Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Endettement: comment sortir la tête de l’eau

Par Emmanuelle Gril
Dossier - Endettement: comment sortir la tête de l’eau

Vous jonglez avec vos cartes de crédit pour vous remettre à flot, mais vous croulez sous les dettes? Il existe des solutions pour vous aider à remonter la pente. Consolidation de dettes, proposition de consommateur, dépôt volontaire, faillite... Pour savoir quelle option convient le mieux à votre situation, lisez ce qui suit.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par SYLVIE LAPOINTE
    02 Février 2016

    Je crois que l'endettement, suivi du surendettement, ça part souvent de la pensée magique à l'effet qu'une solution se manifestera plus tard pour régler toutes les dettes accumulées, et ce, sans souffrir. Cependant, une fois fait, je pense qu'avec de la détermination et du courage, on peut s'en sortir, en commençant par examinant chacune des dépenses encourues. En s'informant en matière d'alimentation, par exemple, on peut manger très bien à beaucoup moins cher, surtout si on cuisine ses repas; on peut examiner ses forfaits de téléphonie et voir à des remplacements moins chers (boîte vocale, appel en attente, etc.); vérifier si on a vraiment besoin du câble, ou jusqu'à quel point; réévaluer son utilisation de l'électricité, du chauffage; revoir toutes et chacune de ces petites dépenses qui, au jour le jour, ne sont pas énormes mais à la fin de l'année forment un beau montant (café, muffins, collations diverses, jus, chips, chocolat, lunchs, restos sans occasion particulière, journaux, revues, etc); on peut bien entendu prendre conscience de sa consommation régulière d'alcool, cigarettes, boissons gazeuses - tous des produits très chers; on peut également se convertir au minimalisme, comme les Japonais par exemple, et renoncer à l'achat de bébelles, gugusses, bidules de tous genres qui ne sont pas vraiment nécessaires; faire attention aux produits vendus en pharmacie, tellement tentants...; renoncer à l'achat de vêtements "cheap" et souvent non nécessaires également; emprunter des livres, CD et DVD dans une bibliothèque; acheter usagé et recycler ou réutiliser des objets ou vêtements ayant appartenu à d'autres qui veulent s'en départir; prendre soin des choses que l'on possède pour les faire durer longtemps (vêtements, meubles, outils, voiture, appareils); reporter les travaux de rénovation à plus tard si ossible; chercher des cadeaux de bon goût mais moins chers à offrir; et combien d'autres options à envisager à commencer par surveiller attentivement les spéciaux pour les choses qu'on doit absolument se procurer. C'est fou l'argent qu'on peut épargner! Des plans pour devenir riche! Mais cela demande de la discipline, et un brin de patience. Par contre, comme on dit, à la fin c'est payant. Je souhaite à tous ceux et celles qui sont aux prises avec ce problème d'avoir le goût de s'en débarrasser et ainsi passer aux actes avec détermination et succès.

