Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

La voiture électrique est-elle vraiment écologique?

Par Rémi Leroux Mise en ligne : 21 mai 2019

La fabrication d’un véhicule électrique a des impacts environnementaux plus importants que la fabrication d’une voiture à essence. Le point sur la question.

Plusieurs analyses de cycle de vie (ACV) réalisées ces dernières années parviennent à cette conclusion : avant même d’avoir commencé à rouler, la voiture électrique a une dette environnementale plus grande qu’une voiture à essence.

C’est en fait la batterie du véhicule électrique qui est l’objet des principales critiques, car sa fabrication nécessite d’importantes quantités de ressources minières, en particulier du lithium.

L’extraction et la transformation de ces matières premières sont complexes et polluantes et les pays où sont situées les principales réserves ne respectent pas toujours les droits des travailleurs.

Dans les pays où l’électricité est produite à partir du charbon ou du pétrole, recharger une auto électrique n’est pas si écologique.

En effet, le charbon et le pétrole sont des ressources dont l’extraction, la transformation et la consommation contribuent de façon majeure à l’émission des gaz à effet de serre.

La situation est toutefois différente pour les États qui produisent une énergie propre comme l’hydro-électricité. Dans ce contexte, rouler en véhicule électrique devient plus écologique qu’avec une auto à essence.

Une étude réalisée par le CIRAIG en 2016 démontre qu’à partir de 32 000 km parcourus, au Québec, le véhicule électrique a moins d’impacts sur les changements climatiques qu’un véhicule conventionnel à essence.

En définitive : plus il roule, plus le véhicule électrique devient propre.

Mais attention, prévient Guillaume Pitron, journaliste et auteur du livre La guerre des métaux rares. Lorsqu’on pense à l’impact des véhicules électriques, il est important de tenir compte du fait que 60 % environ des véhicules électriques qui circulent sont en Chine.

Donc tous ces véhicules sont rechargés avec une électricité produite à partir d’une source d’énergie polluante. Autrement dit, affirme le journaliste : « À l’échelle mondiale, la réussite du modèle de la voiture électrique dépend des performances environnementales de la Chine. »

Il reste que, au Québec, grâce à l’hydro-électricité, l’auto électrique est un meilleur choix environnemental que le véhicule à essence.

>> Abonnez-vous à notre chaîne YouTube

Lisez notre grand dossier sur la voiture électrique:
Test de 8 bornes de recharge
Comparatif des réseaux de bornes publiques
Véhicules électriques: avantages, incitatifs et polémique
Plusieurs véhicules 100% électriques et hybrides testés

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Automobile

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.