Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Essai longue durée: 2000 km en Chevrolet Bolt EV 2019

Par Julien Amado Mise en ligne : 23 juillet 2019

Chevrolet-bolt

Protégez-Vous a confié une Chevrolet Bolt EV à trois familles. Trajets domicile-travail, épicerie, entraînements sportifs, petites escapades: voici leur verdict après avoir parcouru 2000 km.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Automobile

Commentaires 8 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par CHENEL LAUZIER | 24 juillet 2019

    J'ai essayé une Bolt l'année dernière. La motorisation est très bien et agréable a utiliser. L'aspect du freinage régénérateur est beaucoup plus efficace que je le pensais. Le principal hic est l'autonomie et son prix. A 53 000 $ c'est grandement exagéré pour une petite auto. Ça n'en vaut pas plus que 25 000 $. Les manufacturiers abusent. Si c'était au moins l'équivalent d'une Toyota RAV4 Limited à traction intégrale ce serait plus acceptable. Une autonomie de 400 km n'est pas acceptable pour moi. Je n'achète pas une auto pour ne faire que de la ville. Dès qu'on fait un voyage de plus de 200 km c'est problématique. Les manufacturiers ne se forcent pas. On pourrait faire un véhicule avec 1000 km d'autonomie et ça existe présentement. La Rimac et la récente Bentley offre 700 km. Si la Rimac avec ses 1888 hp peut faire 700 km imaginez si on réduisait ses moteurs à 400 hp seulement on dépasserait les 1000 km d'autonomie. Là on jase. Vous me direz que ce sont des voitures de luxes dispendieuses. Oui c'est vrai, mais le principe de l'autonomie réelle existe et de plus la Bentley a de gros moteurs puissants ce qui est inutile en utilisation normale. Si on peut faire un véhicule avec 700 km d'autonomie avec une voiture monstrueuses on peut surement le faire pour un toyota RAV4 avec une puissance équivalente à son moteur à essence. Alors la technologie existe et cela est faisable. Pourquoi les manufacturiers ne le font pas ? parce que ce n'est pas payant pour les concessionnaires. Avec une auto électrique l'entretien se limite a une petite visite par année qui dure a peine une heure. C'est la vraie raison qui me vient d'un concessionnaire. De plus le prix excessif n'est pas justifié. Une auto électrique n'a pas de moteur à essence qui contient des centaines de pièce, un radiateur, un système d'échappement avec catalyseur, pas de réservoir à essence et plein d'autres pièces inutiles. Tout ça coute très cher alors venez pas me dire que les piles et le moteur électrique coutent plus cher que toutes ces pièces enlevées pour la version à essence. Un moteur électrique est très peu dispendieux. Donc, autonomie raisonnable de 1000 km et prix raisonnable et oui j'achète demain matin.

    Par BENOIT JOLY | 30 juillet 2019

    Votre analogie avec des véhicules comme la Rimac ou la Bentley est très grossière. C'est comme si on comparait une Mustang de $ 50,000 avec une Ferrari de $ 1,000,000. La technologie n'est pas du tout la même et c'est ce qui permet à une Bentley ou une Tesla d'être beaucoup plus performante à tous les niveaux. La technologie des voitures électriques est jeune et en plein développement. Dans 5 ans, on aura fait des pas de géants en terme de performance et d'autonomie. Arrêtez de penser que les compagnies font de l'argent comme de l'eau, ce n'est pas vrai. Elles doivent absorber la recherche et le développement de ces nouveaux produits et cela représente une grosse partie du prix du véhicule, ça n'a rien à voir avec les composantes. De dire aussi qu'un moteur électrique n'est pas cher, c'est aussi une fausse perception. Un moteur à combustion est très facile à fabriquer puisque c'est de la technologie que l'on maîtrise depuis des dizaines d'années... Informez-vous un peu mieux...

  • Par LOUIS GERVAIS | 25 juillet 2019

    Contrairement à ce que les automobilistes peuvent penser, être pris dans un embouteillage consomme très peu de courant car le moteur ne tourne pas comme une thermique qui vide son réservoir. Il n'y a que le chauffage et l'air climatisé qui tirent un peu de courant. Vous pourriez être dans ces conditions des dizaines d'heures. Mon principal plaisir avec la Bolt, c'est d'aller faire mon épicerie quand il fait froid l'hiver. Je laisse ça en marche, verrouillé puis ajusté à 18 degrés et quand je reviens, il n'y a que quelques km d'autonomie en moins mais l'auto est chaude. Idem s'il fait très chaud en été. Ceci, sans polluer ou puer.

  • Par steven boudreault | 28 juillet 2019

    J'aurais bien aimé voir les résultats de l'autonomie de la bolt en plein hiver Québécois, car avec ma petite hybride, je perds un bon 30% d'autonomie au coeur de l'hiver. Je suppose qu'il en va de même pour la Bolt? Sommes nous toujours sous les 300KM en hiver avec la Bolt? J'aurais aussi aimé savoir ce qu'il en est du chauffage de l'habitacle l'hiver à -30C. Les commentaires que j'ai entendus font état de chauffage médiocre par temps froid.

    Par DAVID MALENFANT | 31 juillet 2019

    400km moins 30% ca fait 310 km d’autonomie et après tu recharges sur borne rapide pas plus compliqué.
    C’est simple pour te libérer du cartel du pétrole

  • Par CLAUDE VALIQUETTE | 27 juillet 2019

    Pour ce qui est du style de la Bolt c'est réellement un choix personnel, moi j'aime pas. Pour ce qui est de l'autonomie quand on approche les 400KM en condition optimal c'est plus que suffisant pour la très grande majorité des gens. Faut pas oublier que de l'électricité il y en a partout ou il y a une maison ce qui est pas le cas pour une véhicule à essence pour se réapprovisionner...

  • Par LUCIE ROBITAILLE | 25 juillet 2019

    Pour vos prochains essais, il FAUT une borne de recharge 240V à la maison, quand c'est possible.

    Les commentaires sur l'anxiété de manque d'autonomie ne seraient plus à propos.

    Quant à l'espace dans le coffre, c'est une question de gestion, moins on a d'espace, moins on s'invente de besoin.