Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

N’attendez pas à la dernière minute pour chercher un logement

Par Alexandre D’Astous
chercher_logement

La Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ) recommande aux locataires de ne pas attendre à la dernière minute pour se chercher un nouveau logement à l’approche du renouvellement des baux, le 31 mars.

Le directeur des affaires publiques de l’organisme, Hans Brouillette, explique que la date du 31 mars ne s’applique pas à tous les locataires. « La plupart des propriétaires ont envoyé leur avis de renouvellement à la mi-février après avoir reçu leurs comptes de taxes et les locataires disposent alors d’un mois pour faire part de leur décision de partir ou de rester, précise-t-il. Les locataires qui n’ont pas reçu d’avis de leur propriétaire verront leur bail renouvelé automatiquement aux mêmes conditions le 31 mars s’ils ne se sont pas manifestés avant. »

Davantage de logements disponibles à Montréal

De manière un peu surprenante, M. Brouillette assure qu’il y aura davantage de logements disponibles au centre-ville de Montréal : « La pandémie, le télétravail et l’enseignement à distance ont incité plusieurs personnes à quitter le centre-ville. Il y aura plus de logements disponibles qu’à l’habitude, c’est une certitude, même si la Ville de Montréal laisse entendre le contraire et accentue la rareté. Les propriétaires veulent connaître les intentions de leurs locataires le plus rapidement possible. »

En fait, M. Brouillette laisse même entendre que certains propriétaires devront même négocier avec les locataires pour trouver preneur. « On entend que des propriétaires pourraient offrir un mois gratuit afin d’attirer des locataires, mais on parle uniquement du centre-ville de Montréal, mentionne-t-il. Ailleurs, les taux d’inoccupation demeurent très bas. C’est pour cela que l’on conseille aux locataires de ne pas attendre à la dernière minute pour chercher un logement. Plus ils vont tarder et plus le choix va diminuer. »

Et plus ils devront faire face à la concurrence entre locataires, ce qui peut se traduire par des demandes de dépôt de garantie par les propriétaires ou une surenchère entre locataires potentiels. Certains iraient jusqu’à proposer une hausse de loyer pour décrocher l’appartement de leur rêve.

Légalité des dépôts de garantie

La CORPIQ signale qu’une décision du 7 février 2020 dans la cause des Immeubles A. Côté rend légal un dépôt de garantie dans certaines circonstances. « Dans les cas où une personne ayant un dossier de crédit moins solide ne veut pas de colocataire et n’est pas en mesure de fournir une caution, le versement d’un dépôt peut être envisagé, si c’est le locataire qui le propose », explique Hans Brouillette.

La CORPIQ s’attend à un peu plus de mouvement en 2021. « En 2019, le taux de rotation était de 18 %. Avec la pandémie, il a baissé à 13 % en 2020. On peut s’attendre à ce qu’il augmente cette année. »

>> À lire aussi : Des enchères et des frais d’enquête pourraient faire monter le prix de votre prochain appartement

Quoi faire devant une augmentation injustifiée ?

Dans les secteurs où le taux d’inoccupation est au plus bas, certains propriétaires pourraient être tentés de hausser les prix. Sachez que, selon le Tribunal administratif du logement (anciennement la Régie du logement), le locateur doit remettre au nouveau locataire un avis (section G du formulaire de bail) indiquant le loyer le plus bas payé au cours des 12 mois précédant le début du bail ou, le cas échéant, celui fixé par le tribunal au cours de la même période.

S’il paye un loyer supérieur, le locataire dispose d’un certain délai pour demander au tribunal de fixer le loyer sur la base du loyer payé par l’ancien locataire. Quant à l’augmentation annuelle du loyer, les locateurs et les locataires sont libres de s’entendre sur une augmentation de loyer que chacun considère comme satisfaisante.

« Le locataire a par ailleurs le droit de refuser l’augmentation de loyer soumise par le locateur, tout en demeurant dans son logement, sauf dans le cas d’un immeuble construit ou ayant changé d’affectation depuis cinq ans ou moins. Le locataire doit quitter son logement à la fin du bail si la section F du bail fait mention de cette restriction », précise Denis Miron, du Service des communications du Tribunal administratif du logement.

Protection des locataires

Hans Brouillette signale que la CORPIQ dispose d’un outil de protection pour les locataires. « La plateforme de location Kangalou, un produit 100 % québécois lauréat aux Mercuriades 2018, offre une protection des locataires meilleure que chez les concurrents pour contrer les annonces frauduleuses de logements à louer », assure-t-il.

La plateforme permet d’accéder aux logements à louer correspondant à ses besoins en effectuant une recherche avancée, ou mieux, en utilisant l’option match qui permet de sélectionner ce que le locataire recherche parmi plus de 100 critères.

Droits et obligations du locataire

Les droits et responsabilités des locataires et des propriétaires sont détaillés sur le site du Tribunal administratif du logement. Le locataire doit, notamment, payer le loyer à la date convenue ; maintenir le logement en bon état de propreté ; permettre la vérification de l’état du logement, sa visite à un acquéreur éventuel ainsi que l’affichage et sa visite à un locataire éventuel ; ne pas changer les serrures du logement ; se conduire de manière à ne pas troubler la jouissance normale des autres locataires ou du locateur, et aviser d’une défectuosité ou détérioration substantielle.

En contrepartie, le locateur doit maintenir le logement en bon état d’habitabilité ; garantir que le logement puisse servir à son usage normal et l’entretenir à cette fin durant toute la durée du bail ; faire toutes les réparations nécessaires, sauf celles à la charge du locataire, et ne pas changer la forme ou la destination du logement.

>> À lire aussi : Appartement à louer : 12 indices pour flairer l’arnaque et Propriétaires : vos droits et responsabilités envers vos locataires.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.