     23
    Par Luc Poirier
    04 Mars 2016

    Bonjour Mme Lapointe
    J'aime beaucoup vos commentaires, mais je pense que peu de gens qui se sont mis dans un tel pétrin ont la détermination pour changer totalement leur style de vie. Mes recommandations pour eux seraient les suivantes.
    1- identifier les couts et dépenses qui ne sont pas compressibles: chauffage (thermostats programmables), frais associés a son emploi, aliments (spéciaux et minimiser les pertes), loyer ou hypothèque, paiements auto (permis conduire, assurance, plaques)et réparations, entretien de base de la maison, taxes, assurances (maison, vie). Réduisez ceux-ci de votre revenu net après impots. C'est l'argent qu'il vous reste pour les dépenses compressibles et pour préparer votre retraite et vous faire un coussin en cas de pépins.Il faut qu'a partir de ce constat que vous fassiez un budget et que vous le respectiez a la lettre, si vous voulez en sortir. Il faut de plus y mettre toute la famille dans le coup.
    2- Dépenses compressibles: habillement, sorties, forfaits de téléphonie(je ne comprends pas que l'on ait pu vivre une vie entière sans cellulaire, sans en avoir ressenti aucun besoin), plaisirs ludiques (TV, internet, voyages, sports, etc.), restaurants (mauvais pour la santé et le porte-feuille), etc.
    3- Ayez deux comptes de banques, un d'épargne et un pour les dépense courantes. Faites vous un agenda des comptes a payer. Si a un moment donné vous devez piger dans le compte d'épargne, assurez vous d'avoir un plan de contraction des dépenses pour rembourser l'argent pris dans ce compte.
    4- Ne jamais aller magasiner sans liste d'achats et n'acheter que ce qui s'y trouve. Éviter le magasinage a tout prix.
    5- Ne pas louer un véhicule, il faut l'acheter et le garder le plus longtemps possible (10-15 ans) , en tenant compte que le plus grand cout n'est pas son entretien, mais sa dépréciation qui dans les 5 premières années lui fait perdre la moitié de sa valeur. Donc un véhicule de 30k$ ne vaut plus que 15k$, meme s'il n'a que peu de millage. L'achat d'un véhicule usagé de bonne réputation bien entretenu peut etre une excellente affaire.
    Conclusion: Avoir des économies c'est la liberté et la sécurité. Demandez vous a chaque achat compressible si vous en avez absolument besoin, et si vous n'en etes pas certain abstenez-vous.
    Arreter de penser que votre maison est un investissement et que meme si vous etes endettés vous avez des valeurs (équités), car si vous voulez la conserver vous devrez assumer celles-ci sans la vendre, et si vous la vendez vous vivrez ou ?
    Excusez moi pour le manque de ponctuation car mon clavier a flanché et je suis sur un clavier anglais.

     9
  • Par monique dufour
    03 Mars 2016

    La façon que j'ai trouvé est de prendre la plus petite de mes dettes et de l'éliminer le plus rapidement possible, ensuite une autre et une autre et je suis arrivée à déficit 0. Mais attention la tentation est grande si l'on garde nos cartes de crédit. Nous devons revoir notre façon de budgéter. C'est un exercice à refaire lorsque nous sommes de retour sur la pente de l'endettement.

     10
  • Par Jean Rouleau
    03 Mars 2016

    Je sais, que ce n'est pas facile, mais après plusieurs perte d'emploi suite à la mondialisation. Mon crédit était très élevés, plusieurs carte de crédit a mon actif. J'ai eu la chance de me trouver un bon emploi. Et au bout de 36 mois j'ai régler mes dettes, maintenant que mes dettes sont remboursés c'est maintenant de l'épargne. J 'ai fais un budget et j'ai coupé dans le luxe et a chaque achat je fais une analyse est-ce utile, ne pas se servir de sa carte débit prendre l'argent pour la semaine pour nos besoins, planifier un coussin financier de trois mois pour les imprévus, il faut être très rigoureux et instruire à nos enfants la valeur de l'argent même si il pense que cela tombe du ciel.

     8
  • Par Martin Lavoie
    21 Janvier 2016

    Le surendettement, à la base, ce sont des mauvais choix de consommation. Blâmer votre compagnie de voyage parce qu'elle vous offre de partir en voyage et payer en 12 versements revient à vous trouver des excuses pour votre faible jugement. Le crédit est facile, c'est vrai, mais ce n'est pas une raison pour s'en mettre plein la gueule. Il y a plein de choses faciles d'accès autour de nous, le casino, la cigarette et autres vices, et ce n'est pas une raison pour en consommer à outrance. C'est la même chose pour le crédit.

     8
  • Par Roger Massicotte
    18 Avril 2016

    Étant donné que ce taux d'endettement comprends le financement hypothécaire, je me demande pourquoi s'inquiéter. Exemple, un ménage avec deux adultes ayant des revenus annuels totaux de 70,000.00$. S'ils ont un ratio de 146%, cela représente une dette totale de 102,000.00$. Si l'hypothèque sur leur maison est de 80,000.00$ (la valeur moyenne des propriétés à Montréal est de plus de 200,000.00$), et que le 22,000.00$ restant sert à financer un véhicule automobile. Ce couple a une valeur nette positive et les mensualités sur les deux prêts sont probablement inférieures à 1,000.00$ (15% du revenu brut disponible). Où est le problème?
    Cette statistique ne veut rien dire pour moi. On devrait plutôt s'intéresser au pourcentage du revenu familial consacré à l'amortissement des dettes et à la proportion des dettes liées à de la consommation courante. Cela serait plus révélateur.

     6