Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Télétravail et impôt: des dépenses déductibles pour 2021

Par Annick Poitras et Catherine Crépeau
teletravail Shutterstock.com

Vous êtes salarié, mais vous avez passé une partie de l'année en mode télétravail à cause de la pandémie? Sachez que vous avez accès à une déduction fiscale simplifiée et que plusieurs changements ont été apportés aux dépenses que vous pourrez déduire lors de votre déclaration de revenus 2021.

Avant la crise de la COVID-19, il existait déjà des règles fiscales permettant aux salariés de déduire certaines dépenses encourues pour tenir un bureau à domicile et se procurer divers équipements et fournitures.

Pour pouvoir déduire des dépenses de bureau à domicile, la règle est qu’il soit votre principal lieu de travail (plus de 50 % du temps) ou que vous l’utilisiez uniquement pour gagner votre revenu d’emploi et pour rencontrer des clients sur une base régulière et continue. Ces règles s’appliquent maintenant aussi aux salariés qui se sont retrouvés en télétravail à cause des mesures sanitaires.

Déduction fiscale simplifiée

Le montant maximal pouvant être réclamé avec la déduction fiscale simplifiée augmente de 400 à 500 $, sans aucun justificatif à fournir. Et le nombre de journées admissibles passe de 200 à 250 par année.

Pour avoir droit à la démarche simplifiée (méthode à taux fixe temporaire), vous devrez avoir été en télétravail en raison de la COVID-19 pendant plus de 50 % du temps sur une période de quatre semaines sans interruption. Vous devrez aussi avoir payé vos dépenses sans obtenir de remboursement de votre employeur.

Il suffit ensuite de calculer 2 $ pour chaque journée de travail à la maison, jusqu’à un maximum de 250 jours ou de 500 $. Vous n’aurez pas à fournir un formulaire de votre employeur ni à conserver de pièces justificatives aux fins de vérification.

Les mêmes conditions s’appliquent pour les déclarations de revenus provinciale et fédérale. La mesure permet d’obtenir une déduction maximale – et non un crédit d’impôt – de 500 $ par palier gouvernemental. Ainsi, si votre taux d’imposition marginal combiné au Québec est de 37 %, vous pourriez mettre jusqu’à 185 $ dans vos poches.

Méthode simplifiée: pas toujours avantageuse

Mais attention, vous pourriez obtenir davantage avec la méthode détaillée!

Avec celle-ci, vos factures de loyer, d’électricité, d’Internet, de téléphone, de fournitures de bureau et de petits frais d’entretien résidentiels pourront être en partie déductibles. La valeur de ces frais doit être déterminée en fonction du pourcentage d’utilisation pour le travail par rapport à l’ensemble du domicile. Cependant, les dépenses en capital, comme une table de travail ou une chaise, ne peuvent toujours pas être déduites.

Un télétravailleur qui gagne un salaire moyen et qui utilise le quart de son appartement pour le travail pourrait ainsi obtenir davantage que les 500 $ offerts par la démarche simplifiée. Prenez le temps de faire le calcul.

Comparez les deux méthodes à l’aide d’un calculateur au provincial et au fédéral.

De nombreuses autres dépenses sont déductibles, selon que vous êtes propriétaire de votre domicile ou locataire.

Dépenses déductibles si vous êtes propriétaire de votre domicile et que votre employeur ne vous rembourse rien:

• Fournitures consommées dans l’exercice de vos fonctions, comme du papier, des crayons, des cartouches d’encre, etc.;

• Frais pour l’Internet en fonction de l’utilisation faite pour le travail;

• Chauffage, électricité, produits de nettoyage, accessoires d’éclairage ou réparations mineures.

Attention: contrairement aux travailleurs autonomes, vous ne pouvez pas déduire les taxes foncières, les primes d’assurance habitation, les intérêts hypothécaires, ni demander la déduction pour amortissement de l’immeuble.

Dépenses déductibles si vous êtes locataire et que votre employeur ne vous rembourse rien:

• Fournitures consommées dans l’exercice de vos fonctions, comme du papier, des crayons, des cartouches d’encre, etc.;

• Frais pour l’Internet en fonction de l’utilisation faite pour le travail;

• Chauffage, électricité, produits de nettoyage, accessoires d’éclairage ou réparations mineures;

• Partie du loyer relative à l’espace occupé par le bureau à domicile.

