Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Finances: quand on aime, on compte!

Par Priscilla Franken Mise en ligne : 01 Décembre 2011 Luc Melanson

Quand on aime on compte Luc Melanson

Amour et argent feraient si mauvais ménage? Une simple question d’organisation, répondent les juristes.

Première cause de disputes au sein du couple, l’argent? Avocate­ spécialisée en droit de la famille, Me Sylvie Schirm confirme: l’argent est l’un des principaux points de litige lors de la rupture, mais c’est selon elle un problème de communication qui se cache derrière.

«Pour les Québécois, c’est très difficile de parler d’argent. Ils considèrent en quelque sorte qu’il n’y a pas de place pour ça dans une relation amoureuse. En clair, c’est tabou.»

Un point de vue que partage Denise Archambault, notaire: «Le problème, selon moi, c’est l’amour-fusion. On tombe amoureux, on s’installe­… on ne veut pas parler d’argent, c’est plate et matériel, ça crée des rapports de force, etc.»

Comme l’explique Hélène Belleau, professeure de sociologie à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), l’argent est ce qu’on appelle un «phénomène social total», c’est-à-dire qu’il est partout, dans tous nos rapports sociaux et dans toutes nos décisions.

«Pourtant­, on reste persuadé qu’en amour, on ne compte pas, que le couple doit passer avant les intérêts personnels, que les choses se mettent en place naturellement… Comme si parler d’argent représentait un manque de confiance ou d’engagement. Et puis, on n’a pas envie d’anticiper la rupture, ni le décès», détaille-t-elle.

Les non-dits ressortent forcément

Résultat, la plupart des couples ne parlent pas d’argent, sauf de façon ponctuelle: pour l’achat d’une maison ou d’une voiture, par exemple. Mais ils ne s’assoient pas autour de la table pour faire de la planification financière.

C’est quand les problèmes surgissent qu’on se sert de l’argent pour argumenter: «L’un a payé les études de l’autre, monsieur a mis plus d’argent que madame lors de l’achat de la maison, madame a financé les vacances de l’été dernier… les frustrations et les non-dits ressortent forcément à un moment donné», prévient Me Schirm.

Certains finissent même par se rendre compte que ce n’est pas un problème d’argent qui est source de conflits, mais un problème de valeurs ou d’aspirations: «Si on n’a jamais parlé de ce que représente l’argent à ses yeux, de ce qu’on veut en faire… on aura forcément un souci tôt ou tard», souligne Me Archambault.

Moralité: parler d’argent est aussi une manière d’apprendre à mieux se connaître. Pourquoi s’en priver?

Parlons d’argent!

Faites-le dès le début de la relation et posez-vous les questions suivantes: à quoi sert un salaire à mes yeux? Quels sont les objectifs et les priorités de chacun? Quelles dépenses méritent des sacrifices selon moi?

Choisissez un statut matrimonial. Mariage­, union civile et union libre ont des implications différentes. Renseignez-vous et optez pour le régime qui vous convient le mieux.

Étant donné qu’on gagne rarement le même salaire, «toutes les dépenses communes doivent être partagées au prorata des revenus de chacun, y compris l’achat de la maison», conseille Me Archambault.

Établissez un budget. Un exercice à refaire chaque année, car la situation change rapidement: celui qui gagne moins peut gagner plus l’année suivante, par exemple.

Optez pour des comptes séparés. «Le compte conjoint est un mal nécessaire pour payer certaines choses, comme les mensualités hypothécaires, estime Me Archambault­. Avec des comptes séparés, chacun fait ce qu’il veut avec son argent et évite la critique de ses dépenses… on sait bien que ce que je m’achète­ est toujours plus cher aux yeux de l’autre!»

Rappelez-vous cette citation: «L’amour n’est pas toujours bon conseiller en affaires. Il est préférable d’avoir des documents.» Ce fut la conclusion du juge Marc Lesage­ dans une décision rendue en 2006. Elle concernait le partage d’une maison entre deux ex-conjoints de fait. Monsieur, qui avait versé 255 000 $ de mise de fonds au moment de l’achat, n’en a pas revu la couleur quand il s’est séparé de madame, trois ans plus tard. Il n’avait pas fait mentionner son apport dans le contrat d’achat… 

Ressource utiles

Pour tout savoir sur l’union de fait: conjointsdefait.com

Le contrat de mariage ou d’union civile: educaloi.qc.ca

Les bons comptes font les bons couples, Denise Archambault, Éditions Transcontinental, 2006

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Argent

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.