Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

COVID-19 et assurance voyage: des protections voient le jour

Par Annick Poitras
voyage-avion

Bien que les voyages non essentiels soient toujours déconseillés par le gouvernement fédéral, quelques assureurs acceptent maintenant de couvrir les frais des soins médicaux liés à la COVID-19 à l’étranger.

Depuis le 1er juillet 2020, les touristes canadiens sont de nouveau les bienvenus dans les pays membres de l’Union européenne. Et, avec la température qui fraîchit, plusieurs se prennent à rêver de vacances au soleil dans les mois à venir.

Bonne nouvelle: la vente de polices d’assurance voyage, qui avait été largement suspendue depuis le début de la pandémie en mars 2020, reprend doucement. «Des assureurs, mais aussi des voyagistes, des compagnies aériennes, des groupes hôteliers, et même des pays, mettent sur le marché des polices d’assurance qui couvre spécifiquement la COVID-19, confirme Will McAleer, directeur général de l’Association canadienne de l’assurance voyage. Le but est d’augmenter la confiance des consommateurs en prévision du moment où la recommandation du gouvernement canadien d’éviter tout voyage non essentiel à l’étranger sera levée.»

Ce qui est particulier, selon M. McAleer, c’est que certaines de ces polices d’assurance ne couvrent que la COVID-19, et pas les autres urgences médicales. Ces polices «autonomes» ont la particularité d’offrir un plafond de dépenses beaucoup plus bas que les polices régulières couvrant les frais médicaux à l’étranger. Leur coût peut aussi être compris dans le prix d’un forfait voyage.

Des exemples

C’est le cas chez Vacances Air Canada qui, depuis la fin d’août, offre à ses clients un régime d’assurance et d’assistance pour la COVID-19. Fourni sans frais supplémentaires pour les destinations soleil, le régime a été conçu pour couvrir les frais médicaux d’urgence et de quarantaine si la COVID-19 est contractée pendant tout voyage se déroulant entre le 4 septembre 2020 et le 30 avril 2021. Le montant d’assurance maximal est de 100 000 $ par voyageur.

De son côté, Croix Bleue Québec aurait recommencé à vendre de l’assurance voyage individuelle depuis la fin de juillet – l’assureur n’a pas répondu aux demandes d’information de Protégez-Vous. «Un avenant a été ajouté au contrat d’assurance pour clarifier la couverture», peut-on lire, sans plus de détails, dans la section dédiée à la COVID-19 sur le site de l’assureur.

Selon des informations circulant dans les médias, la police de soins médicaux d’urgence de Croix Bleue comprendrait une couverture pour la COVID-19, à la condition, entre autres choses, que le voyage soit essentiel et que la personne assurée ne montre aucun symptôme de la maladie avant son départ.

Pour sa part, l’assureur Medipac, qui n’a pas non plus répondu à nos demandes d’information, affirme sur son site que son assurance voyage comprend une couverture pour la COVID-19.

Club Med affirme aussi garantir à ses clients voyageant avant le 30 avril 2021 la prise en charge de leurs frais médicaux liés à la COVID-19 durant leur séjour, et ce, jusqu’à concurrence de 75 000 euros (environ 117 000 $ CAN).

À noter que ces exemples ne constituent pas une liste exhaustive des produits d’assurance couvrant la COVID-19 disponibles sur le marché; il peut en exister d’autres.

Comment couvrir la COVID-19?

La pandémie force l’industrie de l’assurance voyage à sortir des sentiers battus. Les assureurs doivent notamment calculer le risque à assumer pour la COVID-19, sachant que cette maladie peut entraîner un long séjour à l’hôpital – gare aux frais médicaux salés qui dépasseront ceux couverts par la Régie de l’assurance maladie du Québec – ou être carrément mortelle – dans ce cas, ce sont aux frais de rapatriement du corps, notamment, qu’ils doivent penser.

«Une fois que l’avis du gouvernement sera levé, certains assureurs offriront une protection pour la COVID-19, d’autres non, car ils considéreront que cette maladie constitue une situation connue, et non plus une urgence médicale imprévue, précise Will McAleer. Certains assureurs pourront inclure des protections dans leur police d’assurance voyage régulière ou encore offrir une protection supplémentaire en échange d’une prime supplémentaire.»

Sachant que la COVID-19 est particulièrement dangereuse pour les aînés et les personnes souffrant de maladies chroniques, les assureurs canadiens pourraient par exemple créer de nouvelles polices qui prendront en compte l’âge de l’assuré et ses conditions médicales préexistantes, «notamment celles qui touchent les poumons et le cœur», souligne Will McAleer. Le fait d’avoir obtenu un récent test négatif pour la COVID-19 ou de l’avoir déjà contractée et d’en être guéri pourrait aussi faire partie du calcul des primes.

«C’est la demande des Canadiens pour ce type de protections qui dictera comment le marché de l’assurance voyage s’adaptera, poursuit-il. L’important sera que les voyageurs sachent exactement à quoi s’en tenir à propos de leur couverture pour la COVID-19. La règle d’or de bien connaître les détails de leur police d’assurance devient plus importante que jamais.»

À lire aussi: Voyager avec un problème de santé: nos conseils pour partir l’esprit tranquille

Casse-tête pour les snowbirds

Les assureurs explorent aussi la possibilité d’assurer ou non les voyageurs selon leur destination. Ceci peut être préoccupant pour les Canadiens, «puisque de 80 à 90 % d’entre eux voyagent surtout aux États-Unis», indique Will McAleer.

L’ouverture de la frontière canado-américaine aux voyageurs, reportée de mois en mois depuis mars, est prévue pour le 21 septembre 2020. Certains des États prisés par les snowbirds ont été très touchés par la COVID-19. «C’est le cas, par exemple, de la Floride, du Texas, de l’Arizona et de la Californie, dit Will McAleer. Est-ce que ces destinations seront viables l’hiver prochain? On ne sait pas...»

Chose certaine, «cette crise fera en sorte que les gens seront davantage sensibilisés à l’importance de souscrire une assurance voyage qui couvre les frais médicaux à l’étranger, affirme Will McAleer. On pense que c’est positif pour les voyageurs, dont certains se retrouvent encore malheureusement avec des factures faramineuses à payer à la suite d’une urgence médicale.»

Selon lui, il est encore trop tôt pour savoir si la pandémie fera augmenter les primes d’assurance voyage. Toutefois, «la saine compétition au sein de l’industrie devrait contribuer à freiner une hausse potentielle des prix».

À lire aussi : Voyage en couple, en famille ou solo: tout sur l’assurance voyage!

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par HIPCHICK411 HIPCHICK411
    08 Juillet 2020

    A ce jour, il n'y a pas de date prévue pour l'ouverture de la frontière USA/Canada. Il est faux de prétendre qu'elle va ouvrir le 25 juillet. Aucune annonce n'a été faite dans se sense. Il est seulement prévu qu'elle restera fermée jusqu'au 21 juillet. Le renouvellement de la fermeture des frontières se fait par période de 1 mois à la fois.

    journalist
    Par CéLINE MONTPETIT de Protégez-Vous
    20 Juillet 2020

    Bonjour,
    Merci pour votre vigilance. Effectivement, la situation a évolué depuis la publication de cet article.