Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

Par Pierre Duchesneau Mise en ligne : 18 avril 2017

shutterstock.com

Avant de partir pour l’étranger, sachez une fois pour toutes quel pourboire sera à prévoir à l’hôtel, au restaurant, dans le taxi, sur un bateau de croisière, dans un tout-inclus…

Si en Amérique du Nord il est courant – voire indispensable – de gratifier de quelques pièces ou billets supplémentaires le serveur au resto, le barman et le chauffeur de taxi (entre autres), il n’en va pas nécessairement de même ailleurs dans le monde. Sans compter que vous ne verserez pas toujours les mêmes montants selon le voyage que vous ferez: croisière, circuit organisé, séjour en solo dans un hôtel haut de gamme… Il n’y a pas à dire, le pourboire à l’étranger peut rapidement devenir un véritable casse-tête! Voici quelques conseils et directives pour vous aider à en replacer les morceaux.

À l’hôtel

Selon le type d’établissement (de base ou plus luxueux), laissez un montant de 2 à 5 $ par jour au personnel d’entretien qui changera les draps, nettoiera la salle de bains, etc. Faites-le quotidiennement – en d’autres mots, n’attendez pas à la fin de votre séjour pour laisser un pourboire plus consistant: les personnes chargées de ces fonctions ne sont pas toujours les mêmes d’une journée à l’autre à l’intérieur d’un même établissement, et l’employé que vous souhaitez remercier risquerait alors de ne pas profiter de votre gratitude! «Ne pas laisser de pourboire au moins tous les deux jours risque même d’avoir des répercussions dans le service: vos serviettes propres seront peut-être un peu moins bien pliées vers la fin de la semaine!», fait remarquer Jean Yves Desjardins, conseiller à Voyages Transat Anjou.

Vous ne trouvez pas d’enveloppe prévue à cet effet dans votre chambre? Laissez l’argent sous votre oreiller: l’employé saura alors qu’il lui est destiné. Si vous déposez les pièces (ou les billets) sur la table de chevet, une commode ou le téléviseur, il pourrait croire qu’il s’agit de monnaie que vous avez simplement oubliée avant de quitter votre chambre. Vous croisez la femme de ménage dans le couloir? N’hésitez pas à lui offrir votre pourboire en personne: elle sera ravie de cette délicate attention!

Nul besoin de laisser un pourboire au concierge de l’hôtel qui vous indiquera le chemin à emprunter pour vous rendre à un musée ou qui réservera un taxi pour l’aéroport. Par contre, s’il fait des pieds et des mains pour vous – trouver des billets pour une pièce de théâtre à la dernière minute ou réserver une table dans un restaurant huppé, par exemple –, remerciez-le avec quelques billets (de 5 à 20 $, selon le service demandé). Remettez-lui l’argent en personne ou glissez-le, accompagné d’un petit mot à son endroit, dans une enveloppe bien identifiée.

Vous séjournez dans une auberge, une pension ou une auberge de jeunesse? N’oubliez pas que les tâches ménagères y sont souvent exécutées par les propriétaires de l’endroit. Si vous avez droit à un service particulièrement attentionné, rien ne vous empêche de prévoir du pourboire (semblable à celui que vous laisseriez à l’hôtel); sinon, il est tout à fait acceptable de passer outre à cette règle.

Dans un tout-inclus

Même si le nom de cette formule laisse croire le contraire, il est recommandé – et, même, désormais d’usage – de laisser 1 ou 2 $ par jour au personnel d’entretien de l’endroit où vous logez (voyez nos conseils dans la section «À l’hôtel»). Seule exception, peut-être: les stations de vacances de type Club Med, où le coût du séjour est déjà élevé au départ et où les salaires du personnel sont à l’avenant. «Libre à vous de laisser un pourboire dans le cas d’un service exceptionnel, mais c’est un peu moins courant dans de tels complexes», souligne Jean Yves Desjardins.

Quant aux «cadeaux» (par exemple des vêtements ou des produits d’usage courant, comme du dentifrice ou des flacons d’acétaminophène) qu’on a parfois tendance à laisser aux employés des tout-inclus dans les pays moins bien pourvus, ils sont appréciés, mais «il s’agit d’une pratique qu’on voit surtout chez les habitués qui reviennent au même hôtel d’une année à l’autre et qui ont pris la peine de nouer des liens d’amitié avec le personnel», indique Jean Yves Desjardins.

