Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

COVID-19 et assurance voyage: à vos risques et périls (pour le moment)

Par Annick Poitras Mise en ligne : 08 Juillet 2020 Shutterstock.com

voyage-avion Shutterstock.com

Alors que certaines frontières rouvrent, vous rêvez de sauter dans un avion pour changer d’air? Attention, vous risquez de ne pas être couvert par votre assurance voyage en cas de pépins découlant du coronavirus. Mais il y a de l’espoir !

Depuis le 1er juillet, les touristes canadiens sont de nouveau bienvenus dans les pays membres de l’Union européenne. De quoi donner l’envie de boucler sa valise presto. Mais il y a un hic: pour l’instant, les ventes de polices d’assurance voyage sont suspendues ou, sinon, elles ne couvrent pas, sauf exception, l’annulation de voyage ou les frais médicaux liés à la COVID-19, confirme Will McAleer, directeur général de l’Association canadienne de l’assurance voyage.

«Comme le gouvernement du Canada maintient toujours sa recommandation d’éviter tout voyage non essentiel à l’étranger, qui est en vigueur depuis la mi-mars, la plupart des assureurs excluent présentement la couverture pour des problèmes découlant de la COVID-19», dit-il.

Il précise cependant que certaines polices d’assurance collective ou individuelle couvrent encore des personnes qui voyagent pour affaires, comme les camionneurs. Mais ce sont pour l’instant des exceptions.

«D’habitude, le gouvernement émet des avis pour certaines destinations seulement et, dans ce cas, les assureurs ne couvrent pas les voyageurs qui vont dans ces endroits à risque, commente Will McAleer. Mais un avis pour toutes les destinations à l’extérieur du Canada? C’est du jamais vu!»

>> À lire aussi: Quoi savoir en cas d’annulation avec Airbnb et 4 destinations méconnues à découvrir au Québec

Comment couvrir la COVID-19?

Cette situation sans précédent oblige l’industrie de l’assurance voyage à sortir des sentiers battus. Partout au Canada, les assureurs sont en train d’explorer de quelle façon ils pourraient offrir des protections en regard de la COVID-19.

Ils doivent notamment calculer le risque à assumer, sachant que cette maladie peut entraîner un long séjour à l’hôpital – gare aux frais médicaux salés qui dépasseront ceux couverts par la Régie de l’assurance maladie du Québec – ou être carrément mortelle – dans ce cas, ce sont aux frais de rapatriement du corps, notamment, qu’il faut penser.

«Une fois que l’avis du gouvernement sera levé, certains assureurs offriront une protection pour la COVID-19, d’autres non, car ils considéreront que cette maladie constitue une situation connue, et non plus une urgence médicale imprévue», ajoute Will McAleer.

«Certains assureurs pourront inclure des protections dans leur police d’assurance voyage régulière ou encore offrir une protection supplémentaire moyennant une prime additionnelle», ajoute-t-il.

Sachant que la COVID-19 est particulièrement dangereuse pour les aînés et les personnes souffrant de maladies chroniques, les assureurs canadiens pourraient, par exemple, créer de nouvelles polices qui prendront en compte l’âge de l’assuré et ses conditions médicales préexistantes, «notamment celles qui touchent les poumons et le cœur», souligne Will McAleer. Le fait d’avoir obtenu un récent test négatif pour la COVID-19, ou de l’avoir déjà contractée et d’en être guéri, pourrait aussi faire partie du calcul des primes.

«Nous verrons donc apparaître différents produits d’assurance, et c’est la demande des Canadiens pour ce type de protections qui dictera la façon dont le marché de l’assurance voyage s’adaptera, explique le directeur général de l’Association canadienne de l’assurance voyage. L’important sera que les voyageurs sachent exactement à quoi s’en tenir à propos de leur couverture pour la COVID-19.»

Casse-tête pour les snowbirds

Les assureurs explorent aussi la possibilité d’assurer ou non les voyageurs selon leur destination. Ceci peut être préoccupant pour les Canadiens, «puisque de 80 à 90 % d’entre eux voyagent surtout aux États-Unis», indique Will McAleer.

Or, les États-Unis sont actuellement le pays le plus touché par la COVID-19 dans le monde, et nul ne sait ce que réservent les prochains mois. Certains États prisés par les snowbirds sont très touchés par la COVID-19. «C’est le cas notamment de la Floride, du Texas, de l’Arizona et de la Californie, précise Will McAleer. Est-ce que ces destinations seront viables l’hiver prochain? On ne le sait pas...»

Une situation à suivre de près avant de partir au soleil!

>> À lire aussi: tous nos articles sur les assurances

PRÉCISION 20/07/2020: Nous avons modifié le dernier paragraphe de cet article en raison du prolongement de la fermeture de la frontière entre les États-Unis et le Canada, initialement prévue jusqu'au 21 juillet. 

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Argent

Commentaires 1 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par HIPCHICK411 HIPCHICK411 | 08 Juillet 2020

    A ce jour, il n'y a pas de date prévue pour l'ouverture de la frontière USA/Canada. Il est faux de prétendre qu'elle va ouvrir le 25 juillet. Aucune annonce n'a été faite dans se sense. Il est seulement prévu qu'elle restera fermée jusqu'au 21 juillet. Le renouvellement de la fermeture des frontières se fait par période de 1 mois à la fois.

    journalist Par CéLINE MONTPETIT de Protégez-Vous | 20 Juillet 2020

    Bonjour,
    Merci pour votre vigilance. Effectivement, la situation a évolué depuis la publication de cet article.