Par Céline Montpetit Mise en ligne : 02 mars 2017

shutterstock.com

La Compagnie de la Baie d’Hudson aurait gonflé ses prix habituels de matelas et de sommiers pour ensuite les annoncer en solde, faisant ainsi miroiter d’importants rabais.

C’est ce que révèle l’enquête pancanadienne amorcée en mars 2014 par le Bureau de la concurrence, qui annonçait le 22 février dernier qu’il allait poursuivre en justice la Compagnie de la Baie d’Hudson (HBC). La porte-parole de La Baie, Tiffany Bourré, affirme que l’entreprise est «en désaccord avec ces allégations et entend se défendre vigoureusement». Les enquêteurs, qui ont notamment épluché plusieurs circulaires, reprochent par exemple à La Baie d’avoir annoncé, entre le 25 avril et le 1er mai 2014, un matelas de marque Sealy au prix soldé de 788 $, une supposée économie de 1 210 $ sur le prix habituel de 1 998 $. Le hic, selon le Bureau de la concurrence, c’est que La Baie n’aurait jamais vendu ce modèle de matelas au prix de 1 998 $. Ce n’est pas la première fois que HBC est montrée du doigt pour avoir trompé les consommateurs en annonçant de faux rabais.

En mars 2014, HBC avait plaidé coupable à une accusation déposée par l’Office de la protection du consommateur (OPC) qui lui reprochait d’avoir utilisé ce stratagème de «faux rabais» pour la vente de matelas. HBC avait alors dû payer une amende totalisant 32 510 $.

En mars 2016, l’OPC lançait une autre poursuite contre HBC, l’accusant cette fois d’avoir «annoncé un ensemble de marque Serta en solde à 1 298 $ et d’avoir prétendu qu’il s’agissait d’un rabais de 2 000 $ sur le prix habituel de 3 298 $. Or, l’OPC a constaté que des marchands concurrents vendaient des ensembles similaires à un prix régulier allant de 1 449 $ à 1 979 $», explique Charles Tanguay de l’OPC. Si elle est trouvée coupable, HBC pourrait devoir payer des amendes totalisant 52 692 $.

Les faux rabais dans le commerce du matelas sont fréquents. Lors de notre enquête menée en 2014, nous avions épluché les circulaires et les sites Web de détaillants, pour constater que plusieurs prétendues super aubaines n’étaient dans les faits que des pétards mouillés.

«Les détaillants de matelas ont le beau jeu, car ils vendent tous des marques et des modèles différents», explique Maryse Guénette d’Option consommateur. Dans ce contexte, il devient très difficile pour le consommateur de comparer les prix. Les mots d’ordre lorsque vous magasinez un matelas: restez vigilant, comparez et négociez.

Les pratiques commerciales qui vous induisent en erreur pour vous inciter à acheter sont illégales. Si vous croyez avoir été victime de tromperie liée à un faux rabais ou à une publicité trompeuse, que ce soit pour un matelas ou tout autre bien, consultez le site de l’OPC pour connaître les recours qui vous sont offerts.

>> À lire aussi sur notre site: Les 25 entreprises les plus réprimandées pour leurs pratiques de commerce

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.