Par ailleurs, n’oubliez pas de laisser de temps à autre quelques pièces au barman (qui prend la peine de vous préparer un cocktail personnalisé) ou au serveur du restaurant (qui fait modifier en cuisine la préparation d’un repas selon vos préférences ou vos allergies): ils remarqueront rapidement les touristes plus «généreux» et leur assureront généralement un service beaucoup plus attentionné tout au long de leur séjour!

Au restaurant et dans le taxi

D’un pays à l’autre, tout en restant sur le même continent (l’Europe, notamment), les règles ne sont pas toutes les mêmes: bonjour la confusion! Ainsi, il est courant d’ajouter 10 % du montant de l’addition dans un restaurant en Allemagne, tandis que dans la France et la Belgique voisines, il n’est recommandé que d’en arrondir le montant dans le cas d’un excellent service. Même chose lorsqu’on prend le taxi à l’étranger: s’il est coutume de laisser 10 % du montant de la course – ou d’arrondir ce dernier – dans plusieurs pays (comme l’Italie, la Grèce et le Portugal), ce n’est pas une habitude dans les pays scandinaves, par exemple.

Pour un bon aperçu global, jetez un coup d’œil à notre tableau Aide-mémoire: l’usage du pourboire dans des destinations populaires ou consultez les outils proposés dans l’encadré «Trois outils pratiques». N’hésitez pas non plus à vous informer sur place (auprès du personnel de votre hôtel, par exemple) des pratiques qui sont en cours dans le pays que vous visitez: après tout, il s’agit de questions parfaitement légitimes pour le touriste que vous êtes.

Au conducteur de navette

Dans ce véhicule qui vous transporte sans frais par exemple de l’aéroport à votre hôtel, il est tout à fait approprié (et même recommandé) de tendre 1 ou 2 $ au chauffeur avant de descendre, et ce, même si vous ne voyez aucune boîte prévue à cet effet. À noter que la «règle» se veut la même pour le trajet inverse!

Au guide accompagnateur (dans le cas d’un voyage organisé)

La norme consiste pour le voyageur à laisser environ 5 $ par jour au guide et 3 $ au conducteur de l’autocar. Mais, bien sûr, n’hésitez pas à donner plus dans le cas d’un service remarquable… ou moins s’il s’avère décevant, «par exemple si le chauffeur se perd en cours de route ou s’il a une conduite hasardeuse!», mentionne Jean Yves Desjardins. En général, l’accompagnateur fera circuler une enveloppe à la fin du séjour pour que chacun puisse y glisser le montant de son choix.

Au guide touristique local

Vous vous laissez tenter par le tour guidé d’un quartier ou d’un établissement historique? Remettez 1,50 $ ou 2 $ au guide à la fin de votre visite.

En croisière

Il est maintenant d’usage, pour les croisiéristes, d’ajouter automatiquement un montant considéré comme un pourboire global à la facture totale d’un «séjour» à bord de leurs navires; c’est particulièrement le cas aux États-Unis et dans les Caraïbes. Ces compagnies vous demanderont alors de cocher une case stipulant que vous les autorisez à prendre en charge les pourboires – qui seront prélevés automatiquement de votre compte – pour tous les services rendus pendant votre voyage. «Ce montant tourne habituellement autour de 12 $ US par jour par passager et couvre l’ensemble des services offerts par les employés sur le bateau: le maître d’hôtel, les serveurs, l’intendant de cabine et son assistant», explique Jean Yves Desjardins, conseiller à Voyages Transat Anjou.

Dans les (rares) cas où le croisiériste ne prévoit aucun pourboire prélevé d’office, il y a fort à parier qu’on vous remettra à bord une enveloppe destinée à cet effet. Il est alors habituel de laisser de 10 à 15 $ par passager par jour, plutôt que quelques montants ici et là (au serveur, au personnel d’entretien, etc.): le montant sera réparti équitablement entre les membres de l’équipage.

Qu’en est-il du bakchich?
Le bakchich est une pratique courante dans les pays arabes (comme l’Égypte et le Maroc). Il s’apparente au pourboire, en ce sens qu’on le donne en échange d’un service rendu – si on vous aide à transporter vos bagages à l’aéroport, notamment –, mais son usage se veut beaucoup plus large: en effet, dans certaines situations, il tient davantage du pot-de-vin qu’on verse pour bénéficier d’un passe-droit ou de meilleurs services (dès votre arrivée à l’hôtel, par exemple; ou alors pour obtenir une bonne table au restaurant, accélérer une formalité, etc.). Afin d’éviter qu’on abuse de vous, suivez le conseil suivant: dans la mesure du possible, exigez un reçu pour toutes les sommes qu’on vous demande de verser.

