Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Cas vécu: Recherche de logement, attention aux escrocs!

Par Alexandra Parent Mise en ligne : 17 Mai 2012

Cas vecu recherche logement escrocs

Vous cherchez un appartement sur un site d’annonces comme Kijiji, LesPAC ou Craigslist? Soyez vigilant! Vous pourriez avoir affaire, comme moi, à une arnaque.

Le fraudeur est sympathique et semble crédible. Il prétend vivre à l’étranger et demande aux gens intéressés par son magnifique logement de payer d’avance les premiers mois de loyer à une compagnie de transfert comme Western Union. En échange, il promet d’envoyer la paperasse et les clés. Or, le colis n’arrive jamais et l’argent est perdu… Les recours sont rares pour les victimes de ces escroqueries. Voici comment repérer ces arnaques et les éviter.

Mon conjoint et moi cherchions un appartement depuis des semaines. J’étais désespérée quand, un après-midi, j’ai trouvé une annonce en français sur le site LesPAC: un superbe appartement à louer en plein centre-ville de Montréal. Il était parfait! Le prix, incroyablement bas, incluait tous les électroménagers, l’électricité et l’Internet.

Comme le locateur ne fournissait pas de numéro de téléphone, je lui ai envoyé un courriel. Le soir même, il me demandait de lui décrire le genre de locataires que nous serions. Sa réponse, rédigée en anglais, paraissait normale, bien que truffée de fautes d’orthographe et d’erreurs grammaticales. Ingénieur, il expliquait avoir été muté de Montréal à Londres, et semblait pressé de louer. Nous jubilions.

Comme la compétition est féroce en matière de location de logements, nous lui avons répondu rapidement: «Nous sommes de jeunes professionnels très calmes, très gentils; nous avons deux chats.»

C’est au deuxième courriel que le doute s’est installé. L’homme voulait bien nous louer le logement, mais souhaitait faire affaire avec une tierce partie pour signer le bail puisqu’il se trouvait à Londres. Il nous demandait de déposer, via un transfert d’argent par Western Union, l’équivalent de deux mois de loyer (1 600 $) à une agence londonienne de location «sécuritaire». Après avoir vérifié le paiement, l’agence nous enverrait les clés de l'appartement et c’est seulement alors que nous pourrions le visiter. «Vous me comprendrez de ne pas vous envoyer les clés sans recevoir d’abord l’argent, écrivait l’homme. Si vous n’êtes pas satisfaits, vous serez remboursés.»

Suspicieux, nous avons effectué quelques recherches. Pas de traces du monsieur en question sur le Web. L’appartement, censé être dans un immeuble de 22 étages, était situé à une adresse où il n’y avait rien de tel. Le site de l’agence n’était pas sécurisé et n’inspirait pas confiance. Nous avons choisi de ne pas poursuivre la discussion, mais il s’en était fallu de peu.

>> À lire aussi: Appartement à louer, 12 indices pour flairer l’arnaque

Prévenir plutôt que guérir

Selon Fabien Fayard, directeur marketing et communication de LesPAC, c’est surtout entre les mois de mars et de juillet que les annonces de logement frauduleuses font leur apparition. Ce type d’arnaque est assez fréquent au Québec depuis quelques années,  et il fait des victimes.

Malheureusement, il est difficile d’enquêter sur ces dossiers. Comme le souligne Christian Émond, du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), les fraudeurs peuvent être n’importe où dans le monde. Souvent, l’argent quitte le pays. Certains arnaqueurs, postés au Québec, font de la sollicitation à partir de cafés Internet et s’associent à des complices à l’étranger. Les combinaisons sont nombreuses.

Et comment les victimes pourraient-elles demander réparation devant les tribunaux quand elles ne savent pas qui poursuivre? La Régie du logement n’est en général pas compétente, puisqu’il est rare qu’un bail a été signé. Les victimes peuvent s’adresser à l’entreprise de transfert d’argent pour tenter de bloquer la transaction, mais elles doivent agir avant que cette dernière n’ait été complétée.

Du travail doit donc être fait en amont. Les gestionnaires de sites d’annonces, familiers avec la situation, mettent leurs utilisateurs en garde. Fabien Fayard affirme que son site est plutôt sécuritaire puisque, contrairement à d’autres, il faut être membre et payer des frais pour pouvoir mettre des annonces en ligne. Ces dernières sont triées, et celles qui sont jugées douteuses sont retirées. Il indique qu’il reste primordial d’être vigilant et de savoir détecter les annonces suspectes.

>> À lire aussi: tous les cas vécus publiés par Protégez-Vous

Si vous voyez une annonce frauduleuse

Si vous repérez une annonce suspecte, signalez-la au site qui la publie. Dans notre cas, LesPAC a rapidement retiré l’annonce visée. N’hésitez pas à signaler les pratiques suspectes à votre service de police local ainsi qu’au Centre antifraude du Canada qui recense les cas de fraude afin de les enrayer peu à peu.

Western Union, LesPAC et Kijiji publient sur leur site Web des conseils pour prévenir la fraude. On en retrouve aussi dans le Petit livre noir de la fraude, publié en 2012 par le Bureau de la concurrence du Canada, et sur les sites Web des services de police.

Comment flairer l'arnaque?

  • Trop beau pour être vrai. La première règle, plus facile à dire qu’à suivre, est de se méfier des logements qui paraissent trop beaux pour être vrais! Cette recommandation est formulée par tous les intervenants en matière de fraude.
  • Visite. Ne payez jamais pour un appartement que vous n’avez pas visité.
  • Transfert d’argent. Méfiez-vous si le locateur exige un paiement ou un dépôt via un service de virement de fonds ou de transfert comme Western Union, Moneygram, MoneyBookers, Safepay Solutions, Bidpay ou Paypal. Le Centre antifraude du Canada est catégorique: «Si quelqu'un vous demande de lui transférer des fonds, il s’agit probablement d’une fraude.» Kijiji recommande également à ses utilisateurs de ne jamais envoyer d’argent de cette façon. Le locateur vous dira sans doute que la transaction est fiable: ce n’est pas vrai! Western Union, par exemple, précise que son service est «conçu pour envoyer de l’argent à des personnes dignes de confiance que vous connaissez». Elle décline toute responsabilité quant à la non-livraison des biens et des services.
  • Inconnus. N’envoyez d’argent qu’aux personnes que vous connaissez. Même si vous croyez pouvoir faire confiance à un inconnu, demandez au moins à lui parler ou à le rencontrer. Soyez vigilant si votre interlocuteur prétend vivre à l’étranger ou qu’il enrobe son offre d’un sentiment d’urgence. Selon LesPAC, le plus sécuritaire reste de conclure le contrat en personne. De même, Kijiji demande à ses utilisateurs de s’assurer que toutes leurs transactions ont lieu localement et en personne.