Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous créer un profil

En vous créant un profil, vous recevrez nos nouvelles, bulletins et offres via courriel.

Par Nathalie Côté Mise en ligne : 11 avril 2017  |  Magazine : mai 2017

shutterstock.com

Permis de conduire international, conduite à gauche, sièges d'auto pour enfants, assurance auto... Les lois et la signalisation varient d’un pays à l’autre.Voyez nos conseils avant de prendre le volant à l'étranger.

Vous prévoyez vous déplacer en voiture lors de vos prochaines vacances ? Avant de partir, vérifiez que vous possédez tous les documents requis (permis de conduire international, assurances, etc.) et renseignez-vous sur les particularités locales.

Le permis de conduire international (PCI)

Dans certains pays (comme l’Italie, l’Espagne et la Thaïlande), les conducteurs étrangers doivent détenir un permis international. Ce document, valide pour un an, est une traduction officielle de votre permis dans une dizaine de langues. Lorsque vous prenez le volant, vous devez toujours avoir les deux permis avec vous.

Pour savoir si le pays que vous visitez exige le PCI, consultez le site web de l’ambassade canadienne de votre destination ou posez la question à votre agent de voyages.

S’il n’est pas obligatoire partout, le permis international peut néanmoins s’avérer utile. « Dans un pays où l’anglais et le français ne sont pas utilisés, cela facilite la communication avec les forces de l’ordre », souligne Annie Gauthier, porte-parole de CAA-Québec. De plus, certaines agences de location de voitures peuvent l’exiger.

25$
prix d'un permis de conduire international
Source: CAA-Québec.

La CAA est la seule instance canadienne autorisée à délivrer un PCI. Pour vous le procurer, vous devez avoir au moins 18 ans et présenter :

• votre permis de conduire régulier ou probatoire (le permis d’apprenti conducteur ne permet pas de l’obtenir) ;

• deux photos de type passeport identiques, qui datent d’au plus deux ans et que vous aurez signées.

Vous pouvez déposer votre demande en vous rendant en personne dans l’un des centres Voyages ou centre d’immatriculation de CAA-Québec. Les frais sont de 25 $ et vous aurez votre PCI le jour même. Si vous êtes à l’étranger, vous pouvez faire une demande par la poste. Les frais sont alors de 27 $ et vous devrez attendre de deux à trois semaines.

Les règles de sécurité routière

Si la signalisation routière est semblable à la nôtre chez nos voisins du Sud, elle risque de vous laisser perplexe dans d’autres pays. Avant de partir, effectuez une recherche dans Internet (sur des sites comme Wikipédia) pour vous familiariser avec les différents panneaux, recommande Annie Gauthier.

Vous trouverez aussi certaines informations de base (comme la réglementation relative à l’alcool au volant) dans les guides de voyage portant sur votre destination ainsi que dans les sites d’entreprises de location automobile qui font affaire dans le pays où vous vous rendez, suggère Karine Phaneuf, conseillère à l’agence Voyage Absolu.

Conduire à gauche

Au Royaume-Uni, en Australie, en Thaïlande et en Afrique du Sud, par exemple, les voitures circulent à gauche, une façon de faire qui peut être déstabilisante. « Vos repères sont modifiés quand vous conduisez à gauche, indique Annie Gauthier. Il faut donc augmenter votre niveau de concentration. »

Karine Phaneuf, qui a loué un scooter lors de son voyage aux Bermudes, peut en témoigner. Pour se préparer, elle avait fait rouler (à gauche !) les petites voitures de son fils sur un tapis représentant un réseau routier. « Même si cela semble enfantin, [cet exercice] m’a vraiment aidé à penser différemment », assure-t-elle. Elle recommande aussi d’éviter le centre-ville à l’heure de pointe, le temps de vous habituer.

