Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Moteur turbo 101

Par Alain McKenna
moteurs-turbo-2

Le moteur turbo offre la même puissance que de plus grosses cylindrées, mais avec une consommation d’essence moindre.

En attendant que les véhicules électriques soient plus courants, la plupart des constructeurs automobiles continuent de réduire la taille des moteurs en diminuant leur nombre de cylindres.

Cette tendance s'observe dans toutes les catégories du secteur automobile. Des marques européennes comme BMW ont notamment troqué le traditionnel V8 (huit cylindres) de leurs berlines plus haut de gamme contre un V6 (six cylindres) turbo. La même chose peut être observée du côté des modèles plus abordables tels que les véhicules utilitaires sport (VUS). Par exemple, la familiale Outback 3.6R de Subaru, qui a longtemps été offerte avec un moteur à six cylindres, a été remplacée par une Outback XT de quatre cylindres.

Si les constructeurs peuvent réduire le nombre de cylindres, c’est que leurs moteurs ont un as dans leur manche : un turbocompresseur. En recourant à une telle technologie, ils produisent des véhicules toujours aussi puissants, mais qui consomment en moyenne de 10 à 15 % moins d’essence et qui génèrent moins d’émissions polluantes.

Même puissance, moins d’essence

Le turbocompresseur accroît la puissance du moteur en envoyant davantage d'air dans la chambre de combustion. Il entre en action au moment de l'accélération et peut procurer une puissance et un couple équivalents à ceux d'un moteur plus costaud. À vitesse de croisière, toutefois, le turbo reste inactif. Et comme une plus petite cylindrée consomme moins en moyenne, vous économisez de l'essence.

En 2019, le six cylindres de la Subaru Outback 3.6R produisait 256 chevaux pour une consommation moyenne de 10,5 litres (L) aux 100 kilomètres. En 2021, le quatre cylindres turbo de l'Outback XT en produit 260 pour une consommation de seulement 9,1 L pour la même distance. C’est une économie de carburant de 13 % en moyenne.

Il faut nuancer cette baisse de dépenses en essence en mentionnant que la technologie pourrait vous coûter plus cher à la pompe. En effet, plusieurs moteurs turbo requièrent, selon le constructeur, l’utilisation d’un carburant ayant un indice d'octane plus élevé – comme du « Super » – pour assurer le bon fonctionnement de la mécanique. Le mieux est de suivre la recommandation du constructeur, comme le souligne Yves Racette, enseignant à l'École des métiers de l’équipement motorisé de Montréal. « Sinon, vous risquez d'user votre moteur plus rapidement », prévient-il.

L’influence du type de conduite

Tous les conducteurs d'un véhicule à moteur turbo n'obtiendront pas le même résultat en ce qui concerne la consommation de carburant. Plusieurs facteurs la feront varier, à commencer par la façon dont vous manœuvrez le véhicule. « Si vous conduisez doucement ou à vitesse de croisière, sur l'autoroute par exemple, un plus petit moteur turbo sera plus économique, précise Yves Racette. En fait, si vous conduisez votre voiture la plupart du temps sur l'autoroute, un moteur turbo pourrait être plus économique qu'un moteur hybride essence-électrique. »

Cela dit, si vous trouvez grisante la sensation d'accélération du turbo et que vous appuyez souvent très fort sur la pédale, non seulement vous consommerez plus de carburant que prévu, mais vous pourriez aussi finir par en utiliser davantage qu'au volant d'un véhicule dont le moteur compte plus de cylindres.

« Un quatre cylindres turbo occupe moins d'espace et produit quand même beaucoup de puissance, ce qui le rend plus dynamique. Mais comme il risque de tourner à plus haut régime quand vous accélérez, ou si vous remorquez une charge, il y a des moments où sa consommation est plus importante que celle d'un moteur à six cylindres », explique l’expert.

Des moteurs fragiles à l’entretien coûteux?

Dans un article sur la fiabilité des moteurs, George Iny, de l'Association pour la protection des automobilistes (APA), souligne que la complexité de la technologie turbo rend les moteurs qui en sont munis plus fragiles. De son côté, Yves Racette affirme qu’elle est plus solide qu'avant : « Les constructeurs utilisent des turbo adaptés à une conduite de tous les jours. Au volant, on ne ressent pas non plus l'effet de poussée des gros turbo utilisés dans le passé. »

La bonne nouvelle est que l'entretien d'un véhicule à moteur turbo n'est pas différent de celui d'un moteur traditionnel. La mauvaise est qu’il se révélera probablement plus coûteux à terme. Suivez les recommandations du constructeur en ce qui a trait aux vidanges d’huile et au remplacement de certaines composantes, entre autres opérations, pour réduire les risques de bris mécaniques.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.