direct dans la même année. La franchise de notre assurance habitation est passé de 500$ à 5 000$, la valeur assurée de la maison et des biens meubles a été diminuée de plus de 100 000$ Et la prime a été considérable augmentée. Nous avons essayé de s’assurer auprès de d’autres assureurs habitation et tous ont refusé. Nous avons donc décidé de vendre notre grande maison et d’aménager dans une petite maison.. Finie les coûts astronomiques d’assurance, d’impôt foncier, d’électricité,etc. Notre société en est rendue là avec les agissements sans impunité des compagnies d’assurance au Québec, au Canada. En plus, nous devons nous battre contre eux, pour être équitablement dédommagé pour les pertes encourues lors des sinistres. En 43 ans, c’est les seules réclamations que nous avons faits, en plus ce n’était aucunement de notre responsabilité (causes des dégâts).