Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

8 mythes sur l’assurance auto

Article d'un partenaire de Protégez-Vous

Par Groupement des assureurs automobiles Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 25 Février 2016

image

Photo: iStock

Plusieurs fausses croyances sont répandues au sujet de l’assurance auto : démêlons le vrai du faux.

Plusieurs fausses croyances sont répandues au sujet de l’assurance auto : démêlons le vrai du faux.

1. Une auto rouge coûte plus cher à assurer.

FAUX. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte lorsque vient le temps de déterminer le montant d’une prime d’assurance auto. C’est le cas, entre autres, pour les caractéristiques du véhicule (modèle, année, équipement, etc.), l’usage que vous en faites (kilométrage et lieu d’utilisation), votre profil (âge, sexe, etc.), les protections choisies et votre historique de sinistres.

Mais la couleur de votre auto n’est pas considérée dans le calcul de votre prime par votre assureur.

2. Les hommes paient leur assurance auto plus cher que les femmes.

VRAI et FAUX. Tout dépend du groupe d’âge. Selon les statistiques* on note une grande différence dans le coût de la prime dans le groupe des 16 à 20 ans (prime pour la protection collision en 2014 : 739 $ pour les hommes et 524 $ pour les femmes).

L’écart diminue à chaque tranche d’âge, pour arriver à une prime presque identique pour le groupe des 45 à 64 ans.

Il est intéressant de savoir que la prime moyenne est liée directement à la fréquence des sinistres : plus la fréquence est élevée, plus importante est la prime d’assurance pour la collision.

3. Ce sont les Québécois qui paient le moins cher leur assurance auto au pays.


VRAI. La prime moyenne d’assurance auto au Québec s’élevait à 717 $ en 2014 (montant de la prime moyenne pour l’assurance des dommages matériels et la prime pour les dommages corporels de la SAAQ).

Si on se compare à nos voisins les plus proches, au Nouveau-Brunswick, la prime moyenne était de 766 $, tandis que ce montant s’élevait à 1 488 $ en Ontario.

4. Avec le régime « no fault » je ne serai jamais tenu responsable des accidents que je peux causer.

FAUX. Au Québec, le régime sans égard à la faute (ou « no fault »), s’applique seulement à la couverture de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) pour les dommages corporels. Cela signifie que la SAAQ ne tient pas compte de votre responsabilité pour vous indemniser.

Ce n’est pas le cas pour les dommages matériels à votre auto. Votre assureur privé tient compte de votre responsabilité. Vous pourriez être tenu responsable à 100 %, à 50 % ou à 0 % de l’accident. Il déterminera le niveau de votre responsabilité en se basant sur la Convention d’indemnisation directe (CID) qui contient les scénarios d’accident dans lesquels les automobilistes pourraient être impliqués.

Si vous êtes responsable, vous serez indemnisé seulement si votre police couvre la collision et vous aurez à payer le montant de la franchise. Par contre, si vous n’êtes pas responsable, vous serez indemnisé même si vous n’avez pas de couverture pour la collision et vous n’aurez pas à payer la franchise.

5. Je devrai faire une réclamation à mon assureur habitation suite au vol de mon véhicule.

Possiblement. Si lors du vol de votre auto, vous vous êtes aussi fait voler d’autres biens dans votre véhicule, comme un ordinateur, un manteau ou un sac de golf, c’est votre assureur habitation qui vous indemnisera.

Les biens qui sont des accessoires rattachés à votre véhicule seront couverts quant à eux par votre assurance auto. Il s’agit, par exemple, des câbles de survoltage, d’un porte-bagages ou des pneus d’hiver ou d’été que vous transportiez.

6. Si je cause un accident en grillant un feu rouge, je ne serai pas couvert par mon assurance auto.

FAUX. Si vous avez la protection « collision » pour couvrir les dommages à votre véhicule, vous serez indemnisé par votre assureur. Toutefois, vous aurez à payer le montant de la franchise. Si vous n’êtes couvert qu’en responsabilité civile, vous ne serez pas indemnisé pour cet accident.

7. Je peux contester la décision de mon assureur de déclarer mon auto perte totale?


VRAI. En général, votre assureur déclare une auto perte totale si le coût des réparations est supérieur à sa valeur. Il tient compte de plusieurs facteurs dont, l’âge du véhicule, son état général, les réparations liées au sinistre et sa valeur sur le marché.

Si vous n’êtes pas d’accord avec la décision de votre assureur, il vous revient de documenter votre dossier et de négocier une entente de règlement avec lui. Si vous ne parvenez pas à vous entendre, vous pourrez également contester la décision de l’assureur en arbitrage ou devant les tribunaux.

8. Mon auto sera réparée automatiquement avec des pièces neuves.


FAUX. Selon le contrat de base en assurance auto, les véhicules seront réparés avec des pièces usagées.

Pour que votre véhicule soit réparé avec des pièces neuves, vous devez avoir souscrit :

• L’avenant « valeur à neuf » (F.A.Q. No 43 – Modification à l’indemnisation – Option 43A – Perte partielle – Pièces neuves)

• L’Assurance de remplacement (F.P.Q. No 5).

Si vous n’avez pas une ou l’autre de ces protections, il est quand même possible de faire réparer votre auto avec des pièces neuves d’origine en payant la différence de prix avec les pièces usagées.

Une exception : un pare-brise sera toujours remplacé par une pièce neuve.

Des questions sur l’assurance auto?

Visitez les sites Web InfoAssurance.ca et le www.gaa.qc.ca. Vous pouvez également contacter le Centre d’information sur les assurances sur les assurances au 514 288-4321 (région de Montréal) ou au 1 877 288-4321.

* Dommages matériels seulement. GROUPEMENT DES ASSUREURS AUTOMOBILES, Plan statistique automobile, Résultats généraux, Voitures de tourisme, 2014. www.gaa.qc.ca