Ces règles sont semblables au provincial et au fédéral, précise Sarah Phaneuf, associée en fiscalité au cabinet Raymond Chabot Grant Thornton, bureau de Sherbrooke.

Le calcul à faire

Que vous soyez propriétaire ou locataire, vous ne pouvez déduire que des dépenses proportionnelles à l’espace occupé par votre bureau par rapport à la superficie totale de votre domicile.

À cet effet, Revenu Québec donne les exemples suivants:

– Si l’espace de bureau occupe 25 % de la superficie du domicile et que cet espace est utilisé à 100 % pour l’exercice de vos fonctions d’emploi, vous pouvez déduire:

• 25 % des fournitures et services consommés dans l’espace de bureau;

• 25 % des frais de location de l’espace (si vous êtes locataire).

– Si l’espace de bureau occupe 25 % de la superficie du domicile, mais que cet espace est utilisé à seulement 80 % pour l’exercice de vos fonctions, vous pouvez déduire:

• 20 % (soit 25 % x 80 %) des fournitures et services consommés dans l’espace de bureau;

• 20 % (soit 25 % x 80 %) des frais de location de l’espace (si vous êtes locataire).

De plus, les conjoints copropriétaires en télétravail ne peuvent demander la même déduction deux fois. «Chacun doit calculer sa proportion de la moitié des dépenses en fonction de l’espace occupé par son bureau; par exemple, si l’un occupe 15 % de la maison, seuls 15 % de la moitié des factures d’électricité applicables à la période de télétravail seront déductibles pour cette personne», explique la fiscaliste Sarah Phaneuf.

Équipements informatiques et de bureau

Pour la période de 2020 à 2022, Revenu Québec et l’ARC accordent un montant total de 500 $ que l’employeur peut rembourser à son employé pour du matériel informatique (ordinateurs, imprimantes, etc.) et pour des équipements de bureau nécessaires au télétravail (une chaise, par exemple). Ce montant n’est pas un avantage imposable pour l’employé.

Comment réclamer ces déductions

Si vous optez pour la méthode détaillée, vous devez conserver toutes vos factures et pièces justificatives pour être en mesure de prouver l’existence de ces dépenses durant la période de votre télétravail.

Pour pouvoir réclamer ces déductions, vous devrez obtenir deux formulaires remplis et signés par votre employeur en vue de la production de vos déclarations de revenus 2021: le formulaire TP64.3 au provincial et le formulaire T2200 au fédéral. Les employeurs ont jusqu’au 28 février 2022 pour les remettre aux employés.

Pour plus d’information, consultez le site de Revenu Québec (section «Dépenses d’emploi liées au télétravail») et celui de l’ARC.

>> À lire aussi: Impôts 2021: quoi de neuf pour les particuliers? et 8 stratégies pour réduire l’impôt que vos héritiers auront à payer

 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par BERNARD GOELEN
    26 Janvier 2021

    Sur le site de Revenu Québec dont vous avez donné le lien, les équipements informatiques (ordinateurs, imprimantes, etc.) ou de bureau nécessaire au télétravail (une chaise, par exemple) font partie des dépenses NON admissibles. L'employeur refuse de les rembourser. Qu'en est-il exactement?

    journalist
    Par CéLINE MONTPETIT de Protégez-Vous
    03 Février 2021

    Bonjour Monsieur Goelen,
    Tout comme Revenu Québec, notre article mentionne que le salarié ne peut, dans sa déclaration, déduire l’achat d’ordinateur ou d’équipement informatique. Par contre, Revenu Québec accorde à l’employeur 500$ pour ces dépenses. Si c’est l’employé qui en fait l’achat, il peut se faire rembourser par l’employeur (à condition que l'employeur ait au préalable autorisé une telle dépense). Dans ce cas, ce montant n'est pas comptabilisé dans le revenu imposable du salarié, comme c'était le cas avant la pandémie.

  • Par MONIQUE GALARNEAU
    12 Février 2021

    Une personne étant déjà en télétravail avant la Covid peut elle réclamer des frais de télétravail du à la Covid.
    Les frais réclamables, sont-ils du 1 janvier 2020 au 31 décembre, ou bien à partir du 1 mars ? (de quelle date ?)
    Ou encore quand la personne a dû commencer à travailler en télétravail (quelle est la période couverte)