Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Attention aux quiz sur Facebook

Par Maxime Johnson
facebook-quiz

Quel personnage de série télé êtes-vous? Celui qui partage gratuitement ses informations personnelles, celui qui s’expose à la fraude ou celui qui ouvre sa porte au vol d’identité? Si vous répondez à un jeu-questionnaire sur Facebook, vous êtes peut-être un peu des trois.

Les jeux-questionnaires sur Facebook ont la cote. Que ce soit pour déterminer avec quel personnage de Friends vous devriez sortir, si vous connaissez bien les films de Disney ou à quelle maison de Poudlard dans Harry Potter vous appartenez, les sujets semblent intarissables. Attention toutefois: si ces questionnaires peuvent parfois être légers et amusants, les intentions derrière ne sont malheureusement pas toujours nobles.

«La personne qui crée un jeu-questionnaire a toujours quelque chose à gagner», explique Emeline Manson, formatrice experte en prévention des fraudes et en cybersécurité. Pour elle, le principal enjeu avec les jeux-questionnaires en ligne concerne la collecte d’informations. Les réponses aux questions peuvent en effet en dire beaucoup sur vous. Le profil psychologique pour savoir quel personnage d’une série vous ressemble le plus peut aussi être utilisé pour vous envoyer des publicités ciblées, par exemple. «Ces publicités ne sont pas forcément frauduleuses, mais elles peuvent être persistantes et intrusives», précise Emeline Manson.

D’autres fois, les intentions sont carrément malhonnêtes. «Les informations obtenues peuvent notamment être utilisées pour des arnaques, de la fraude et du vol d’identité», ajoute la formatrice. Plus un individu malveillant en sait sur sa proie, plus son attaque peut être efficace quand vient le temps de lui envoyer une tentative d’hameçonnage ciblée ou pour tenter de bâtir une relation pour lui soutirer de l’argent par la suite.

«Certains jeux-questionnaires peuvent aussi poser des questions plus pointues, comme le nom de votre premier animal de compagnie ou la marque de votre première voiture. Ce sont des questions qui peuvent aussi être les questions secrètes pour récupérer vos mots de passe», poursuit-elle.

Avec suffisamment de réponses à vos questions, l’auteur d’un jeu-questionnaire pourrait récupérer certains de vos comptes en ligne, incluant vos accès bancaires.

Une inquiétude exagérée, ou non?

Même si un risque théorique existe, faut-il réellement craindre un jeu-questionnaire anodin qui a été partagé et complété des milliers de fois? Après tout, tous ceux qui ont répondu à un questionnaire du genre ne se sont pas fait frauder par la suite. «Chaque personne a son propre niveau de tolérance au risque, mais il faut faire attention», croit Emeline Manson, qui évite pour sa part de répondre à ces jeux en ligne.

D’ailleurs, l’apparente innocuité des questions peut être trompeuse. «On ne donne pas beaucoup d’informations, mais si on en donne une ou deux dans un premier jeu-questionnaire, puis une ou deux dans un second, on fournit les différentes pièces d’un casse-tête. C’est quand toutes ces pièces sont combinées que ça devient problématique», explique la formatrice.

Quoi faire pour répondre à des quiz en toute sécurité?

Si l’envie de répondre à des questionnaires est trop grande, quelques mesures de sécurité s’imposent.

«Le plus important est de ne jamais donner d’informations personnelles», conseille Emeline Manson. Que ce soit sa date de fête (qui peut être demandée pour identifier son signe astrologique, par exemple), son courriel (exigé pour recevoir les réponses au jeu-questionnaire) ou son nom (sollicité en apparence pour personnaliser le quiz), ces données ne doivent pas être partagées. Au pire, n’hésitez pas à mentir et à offrir de fausses réponses.

Notons que ces informations ne sont pas toujours demandées explicitement. Souvent, les auteurs du jeu-questionnaire peuvent les obtenir autrement, en vous invitant par exemple à vous inscrire avec Facebook lorsque vous visitez leur site web. Assurez-vous alors que la procédure n’est pas accompagnée du partage automatique de vos données, comme votre nom et votre adresse courriel.

Lorsqu’un site demande l’accès à vos informations dans la fenêtre d’enregistrement Facebook (voir photo), cliquez sur Modifier l’accès, et désélectionnez les informations personnelles. Si elles sont obligatoires, quittez le site.

Quiz

Évidemment, certains créateurs de quiz inspirent plus confiance que d’autres. Un jeu-questionnaire sur le site d’une banque pour connaître notre tolérance au risque ou sur le site d’un grand média pour se remémorer l’année qui vient de se conclure, par exemple, n’essaiera pas de soutirer vos informations personnelles à des fins malhonnêtes. Si l’envie de répondre à un jeu-questionnaire est trop forte, trouvez-en un qui provient d’une source officielle et réputée.

>> À lire aussi: Grand dossier: comment protéger vos données personnelles

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par GUY POUPART
    23 Décembre 2021

    Bonjour,
    Quel bon article qui devrait mettre en garde TOUS les usagers de Facebook. Personnellement, je ne réponds jamais à ces questionnaires ou défis intellectuels en ligne. De toute façon, je me demande tout le temps à quoi ça sert à quiconque de savoir ses informations si ce n'est que pour de la fraude.

    Par contre, plusieurs de mes contacts Facebook partagent ces idioties. C'est la raison pour laquelle cet article devrait être partagé avec une plus grande audience que les abonnés de Protégez-vous. À commencer par les usagers de Facebook. Et du coup, cela offrirait une bonne publicité pour la revue.

    Y a-t-il une façon de partager sur notre fil d'actualité Facebook cet article ?

    Merci ! Vous faites un excellent travail !

    journalist
    Par CéLINE MONTPETIT de Protégez-Vous
    06 Janvier 2022

    Bonjour Monsieur Poupart,
    Merci pour votre commentaire. Nous allons publier cet article sur nos réseaux sociaux demain. Vous pourrez donc le voir sur notre page Facebook et le partager.