Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les accidents en hiver et l’assurance : démystifier le vrai du faux

Article d'un partenaire
de Protégez-Vous

Par Groupement des assureurs automobiles Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 24 novembre 2016 iStock

iStock

Démêlons le vrai du faux au sujet du règlement de sinistres autos.

Je serai indemnisé par mon assureur si j’ai un accrochage en plein hiver, même si mes pneus d’hiver n’étaient pas installés.

VRAI. Vous serez indemnisé, pourvu que vous ayez les protections requises à votre contrat d’assurance. Mais attention! Non seulement vous aurez un sinistre inscrit à votre dossier, mais vous risquez également d’avoir une amende à payer : au Québec, les pneus d’hiver sont obligatoires du 15 décembre au 15 mars!

Il faut faire venir la police suite à un accrochage pour déterminer la responsabilité de chacun dans l’accident.

FAUX. Ce n’est pas la police, mais plutôt l’assureur qui détermine la responsabilité de son assuré lors d’un accident. Pour ce faire, il s’appuie sur la Convention d’indemnisation directe. Il n’est donc pas nécessaire de faire venir les policiers, sauf s’il y a des blessés.

Comme les conditions de la route – chaussée glacée et soleil aveuglant – sont mauvaises, je ne serai pas responsable si je n’arrive pas à freiner à temps et cause un accident.

FAUX. Vous serez tout de même considéré comme responsable de l’accident, car il est de votre devoir d’adapter votre conduite aux conditions de la route.

Le conducteur qui me précède freine brusquement et je frappe l’arrière de son automobile. Il sera tenu responsable de l’accrochage.

FAUX. C’est vous qui serez responsable, car vous devez garder en tout temps une distance raisonnable avec le véhicule qui vous précède pour vous donner assez d’espace pour freiner en toute situation… surtout l’hiver où l’état de la chaussée peut nous réserver des surprises.

Je ne serai pas indemnisé par mon assureur si mon véhicule a été volé parce que j’avais laissé le moteur en marche en raison du temps froid.

FAUX. Vous serez quand même indemnisé si vous avez souscrit la protection pour le vol de votre véhicule… mieux vaut toutefois faire attention pour ne pas faciliter la vie aux voleurs.

Il est inutile de déclarer un accrochage à son assureur si on ne fait pas de réclamation.

FAUX. Il est important de toujours aviser son assureur, même si on ne fait pas de réclamation. De cette manière, votre assureur aura votre version des faits et il pourra l’inscrire au Fichier central des sinistres automobiles (consulté par tous les assureurs au moment de la souscription). Si vous ne déclarez pas l’accrochage et que l’autre automobiliste le fait, seule sa version figurera à votre dossier.

Si je ne suis pas responsable de l’accident, je serai indemnisé par mon assureur même si je ne suis pas assuré pour les dommages à mon véhicule?

VRAI. Lorsque vous n’êtes pas responsable d’un accident, votre assureur vous remboursera pour les dommages à votre véhicule, même si vous n’avez pas souscrit la protection collision.

Je dois toujours payer le montant de ma franchise si je réclame, même si je ne suis pas responsable de l’accident.

FAUX. Si vous n’êtes pas responsable de l’accident, vous n’aurez pas de franchise à payer. De plus, vous serez indemnisé, même si vous n’avez pas souscrit de protection pour des dommages à votre véhicule.

Des questions sur l’assurance auto?
Visitez les sites Web InfoAssurance.ca et le www.gaa.qc.ca. Vous pouvez également contacter le Centre d’information sur les assurances sur les assurances au 514 288-4321 (région de Montréal) ou au 1 877 288-4321.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Partenaires