Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Dans l’auto, assoyez l’enfant face à l’arrière, même si ses pieds dépassent!

Par Stéphanie Perron
pieds-depassent-siege-auto TierneyMJ/Shutterstock.com

Il est plus sécuritaire d’asseoir un tout-petit dans un siège d’auto face à l’arrière que face vers l’avant. Ce sont les lois de la physique qui le disent!

Lorsqu’une collision frontale survient sur la route, la vie de tous les occupants de la voiture est en danger. Or, les tout-petits sont particulièrement à risque, car leur tête est proportionnellement plus grosse que celle d’un adulte et les muscles de leur cou ne sont pas assez développés pour la retenir. De ce fait, ils sont plus à risque de subir de graves blessures.

En cas d’impact frontal, tout ce qui se trouve dans l’auto est projeté violemment vers l’avant, y compris les passagers. Si l’enfant est orienté face à la route, le harnais maintiendra son corps en place, mais sa tête basculera brutalement vers l’avant dans un mouvement d’aller-retour dans le vide. Par contre, s’il y fait dos, quand son corps et sa tête tenteront de se projeter vers l’avant de l’auto, le dossier leur fera obstacle.

«Puisque le dos, la tête et le cou sont appuyés au dossier, la force de l’impact est répartie sur l’ensemble du haut du corps et la tête n’est pas projetée vers l’avant, sans soutien. De ce fait, les conséquences de l’impact sont moins importantes. En comparaison, lorsque l’enfant fait face à la route, les forces sont réparties uniquement au niveau des sangles du harnais, et la tête n’est retenue que par le cou. Cette situation induit des forces et des moments plus importants qui peuvent causer des blessures plus sérieuses», explique Julien Dufort, ingénieur spécialiste des ensembles de retenue pour enfants de l’Équipe de sécurité routière de Polytechnique Montréal.

Avec humour, il souligne que si nous pouvions conduire nos voitures en faisant dos à la route, nous serions mieux protégés en cas de collision frontale. Voyez ci-dessous un exemple parlant (la statistique à 0:14 est souvent utilisée, mais nous ne pouvons confirmer d’où elle provient).

 

Parents pressés

Dans les faits, les parents ont souvent hâte de changer l'orientation du banc. Certains sont fiers de voir leur enfant quitter son siège de bébé. D’autres préfèrent les bancs orientés vers l’avant, car il est plus facile d’y installer l’enfant. Et d’autres veulent changer de siège parce que les pieds du bambin touchent la banquette et ils craignent des blessures aux jambes en cas d’impact.

«Dans les enquêtes auxquelles j’ai participé, je n’ai jamais vu de blessures causées parce que les jambes dépassaient, dit Julien Dufort. Mais même si cela arrivait, vaut-il mieux une blessure aux jambes ou à la tête et au cou?» Selon lui, le niveau de sécurité apporté par le fait de faire dos à la route surpasse largement l’inconfort d’être assis avec les jambes repliées.

D'un point de vue légal, «le poids indiqué par le fabricant est le minimum requis pour installer l'enfant face à la route», indique le porte-parole de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), Mario Vaillancourt. Quand le modèle du siège le permet, les fabricants recommandent toutefois de placer l’enfant tourné vers l’arrière le plus longtemps possible. Cette recommandation est également encouragée par la SAAQ, Transports Canada et les associations pédiatriques canadiennes et américaines. Pour ce faire, les parents ont deux choix: la coquille ou le siège convertible.

Selon les experts qui travaillent avec Protégez-Vous pour le test de sièges d’auto, il est préférable qu’un nourrisson soit assis dans une coquille (ce type de siège couvre uniquement la phase 1), ce format étant bien adapté à sa taille. Cela dit, beaucoup de parents préfèrent opter dès la naissance pour un siège convertible qui fait dos à la route (phase 1) quand l'enfant est un nourrisson, puis qu’on oriente vers l’avant (phase 2) quand l’enfant est plus grand.

Quand orienter le siège vers l’avant?

Puisque les enfants grandissent à leur rythme, il faut évaluer sur une base individuelle le bon moment, résume Sau Sau Liu, porte-parole de Transports Canada.

Pour les coquilles, le poids maximal de l’enfant peut aller jusqu’à 16 kg (35 lb), ce qui correspond à environ deux ans. Quant au siège convertible, certains peuvent être orientés vers l’arrière jusqu'à 23 kg (51 lb), soit jusqu’à environ sept ans!

On peut donc utiliser une coquille à la naissance de l’enfant, puis passer au siège convertible orienté vers l’arrière lorsque le bambin est trop grand ou trop lourd pour la coquille. «Il n’y a pas d’inconvénient à ce qu’un enfant ait les jambes un peu repliées, soit assis en indien ou soit âgé de trois ou quatre ans», résume Mario Vaillancourt. Il précise que l’âge minimal cité dans les études et faisant l’objet d’un consensus d’experts est deux ans.

Bref, en cas de collision frontale, l’enfant qui regarde vers l’arrière risque moins de subir un traumatisme cervical ou des lésions à la moelle épinière que celui qui regarde vers l’avant.

sieges-auto

À gauche: coquille qui place l’enfant dos à la route (phase 1 uniquement).
• Au centre: siège convertible qu’on peut orienter dos ou face à la route, le faisant passer de la phase 1 à la phase 2.
• À droite: siège convertible qu’on peut orienter dos ou face à la route (phases 1 et 2) et qui permettra éventuellement d’attacher l’enfant avec la ceinture de sécurité de l’auto (phase 3).

>> À lire aussi: Siège d’auto: doit-on retirer à l’enfant son manteau d’hiver ou pas? et notre test de sièges d’auto

Lire l'article
Dans l’auto, assoyez l’enfant face à l’arrière, même si ses pieds dépassent!

Il est plus sécuritaire d’asseoir un tout-petit dans un siège d’auto face à l’arrière que face vers l’avant. Ce sont les lois de la physique qui le disent!

Lire l'article
Les véhicules neufs connaissent plus d’ennuis

La qualité des automobiles neuves a baissé en 2022, selon la compagnie de recherche sur le marché et d’analyse de l’industrie automobile J. D. Power. La moyenne des défectuosités signalées par les acquéreurs de véhicules neufs en Amérique du Nord a grimpé de 11 % par rapport à l’année précédente. Les acheteurs et locataires de véhicules neufs, toutes marques confondues, ont enregistré 180 plaintes pour 100 véhicules dans les 90 premiers jours après la livraison. En 2020, les acquéreurs en avaient signalé 162.

Lire l'article
Comment choisir un scooter ou une petite moto

Freins, performance, permis de conduire, roues, prix… Voici ce qu'il faut savoir avant d'acheter un scooter de 50 cm³ ou une petite moto de 150 cm³ ou moins. Aussi: les précautions à prendre pour acheter un scooter usagé ou une moto usagée, que ce soit auprès d’un concessionnaire ou d’un particulier.

Lire l'article
Test
Autos usagées 2015 à 2020: plus de 100 modèles évalués

Pour choisir la meilleure auto usagée, utilisez notre comparateur qui contient plusieurs critères tels les faiblesses mécaniques à surveiller, les options, la popularité du modèle, les performances, la fiabilité, la résistance à la corrosion, etc. Notre guide contient plus de 100 autos usagées de 2015 à 2020 évaluées par l’Association pour la protection des automobilistes (APA).

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.