Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Comment limiter les risques de fraude financière envers les aînés

Par Protégez-Vous en partenariat avec L'Autorité des marchés financiers Mise en ligne : 18 novembre 2019 Shutterstock.com

fraude-personnes-agees Shutterstock.com

En raison des économies qu’elles ont accumulées toute leur vie et, dans certains cas, de leur vulnérabilité, les personnes retraitées et aînées peuvent s’avérer des cibles de choix pour les fraudeurs.

Apprenez à vous protéger contre la fraude financière afin de préserver votre patrimoine. Si les stratagèmes de fraude sont les mêmes depuis plusieurs années, les fraudeurs ont maintenant accès à une foule de moyens technologiques pour mieux cibler leurs victimes. Grâce à Internet et aux médias sociaux, ils peuvent faire encore plus de victimes qu’avant.

Fraude #1: l'hameçonnage

L’hameçonnage consiste en l’envoi de courriels, de messages textes et de messages téléphoniques qui ressemblent beaucoup à ceux qui pourraient provenir d’entreprises connues et d’organismes gouvernementaux. Il peut notamment s’agir de l’annonce d’un remboursement d’impôt, d’un gain à une loterie ou d’une communication selon laquelle votre compte bancaire a été piraté. Il peut également s’agir d’un courriel qui semble provenir d’une organisation qui désire vous aider pour un cas de fraude ou de vol d’identité dont vous auriez été victime.

Ces messages visent à vous soutirer des renseignements personnels et financiers confidentiels, comme votre numéro d’assurance sociale (NAS), un numéro de carte de crédit ou un numéro d’identification personnel (NIP). Avec ces informations, les fraudeurs peuvent agir rapidement et voler des sommes importantes à leurs victimes.

Ne cliquez jamais sur les liens figurant dans ces messages, n’y répondez pas non plus. Communiquez avec l’entreprise, l’organisme ou votre institution financière en utilisant les coordonnées que vous avez dans vos documents.

Fraude #2: la fraude par affinité

Cette fraude consiste à se faire recommander un investissement par un membre d’un groupe auquel on appartient. Les fraudeurs abordent souvent des gens qui partagent les mêmes croyances ou les mêmes intérêts qu’eux.

Certains fraudeurs profitent de lieux de culte, d’associations de loisirs ou de résidences pour aînés pour venir tisser des liens avec leurs victimes potentielles. Une fois les liens créés, les fraudeurs proposeront souvent des occasions d’investissement soi-disant uniques et exceptionnelles. Habituellement, ils demanderont à leur victime de garder le secret, car c’est une occasion en or qu’ils ne veulent partager qu’avec leurs amis ou certaines personnes choisies.

Dans les faits, le fraudeur veut surtout éviter que la victime se questionne et vérifie auprès de ses proches, de son institution financière ou de l’AMF avant d’accepter son offre. La démarche du fraudeur est facilitée si sa future victime est isolée et a peu de liens avec ses proches.

Rappelez-vous: les fraudeurs excellent dans l’art de gagner la confiance de leurs victimes. Pour y parvenir, ils sont capables de tisser des liens, de nouer une amitié, de se montrer très rassurants, protecteurs même. Avoir confiance en la personne qui nous offre un produit financier ne nous dispense pas d'effectuer les vérifications de base.

Fraude #3: un «proche en détresse»

Un autre stratagème bien connu, appelé « fraude des grands-parents », consiste à soutirer de l’argent en se faisant passer pour un proche pour éviter d’éveiller les soupçons. Le scénario classique consiste en un appel téléphonique ou un message sur les réseaux sociaux.

La personne s’identifie comme un proche, souvent un petit-enfant. Cette personne dit être en détresse et demande qu’on lui transfère de l’argent rapidement.

Si un proche semble se trouver dans une situation d’urgence et qu’il vous presse de lui transférer de l’argent, posez beaucoup de questions afin de confirmer son identité.

Méfiez-vous, car avec les réseaux sociaux, il y a énormément d’information de nature personnelle qui circule et il peut être facile pour un fraudeur d’emprunter l’identité d’un de vos proches. Avant d’effectuer un transfert d’argent, prenez toutes les mesures de précaution possibles. Prenez le temps de contacter d’autres proches afin de vérifier l’histoire. Demandez un numéro de téléphone pour joindre la personne soi-disant en détresse.

>> À lire aussi: Violence et abus envers les aînés, comment porter plainte?

Comment diminuer les risques de fraude

• Première étape: vérifiez si la personne et l’entreprise qui vous offrent un produit financier, par exemple un placement ou de l’assurance, sont autorisées à vous le vendre. Pour le faire, communiquez avec le Centre d’information de l’AMF au 1 877 525-0337. Vous pouvez aussi consulter en ligne le Registre des entreprises et des individus autorisés à exercer.

