Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Planter des fleurs pour sauver les pollinisateurs

Par Marie-Eve Shaffer
planter-fleurs

Vous visiterez sous peu une pépinière dans l’espoir de trouver de nouvelles fleurs pour agrémenter vos balcons ou vos plates-bandes. Votre intention première est sans doute d’ajouter de la couleur, mais pourquoi ne pas choisir des plantes que les abeilles, colibris et autres pollinisateurs vont aimer?

Les pollinisateurs forment un groupe très varié qui comprend des insectes (abeilles, guêpes, papillons, mouches, etc.), des oiseaux (colibri) et des animaux (chauve-souris), souligne le préposé aux renseignements entomologiques de l’Insectarium de Montréal, André-Philippe Drapeau-Picard. Ils font en sorte que des fleurs puissent se transformer en fruits en transportant le pollen d’une fleur à une autre pour engendrer une fécondation.

« Il y a aussi le bétail, souligne l’apicultrice et formatrice de l’organisme Miel Montréal, Marie-Anne Viau. La plupart des vaches vont manger des plantes fourragères, comme le foin. Mais le foin a besoin de la pollinisation si on veut que ces vaches puissent être nourries. »

Une étude internationale, réalisée en 2007 par des chercheurs venant d’Allemagne, de France, d’Australie et des États-Unis, a rapporté que 35 % des cultures vivrières dans le monde dépendent de la pollinisation. C’est-à-dire que près du tiers des pommes, bleuets, concombres et autre nourriture que vous consommez a été produite grâce aux pollinisateurs.

C’est pourquoi le déclin des pollinisateurs suscite tant d’inquiétude. Une étude publiée dans le magazine Biological Conservation en 2019 indique que 40 % des insectes dans le monde sont menacés. Parmi eux, les lépidoptères, qui regroupent les papillons, et les hyménoptères, une famille où on retrouve les abeilles, les guêpes et les fourmis. Les auteurs mettent en cause l’agriculture intensive, les changements climatiques, mais aussi l’usage de pesticides. Ils prévoient la disparition de certaines espèces d’insectes d’ici « quelques décennies ».

Le même constat est fait pour les oiseaux. Par rapport à 1970, il y en a trois milliards de moins qui survolent l’Amérique du Nord, d’après une étude parue en 2019 dans la revue Science.

Des plantes indigènes avant tout

En ville, les pollinisateurs se font aussi concurrence pour l’accès aux fleurs, peu nombreuses dans certains secteurs. Si vous décidez de planter des fleurs pour assurer leur survie, optez pour des plantes indigènes. « Elles viennent d’ici et elles sont adaptées au climat », explique Marie-Anne Viau.

« Nos pollinisateurs indigènes sont aussi adaptés à ces plantes indigènes », ajoute André-Philippe Drapeau-Picard. Certaines espèces vont visiter toutes les fleurs, mais il y a des espèces plus spécialisées qui ont besoin de plantes indigènes. »

Des chercheurs américains ont d’ailleurs découvert que les variétés indigènes contribuaient à la survie des oiseaux insectivores. En observant les mésanges charbonnières, ils ont constaté que leur nombre diminuait au fur et à mesure que davantage d’espèces non indigènes étaient plantées. Quand celles-ci constituaient moins de 30 % de la biodiversité végétale, la population de mésanges parvenait à se maintenir.

Marie-Anne Viau donne aussi l’exemple de la rose horticole et de la rose indigène. Cette dernière se trouve le long des rivages, dans le Bas-Saint-Laurent, et la grande visibilité de ses étamines émoustille les pollinisateurs. Par contre, les étamines de la rose horticole sont plutôt cachées sous un amas de pétales, ce qui décourage les insectes et les oiseaux qui cherchent à se nourrir.

Les belles fleurs annuelles que les centres horticoles vendent tous les printemps ne sont généralement pas des variétés indigènes, précise l’apicultrice. Elle vous conseille de demander aux pépiniéristes de vous montrer les variétés indigènes offertes dans leurs serres.

« Il y a aussi des pépinières spécialisées dans la production de plantes indigènes », précise André-Philippe Drapeau-Picard.

Voici une courte liste d’espèces indigènes que partage Marie-Anne Viau. Si vous ne reconnaissez pas le nom, faites une recherche internet pour les identifier.

  • Achillée millefeuille
  • Agastache fenouil
  • Asclépiade
  • Ciboulette
  • Échinacée pourpre
  • Faux hélianthe
  • Lierre terrestre
  • Lupin
  • Mélisse
  • Menthe
  • Millepertuis
  • Monarde fistuleuse
  • Origan
  • Rudbeckie hérissée
  • Thym serpolet
  • Trèfle rouge et blanc
  • Verge d’or
  • Verveine hastée

Espace pour la vie, qui regroupe les cinq musées en sciences naturelles de Montréal, publie des suggestions sur son site internet.

« L’horticulture a mis de l’avant des plantes tropicales, qui sont annuelles et qui demandent beaucoup d’entretien, mentionne Marie-Anne Viau. Mais on a plein de magnifiques plantes indigènes qui n’ont pas besoin de beaucoup d’entretien parce qu’elles sont habituées de vivre dans notre environnement. »

Des fleurs pour toutes les saisons

En choisissant de nouvelles variétés qui agrémenteront vos plates-bandes, essayez de faire en sorte que des fleurs éclosent pendant toute la belle saison. « L’idéal, c’est d’avoir des fleurs printanières, estivales et automnales », dit Marie-Anne Viau.

Comme l’explique le jardinier paresseux, Larry Hodgson, les insectes et les oiseaux ont chacun leurs préférences en termes de couleurs et d’odeurs. Il est ainsi recommandé d’opter pour une mixité de fleurs afin de nourrir plusieurs pollinisateurs.

>> À lire aussi : L’abc d’un premier potager et Jardiner sur votre balcon.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par YVES LANTHIER
    08 Mai 2021

    Bonjour! J'aurais aimé avoir des suggestions sur ou trouver ces semences, liens internet, etc. C'est pas facile à trouver. Très peu des fleurs suggérées sont indigènes du Québec.

    journalist
    Par CéLINE MONTPETIT de Protégez-Vous
    11 Mai 2021

    Bonjour Monsieur Lanthier,
    Merci de nous avoir écrit. Si vous ne reconnaissez pas le nom d'une espèce indigène parmi celles énumérées dans cet article, une simple recherche sur Google vous permettra de trouver plusieurs sites québécois qui vendent ces semences en ligne. En voici quelques-uns:
    https://www.semisurbains.com/produit/ciboulette-original/
    https://www.ecoumene.com/produit/semences/herbacees/asclepiade-commune-bio/
    https://www.terrepromise.ca/produit/agastache-fenouil/
    https://semencesduportage.com/catalogue/plante-medicinale/achillee-millefeuille/
    https://www.ecoumene.com/produit/semences/herbacees/echinacee-pourpre-bio/