Le siège d’auto pour enfant

Votre enfant voyage avec vous ? Son siège d’auto canadien ne répond peut-être pas aux normes qui sont en vigueur dans d’autres pays. « Aux États-Unis, les sièges canadiens sont tolérés, souligne Annie Gauthier. Si vous voyagez ailleurs, demandez à l’agence de location de voitures de vous en fournir un, adapté au poids de votre enfant, moyennant des frais supplémentaires. » Faites-en la demande avant de partir pour vous assurer d’en avoir un une fois arrivé à destination.

Le coût de location d’un siège varie selon l’agence et la destination, mais vous devriez prévoir de 10 à 15 $ par jour. Si votre voyage est long, il peut s’avérer moins coûteux d’en acheter un sur place.

L’assurance auto

Lorsque vous utilisez votre véhicule aux États-Unis, vous n’avez pas besoin de prendre une nouvelle assurance automobile. Demandez toutefois à votre assureur de vous fournir la version anglaise de votre police, et traînez-la avec vous. Annie Gauthier recommande aussi de faire augmenter votre couverture pour la responsabilité civile à deux millions de dollars. Les montants accordés dans ce pays dans le cas de poursuites pour dommages corporels ou matériels peuvent en effet être très élevés.

Si vous louez une voiture au Canada et aux États-Unis, l’avenant F.A.Q. 27 du contrat d’assurance de votre automobile vous couvre si vous conduisez un véhicule qui ne vous appartient pas. Demandez à votre assureur de l’ajouter au besoin, puis vérifiez si le montant de la couverture (de 35 000 à 100 000 $) égale ou dépasse la valeur de l’auto louée. Confirmez aussi avec votre assureur que votre protection est complète (collision, feu, vol, vandalisme).

En dehors du Canada et des États-Unis, votre contrat d’assurance québécois ne vous couvre pas. Payer la location avec votre carte de crédit pourrait toutefois vous permettre d’être assuré. Contactez l’émetteur de votre carte pour être certain que c’est bien le cas. Sinon, vous devrez souscrire un contrat d’assurance auprès du locateur du véhicule.

En cas d’accident

Si vous êtes victime d’un accident de la route, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) vous indemnise pour les dommages corporels que vous pourriez avoir subis, que vous soyez ou non responsable.

La SAAQ recommande de ne signer aucun document avant de l’avoir contactée et de n’accepter aucune somme d’argent. Faites rédiger un rapport de police et obtenez-en une copie. Si possible, prenez en note les renseignements sur l’autre personne impliquée dans l’accident (ses coordonnées et celles de son assureur, son numéro de plaque, etc.). Indiquez aussi les noms et les coordonnées des témoins, de même que les détails de l’accident – le tout, idéalement, en prenant des photos.

Advenant le cas où l’autre conducteur est fautif, vous pouvez le poursuivre si vous le désirez. Vous devrez d’abord en aviser la SAAQ, car elle pourrait décider d’exercer le droit de poursuite dont elle dispose contre lui.

Éviter les ennuis

Sur son site, le gouvernement canadien fournit de nombreux conseils aux voyageurs. Au Mexique, par exemple, il recommande de garder les portes du véhicule verrouillées et les vitres fermées en tout temps (surtout aux feux rouges), car vous pourriez être la cible de voleurs. En Suède et au Japon, il prévient que certaines routes peuvent être fermées en hiver. Dans le nord de l’Italie, les voyageurs sont invités à se méfier du brouillard et de la mauvaise visibilité sur les routes. Le site fédéral précise également la marche à suivre en cas de panne ou d’accident.

« Les voyageurs peuvent aussi discuter de leur itinéraire avec le personnel de l’agence de location automobile, souligne Karine Phaneuf. S’ils vont en région montagneuse, on leur recommandera peut-être de mettre des pneus d’hiver même si le printemps semble bien installé, par exemple. » Par ailleurs, les guides de voyage renferment aussi plusieurs informations pratiques sur les péages, l’horaire des stations-service et le stationnement.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Automobile

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.