• Deuxième étape: obtenez de l’information écrite et complète sur le produit financier. Que l’offre soit faite en personne ou sur Internet, vous devriez toujours obtenir de la documentation indiquant notamment ce qui suit. Pour un investissement: le type de placement (actions, obligations, etc.); le niveau de risque du placement en question (de faible à élevé); la liquidité du placement (au besoin, aurez-vous facilement accès à votre argent et, si oui, à quelles conditions?); les frais associés au placement. Pour de l'assurance: les garanties offertes; le coût de l'assurance; les exclusions. Si vous ne pouvez pas obtenir de l’information écrite et fiable, mieux vaut ne pas procéder. N’hésitez pas à demander des explications à plusieurs personnes pour bien comprendre ce qu’on vous propose et ce que ça implique.

• Troisième étape: demandez-vous si le placement qu’on vous offre est trop beau pour être vrai. En règle générale, plus le rendement que vous espérez d’un placement est élevé, plus vous devez assumer un risque important. C’est là un des principes de base. Si on vous fait miroiter un rendement supérieur à tout ce qui a cours ailleurs sur le marché – sans le moindre risque –, méfiez-vous! Aucun placement ne procure des rendements incroyables sans risque. Si c’était le cas, tout le monde investirait dans de tels placements. Compte tenu des bas taux d’intérêt actuels, des promesses de taux à 6 ou 7 %, usuels à une autre époque, sont très élevés aujourd’hui. Et ne vous laissez pas embobiner par des propos qui parlent de «quantités limitées» ou d’une occasion offerte «seulement à quelques privilégiés».

Pour en savoir plus sur les façons de prévenir la fraude, consultez ou commandez gratuitement le guide Soyez à votre affaire pour ne pas perdre vos affaires! de l’AMF (PDF). Rappelez-vous: avant d'investir, vérifiez auprès de l'AMF si la personne ou l'entreprise qui vous offre un produit financier est autorisée à le faire.

Que faire si vos renseignements personnels ont été volés?

On a obtenu une information importante et personnelle vous concernant, par exemple un mot de passe, votre date de naissance, votre numéro de carte de crédit, votre numéro de téléphone ou peut-être même votre NAS?

Si vous pouvez modifier le renseignement, comme un mot de passe:

• Modifiez-le rapidement.

• Si le renseignement est associé à une carte de crédit ou de débit, avisez votre émetteur de carte dans les plus brefs délais. Il annulera votre carte et vous en enverra une nouvelle. N’oubliez pas d’informer les entreprises qui effectuent des prélèvements autorisés sur votre carte de crédit de l’existence de votre nouvelle carte.  

Si vous ne pouvez pas modifier le renseignement, comme votre NAS ou votre date de naissance:

• Consultez vos relevés de cartes de crédit et de comptes bancaires régulièrement pour déceler les transactions suspectes.

• Consultez votre dossier de crédit auprès des principaux bureaux de crédit (Equifax et TransUnion) de  façon régulière pour voir s’il contient des erreurs. Vous pourriez vous inscrire à un service de surveillance de votre dossier de crédit ou placer un message d’alerte à la fraude auprès des principaux bureaux de crédit. Des frais peuvent être exigés pour ces services. Ces mesures peuvent aider à prévenir la fraude, mais ne constituent pas des garanties absolues contre la fraude.

• Renforcez vos mots de passe.

Méfiez-vous des situations suivantes

On vous offre un service pour modifier votre NAS moyennant certains frais. Le fraudeur empoche alors l’argent et votre NAS demeure le même. Sachez que Service Canada n’attribue pas un nouveau NAS à la suite de la fuite de renseignements personnels.

On vous offre de protéger votre ordinateur en y accédant à distance afin d’installer les mises à jour, antivirus et autres systèmes requis. Ne permettez jamais à des interlocuteurs inconnus d’accéder à votre ordinateur à distance. 

>> À lire aussi: Gare aux faux techniciens!

Programme de dénonciation de l'AMF (lanceurs d'alerte)

Vous hésitez à dénoncer une situation, car vous craignez des représailles? L’AMF a mis en place un guichet sécurisé par lequel les dénonciateurs peuvent transmettre des informations. Les dénonciations ainsi produites sont traitées de manière confidentielle par une équipe spécialisée. Informez-vous des protections offertes en consultant le site de l’AMF à lautorite.qc.ca/denonciation ou en laissant un message dans la boîte vocale d’assistance: 1 866 332‑0115.

Exemple: depuis plusieurs années, Danielle est bénévole à titre d’adjointe administrative auprès d’une association de sa région. Elle a remarqué que le président de l’association, qui a toute la confiance de ses membres, les sollicite pour des investissements sans être dûment inscrit auprès de l’AMF. Si elle le dénonce, elle craint d’être rejetée de l’association.

Fonds d’indemnisation des services financiers de l’AMF

Vous croyez avoir été victime de fraude de la part d'un représentant inscrit auprès de l'AMF? Vous pourriez être indemnisé par le Fonds d’indemnisation des services financiers de l’AMF (FISF). Le FISF peut indemniser les personnes ayant été victimes de fraude en faisant affaire avec un représentant en assurance, en épargne collective ou en plans de bourses d’études, un expert en sinistre, un planificateur financier ou, à compter du 1er mai 2020 seulement, un courtier hypothécaire. Pour en savoir plus, consultez le site de l’AMF.

Cet article est extrait de notre guide Spécial Aînés, disponible en kiosque et dans notre boutique.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle