Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Prudence au moment d’acheter un véhicule d’occasion

Par Alexandre D’Astous
inspection-auto

Budget, paiements mensuels, état du véhicule, garantie… L’Office de la protection du consommateur (OPC) lance une vaste campagne afin d’informer les automobilistes des éléments à vérifier avant d’acheter une auto usagée auprès d’un marchand de véhicules d’occasion.

«Il est fréquent que les consommateurs se fassent avoir par des vendeurs de véhicules d’occasion», lance d’emblée Charles Tanguay, porte-parole de l’OPC. Ainsi, la première chose dont il faut s’assurer lorsqu’on achète une voiture usagée, c’est de payer le prix affiché. «Il ne doit pas y avoir d’ajouts au prix affiché si l’acheteur ne demande pas l’ajout de produits ou d’options, poursuit-il. On voit souvent des frais de bon départ sur des contrats, ce qui est illégal.»

L’OPC met également les consommateurs en garde contre les dangers d’étirer les paiements. Une pratique de plus en plus utilisée. «Cela diminue le prix mensuel ou hebdomadaire, mais, le problème, c’est qu’on doit changer le véhicule avant d’avoir fini de le payer, si bien qu’on doit reporter le montant encore dû sur son prochain achat. Ça devient un cercle vicieux. Allez-y selon votre budget et évitez de pelleter des paiements en avant», conseille M. Tanguay.

Au premier rang des plaintes à l’OPC

L’automobile d’occasion figure depuis des années en tête du palmarès des plaintes à l’Office de la protection du consommateur. Le plus souvent, elles concernent des vices cachés, des recours en garantie que le vendeur refuse d’honorer et le non-respect des garanties légales.

C’est pour mettre en garde les consommateurs au sujet, notamment, des frais illégalement ajoutés au prix du véhicule et des périodes de remboursement des véhicules achetés à crédit qui s’étirent et coûtent cher, que l’organisme mène une campagne Web jusqu’à la fin du mois de mars.

«Nous avons voulu la faire à ce moment-ci parce que nous considérons que la réouverture de certains commerces et l’arrivée prochaine du printemps vont inciter bon nombre de consommateurs à magasiner une nouvelle voiture. À noter que cette campagne vise les commerçants de véhicules d’occasion enregistrés, et non les transactions entre particuliers», précise le porte-parole de l’OPC.

>> À lire aussi : Auto usagée: gare aux faux particuliers!

Un achat important

L’OPC est consciente que l’achat d’un véhicule constitue une dépense importante. C’est pourquoi il recommande de s’y préparer : identifier le budget dont on dispose; vérifier la valeur des véhicules dans des guides spécialisés, comme celui de Protégez-Vous, et s’assurer du bon fonctionnement du véhicule.

Essai routier et inspection avant achat

Avant l’achat, le consommateur devrait aussi faire inspecter le véhicule dans le garage de son choix, situé à proximité, et l’essayer sur la route. «Aucun commerçant ne peut refuser ces demandes», assure Charles Tanguay, qui ajoute qu’une étiquette descriptive est obligatoire sur toute auto d’occasion qu’un commerçant offre à la vente ou à la location.

«Le consommateur doit pouvoir acheter l’auto au prix annoncé sur cette étiquette et dans la publicité, ou moins cher. Le commerçant peut y additionner les taxes et les droits environnementaux sur les pneus neufs, s’il y a lieu, mais il ne peut ajouter aucuns autres frais, à moins qu’ils soient associés à des options supplémentaires que l’acheteur avait le loisir d’accepter ou de refuser.»

Parmi les autres mises en garde effectuées par l’OPC, mentionnons qu’il est interdit de vendre un véhicule sans garantie et d’indiquer que la vente se fait sans garantie. Et tant que la loi ne sera pas modifiée, un marchand ne peut vendre un véhicule routier en ligne ou ailleurs qu’à son établissement. «Ainsi, les marchands qui offrent de conclure des transactions par Internet doivent être conscients qu’ils commettent une infraction et qu’un client insatisfait pourrait évoquer cette interdiction pour faire annuler une transaction», précise M. Tanguay.

Campagne sur le Web

La page de conseils de l’OPC donne des astuces pour aider le consommateur à faire respecter ses droits et à éviter la multiplication des frais. Elle présente aussi un calculateur simple, qui lui permet de réaliser que plus on paie un véhicule longtemps, plus on le paie cher. Une capsule vidéo s’adresse plus spécifiquement aux jeunes qui veulent acquérir leur première auto.

>> À lire aussi : Cinq conseils pour choisir une auto d’occasion à bas prix

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.