Aide-mémoire: l’usage du pourboire dans des destinations populaires

Rappel: pour des raisons pratiques, il est toujours fortement recommandé de laisser un pourboire dans la devise en usage dans le pays où vous vous trouvez.

Pays

  

Usage

       

Montant à laisser

Canada,
États-Unis,
Mexique

Presque obligatoire (à moins d’un service médiocre; expliquez-le alors à l’employé ou au gérant de l’établissement)

  

Dans les cafés et les restaurants, ajoutez de 15 à 20 % du montant de l’addition. Pour le taxi, laissez de 10 à 15 % (ou un peu plus si le chauffeur vous aide avec vos bagages, vous suggère des endroits à visiter, etc.).

Afrique du Sud,
Irlande,
Royaume-Uni

Répandu

Dans les restaurants: de 10 à 15 % du montant de l’addition (si le service n’est pas déjà compris). Notez qu’il n’est pas d’usage de laisser un pourboire dans les pubs, où on se sert directement au bar. Dans les taxis, ajoutez 10 % au montant de la course.

Allemagne

Répandu

Au restaurant, même si le service est inclus dans l’addition, il est habituel d’arrondir le montant à l’euro près (ou d’ajouter 10 % dans le cas d’un très bon service). Pour le chauffeur de taxi, arrondissez le montant.

Égypte,
Maroc

Répandu

Dans ces pays, le pourboire – aussi appelé bakchich – est une institution. En échange d’un service rendu par un employé (serveur, porteur, chauffeur, etc.), il est d’usage de le rétribuer. Prévoyez un montant de 10 à 15 % dans les restaurants et les taxis.

Inde

Répandu

Comme c’est le cas en Égypte et au Maroc, il est généralement attendu que vous laissiez un pourboire pour tout service. Au restaurant, laissez de 10 à 15 %, mais assurez-vous de donner l’argent en espèces directement au serveur (plutôt que de l’ajouter avec votre carte de crédit) pour être certain qu’il l’obtienne. Dans le taxi, arrondissez le montant de la course.

Cuba

Maintenant répandu

Le pourboire est désormais chose courante dans les lieux touristiques, et si vous ne laissez rien, on risque alors de vous le faire remarquer! Assurez-vous d’avoir toujours de la monnaie sur vous et distribuez-en à votre discrétion, selon la qualité du service rendu.

Russie

Maintenant répandu

Recevoir un petit montant supplémentaire est devenu de plus en plus commun pour les serveurs (de 10 à 15 %) et les chauffeurs de taxi en Russie. Privilégiez les espèces plutôt que votre carte pour laisser un pourboire, sans quoi, pour des raisons fiscales, les employés ne le recevront pas.

Autriche,
Belgique,
Costa Rica,
France,
Grèce,
Italie,
Luxembourg,
Portugal, République dominicaine

 

À la discrétion de chacun

 

Dans le cas d’un excellent service au restaurant, arrondissez le montant de l’addition. Pour le chauffeur de taxi, laissez 10 % (ou arrondissez le prix de la course).

Espagne

À la discrétion de chacun

Au restaurant, même si l’addition inclut les frais de service, il est habituel d’ajouter de 5 à 10 %. Cependant, il est préférable de laisser votre pourboire en espèces même si vous payez avec votre carte de crédit. Lorsque vous commandez des tapas ou des boissons dans un bar, arrondissez l’addition à l’euro le plus proche; faites de même avec le chauffeur de taxi.

Australie,
îles Fidji,
Nouvelle-Zélande,
Polynésie

Rare

Le pourboire n’est pas une pratique courante dans ces destinations, mais il demeure apprécié. Vous pouvez laisser de 10 à 15 % au serveur et arrondir le montant de la course dans le taxi.

Malaisie,
Singapour,
Thaïlande,
Vietnam

Rare

Laisser un montant supplémentaire au restaurant n’est pas habituel dans ces pays (où des frais de service de 10 % sont généralement inclus dans l’addition), mais rien ne vous empêche de laisser quelques pièces en plus, ou une somme plus substantielle dans le cas d’un restaurant haut de gamme. Le pourboire est optionnel du côté des chauffeurs de taxi, mais là encore, vous pouvez arrondir.

