Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Bien se protéger lorsqu’on est travailleur autonome

Article d'un partenaire
de Protégez-Vous

Par Bureau d'Assurance du Canada Partenaire de Protégez-Vous Mise en ligne : 11 février 2015

image

Photo: iStock

Votre sous-sol a été rénové et réaménagé de façon à ce que vous puissiez opérer votre nouvelle compagnie depuis votre domicile. Vous avez acheté de nouveaux ordinateurs, des logiciels ultras performants, des téléphones à la fine pointe de la technologie et des meubles qui donnent envie de s’installer et de travailler. Bref, vous avez pensé à tout… mais avez-vous informé votre assureur?

Si vous êtes travailleur autonome et que vous exercez vos activités depuis votre résidence, il est essentiel d’en informer votre assureur, afin de ne pas mettre votre entreprise en péril, s’il survenait un sinistre. En effet, s’il se produisait un incident alors qu’une partie de votre domicile est utilisée à des fins professionnelles, l’assureur serait en droit de ne pas vous indemniser, même si le sinistre n’est pas relié à vos activités professionnelles.

En revanche, avec une assurance pour travailleur autonome, vos protections correspondront davantage à vos besoins ainsi qu’à ceux de votre entreprise, et vous procureront une couverture adéquate en cas de pépin.

Protéger ses biens
Il est important de garder en tête qu’un contrat d’assurance habitation couvre les activités de la vie privée. Par conséquent, il y a des limites de couvertures pour certains items en assurance des particuliers, qui pourraient s’avérer nettement insuffisantes pour une entreprise. C’est le cas notamment de la limite de 2 000$ pour le remplacement du matériel informatique. Il y a fort à parier que ce montant ne couvrirait pas le rachat des ordinateurs et des logiciels qu’utilise votre compagnie.

Il en est de même pour la pièce qui a été revue et adaptée à votre nouveau statut de travailleur autonome. Qu’il s’agisse d’une pièce ou d’un sous-sol complet, il est important là encore, d’informer votre assureur des travaux qui ont été effectués et des nouveaux meubles qui ont été achetés. Cela vous permettra d’avoir le bon montant d’assurance pour couvrir d’éventuels dommages.

En fin de compte, votre assureur ou votre courtier sont de loin les mieux placés pour évaluer vos besoins de couverture en fonction de la profession que vous exercez et pour déterminer le type de contrat qui convient le mieux à votre situation.

Au-delà des biens
Au-delà de la question des biens, une assurance pour travailleur autonome vous permettra d’obtenir des protections additionnelles pour couvrir :

• Les pertes d’exploitation. Vous pourriez y avoir recours par exemple, si vous ne pouvez opérer pendant un certain temps après un sinistre ou si vos fournisseurs ne peuvent vous approvisionner parce qu’ils ont eux-mêmes subi un sinistre. Parfois, certaines protections couvrent aussi le salaire des employés.

• Les frais supplémentaires. Ils vous seront utiles si vous devez déménager votre entreprise pendant les réparations à la suite d’un sinistre couvert ou si vous ne pouvez accéder à votre résidence parce que les autorités civiles en interdisent l’accès, en raison d’un sinistre couvert qui a atteint vos voisins.

• Les dommages aux données. C’est-à-dire pour reconstituer des documents importants ou des fichiers essentiels à la reprise de vos activités.

La responsabilité de l’entreprise et la responsabilité professionnelle
Autre point à ne pas négliger : la protection de l’entreprise en cas de poursuites. Il pourrait donc être judicieux de souscrire une assurance responsabilité civile pour l’entreprise. Les montants varient selon les besoins.

Si un client glisse sur une plaque de verglas et se blesse devant chez vous, il peut vous poursuivre, l’assurance responsabilité civile servira à le dédommager. Idem si un architecte qui visite un bâtiment industriel pour un projet d’agrandissement arrête par erreur la chaîne de production – causant au passage des dommages et des pertes importantes –, il pourra avoir recours à la responsabilité civile de son entreprise en cas de poursuites.

Bien que la couverture pour la responsabilité professionnelle ne soit pas disponible par le biais du contrat pour travailleur autonome, dans certains cas, selon le type d’activité professionnelle, il peut être important d’en souscrire une tout de même. Un traducteur qui ferait perdre de l’argent à son client, à cause d’une traduction erronée, pourrait recourir à son assurance responsabilité professionnelle, s’il se faisait poursuivre.

Des questions?
Visitez notre site Web à InfoAssurance.ca ou contactez l’un de nos agents du Centre d’information sur les assurances au 514 288-4321 (région de Montréal) ou 1 877 288-4321.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Partenaires