Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Pour camper cet été : réservez sans tarder !

Par Amélie Cléroux
camping

Rassurez-vous, il n’est pas trop tard pour planifier vos vacances estivales. Mais si vos projets de camping correspondent à des dates, des régions et des hébergements populaires, il vaut mieux ne pas trop attendre pour réserver votre séjour.

Depuis la mi-novembre, vous pouvez réserver vos terrains de camping et hébergements prêts-à-camper pour l’été 2021 dans les parcs de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq). «Pour la même période à l’ouverture des réservations, nous avons eu deux fois plus de transactions qu’à l’habitude», indique Simon Boivin, porte-parole de l’organisation.

Est-ce à dire que, quelques mois plus tard, il est déjà trop tard pour planifier ses vacances? «Non, nous rassure-t-il. Environ 80 % de l’offre d’hébergement demeurait disponible après cette période d’ouverture des réservations.»

Le report des dates n’est sans doute pas étranger à cet enthousiasme, d’après Simon Boivin. En effet, l’ouverture des réservations estivales survient habituellement au printemps de l’année qui précède.

N’empêche, la popularité des sites de plein air est palpable en cette ère de COVID-19 et la perspective d’un été 2021 similaire au précédent en a sans doute convaincu plusieurs de ne pas traîner.

Si vous trouviez les sentiers et campings achalandés l’été dernier, ce n’est pas le fruit de votre imagination. La Sépaq a connu une hausse de 14 % de fréquentation dans ses parcs nationaux lors de la saison estivale 2020.

Toutefois, si vous n’avez pas la tête aux vacances en plein confinement, vous pouvez respirer. Nos recherches au moment d’écrire ces lignes le confirment: il y a encore beaucoup de disponibilités d’hébergement dans les parcs de la Sépaq et ceux de Parcs Canada (Mauricie, Forillon et Archipel-de-Mingan). Et, sauf quelques exceptions, les sites de villégiature, d’hébergement en nature ou de camping privés n’ont pas encore été pris d’assaut par les futurs estivants de la province.

«Bien sûr, plus on attend, plus on diminue ses chances d’avoir son premier choix, résume Simon Boivin. Mais si vous pouvez faire preuve de souplesse, ça ne devrait pas être trop problématique.»

Voici un aide-mémoire pour vous aider à déterminer s’il vaut mieux ne pas tarder.

La période des vacances

Les weekends, évidemment, sont populaires. «C’est particulièrement le cas pour les longues fins de semaine: Saint-Jean-Baptiste, fête du Canada, fête du Travail…», souligne Simon Boivin. Outre celles-ci, les deux semaines des vacances de la construction – typiquement les deux dernières de juillet – ont vite fait d’être réservées.

Les parcs et sites les plus populaires

Parmi les parcs nationaux de la Sépaq les plus populaires année après année, quatre offrent des hébergements divers: Oka, Mont-Orford, Mont-Tremblant et Jacques-Cartier. Mais, lors des vacances, d’autres parcs ou secteurs plus éloignés des grands centres urbains deviennent des options de choix, selon Simon Boivin. Les parcs nationaux du Bic (Bas-Saint-Laurent), des Grands-Jardins (Charlevoix) ou de la Gaspésie, pour ne nommer que ceux-là, sont des destinations vacances reconnues.

Outre les parcs nationaux de la Sépaq et ceux de Parcs Canada, certains campings et sites privés sont très populaires. Le camping Mer et monde écotours, situé sur la Côte-Nord, est rapidement assailli par les amoureux de l’observation des baleines, par exemple. Selon vos dates de séjour, il est même probablement déjà trop tard pour un terrain en bordure du fleuve…

Choix et types de terrain ou d’hébergement

Certains terrains de camping particulièrement bien situés pour leur point de vue, leur intimité ou leur taille auront vite fait d’être choisis, souvent par des habitués. Si vous tenez mordicus à dormir à un endroit spécifique, dites-vous que vous n’êtes sans doute pas la seule personne dans ce cas!

À l’entreprise familiale Entre cîmes et racines, située en Estrie, l’écogîte en forêt nommé «Le Hobbit» est réservé tous les weekends jusqu’en… mars 2022! Pourtant, vous trouverez beaucoup de disponibilités pour d’autres de leurs hébergements similaires. À la Sépaq, les tentes tout équipées (le prêt-à-camper) – très populaires auprès des familles pour leur simplicité, selon Simon Boivin – et les chalets sont moins nombreux et, de ce fait, plus difficiles à obtenir.

Et pour les moins prévoyants?

S’il vous est possible de faire preuve de flexibilité concernant les dates ou le lieu spécifique de votre séjour, ou si vous êtes plus minimaliste, vous pourrez (probablement) vous permettre d’être plus «dernière minute» et réserver jusqu’à quelques semaines à l’avance, voire moins.

Le camping, de façon générale, «est plus affecté par les conditions météorologiques», rappelle le porte-parole de la Sépaq. Plusieurs amateurs de plein air attendent donc de voir le beau temps se confirmer avant de réserver. D’ailleurs, les terrains de camping rustiques (sans services; avec toilette sèche à proximité) vous permettront d’être plus spontané.

Si vous voyagez à vélo, sachez que plusieurs parcs ont des terrains qui sont offerts aux cyclistes sans réservation, alors que certains campings privés suivent encore le modèle du «premier arrivé, premier servi». Enfin, dans un scénario certes moins idéal, vous pourriez changer de terrain d’une nuit à l’autre lors de votre séjour dans un parc, sans pour autant que cela ruine vos vacances. À vous de voir!

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.