Chine

Rare, mais…

Traditionnellement, les pourboires ne font pas partie de la culture chinoise: chez les chauffeurs de taxi, par exemple, ils sont même carrément malvenus. Or, après avoir été longtemps interdites par la loi, les gratifications en argent dans les lieux touristiques (comme les restaurants et les hôtels largement fréquentés par les Nord-Américains) sont désormais répandues, et il est de plus en plus courant de laisser de 10 à 15 % du montant.

Corée du Sud,
 Danemark,
Finlande,
Islande,
Japon,
Norvège,
Suède

Presque inexistant

Le pourboire ne fait pas partie des habitudes locales. Par exemple, au Japon et en Corée du Sud, un bon service est standard: donner un pourboire sera vu comme une insulte! En Scandinavie, le service est presque toujours compris dans l’addition au restaurant, et les chauffeurs de taxi ne s’attendent pas à recevoir du pourboire, si ce n’est l’arrondissement du prix de la course. Néanmoins, dans tous ces pays, vous pouvez laisser un montant à votre guise si vous séjournez dans des hôtels de grand luxe.

Trois outils pratiques

 GlobeTipping (en anglais). Vendue dans l’iTunes Store, cette application fort commode vous permet, du bout des doigts, de calculer le pourboire (selon le pourcentage recommandé) dans plus de 200 destinations. L’onglet «Your Advisor» résume justement les pratiques en usage dans le pays où vous vous trouvez. 

«Etiquette 101: Your Guide to Tipping Around the World» (en anglais). Le magazine Condé Nast, une référence aux États-Unis en matière de voyage, a publié cet article fort utile (et à jour) sur les habitudes de pourboire – au resto, à l’hôtel, etc. – dans 50 pays, dont les Émirats arabes unis, le Maroc, le Pérou, la Croatie… À consulter avant de partir!

«VOYAGEZ MALIN – Tout savoir sur les règles des pourboires pendant vos vacances». Réalisé par Travelex, une société de transferts commerciaux internationaux d’argent, ce guide convivial avec ses icônes (dont celles sur les devises en usage dans les pays) s’attarde à 26 destinations populaires, comme la Turquie, la Thaïlande et la Grèce. «Un conseil de base pour commencer? Si le service n’a pas été à la hauteur, ne laissez simplement pas de pourboire», rappelle Travelex. En format pdf.

Cet article a été réalisé grâce à un partenariat entre Protégez-Vous et l’Office de la protection du consommateur, dans le cadre de leur mission d’information et d’éducation des consommateurs.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Loisirs et famille

Commentaires 3 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par guy Gauvreau | 24 avril 2017

    SVP veiller mieux expliquer: le pourboire devenue obligatoire est une institution typiquement de la culture américaine (j ai fait 58 pays et dans très peu de pays le pourboire est obligatoire comme ici). Le pourboire ici est dans les fait une subvention pour combler la différence des salaires entre le minimum légal et le tarif offert par le restaurateur a l employé. Si les salaires dans la restauration par exemple serait pareil a la lois (comme en Europe) nous ne serions pas oblige de payer de 15% de plus sur la facture. C est pour cette raison spécifique (salaire égal a la lois) que le pourboire est mois utilise en Europe qu ici. Je ne suis pas gratte cent, mais le pourboire d ici est un automatisme et cela n est pas la raison pour laquelle le pourboire a été instauré originalement.

  • Par René Labelle | 09 juillet 2017

    Je suis bien d'accord avec Monsieur Gauvreau. Nous revenons de deux voyages en Europe (Espagne et Italie). Le pourboire doit demeurer une GRATITUDE non obligatoire. Nous avions un accompagnateur québécois excellent. En Italie aucun pourboire aux serveurs dans les restaurants malgré qu'à plusieurs restaurants on trouvait des petits cartons "pourboire accepté". Un fléaux pour ne pas dire une arnaque que vous n'avez pas dénoncé sont les frais de service que certains restaurants ajoutent sur la facture. Jusqu'à 5 euros par personne! J'écris arnaque car ce n'est pas inscrit sur le menu du restaurant. Il est important à le demander avant d'entrer: AVEZ-VOUS des FRAIS de SERVICE? Ne soyez pas gêné !

  • Par René Labelle | 09 juillet 2017

    Offrir un pourboire de 1 à 5 euros en argent par jour pour tous les services et PAYER en ARGENT comptant est-ce encourager le travail au noir ???

    Payer un pourboire d'avance à une compagnie pour une croisière qui en plus ajoute les taxes de leur pays sans savoir si le montant sera officiellement offert au personnel est-ce légal ?