Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Le téléphone intelligent au Québec en cinq statistiques

Par Maxime Johnson
telephone-intelligent

Aucune technologie ne s’est plus incrustée dans nos vies au cours de la dernière décennie que le téléphone intelligent. Et son utilisation continue de progresser, comme le démontrent ces cinq statistiques tirées de l’étude annuelle NETendances de l’Académie de la transformation numérique de l’Université Laval.

1. 81 % des adultes québécois ont un téléphone intelligent

Plus de quatre adultes québécois sur cinq possèdent un téléphone intelligent, selon l’étude NETendances sur l’usage des appareils mobiles au Québec en 2020. C’est une hausse de 4 % par rapport à 2019, et de 19 % par rapport à 2017.

La statistique cache toutefois une disparité encore importante entre les générations. En effet, si 95 % des 18 à 34 ans possèdent un tel appareil, seulement 55 % des 65 ans et plus peuvent en dire autant. Mais l’écart rapetisse : en 2019, ces taux étaient plutôt de 94 % et de 46 % respectivement.

Notons que le taux d’adoption des autres appareils mobiles est plus petit, soit de 59 % pour les tablettes électroniques (en hausse de 4 % par rapport à 2019) et de 21 % pour les montres intelligentes et les bracelets d’activité connectés (en hausse de 5 % par rapport à 2019).

2. La moitié des Québécois ont effectué un dépôt mobile en 2020

Les services bancaires mobiles ont gagné en importance au cours des dernières années. Pour 31 % des adultes québécois, le téléphone est désormais le principal moyen utilisé pour effectuer des opérations (contre 26 % en 2019). La pandémie pourrait avoir joué un rôle ici, puisque la proportion de Québécois utilisant principalement les visites en personne s’est effondrée, passant de 26 % en 2019 à 10 % en 2020.

Une autre statistique a explosé en 2020 : l’utilisation du dépôt mobile, où un chèque est déposé en le prenant en photo avec la caméra de son téléphone intelligent. Alors que celui-ci n’avait été utilisé que par 25 % des Québécois en 2019, 48 % d’entre eux s’en sont servi au moins une fois en 2020, une hausse de 23 %. La proportion est encore plus élevée chez les 18 à 34 ans, à 68 %.

3. 50 % des enfants du primaire utilisent un téléphone intelligent

L’étude NETendances 2020 analyse aussi l’utilisation du téléphone chez les jeunes. Ce sont 50 % des enfants du primaire qui utilisent un téléphone intelligent, que ce soit à la maison ou ailleurs (l’étude ne distingue toutefois pas s’il s’agit d’un appareil personnel ou s’ils empruntent celui de leurs parents, dans la voiture par exemple). Chez les élèves du secondaire, ce taux passe à 80 %.

À l’inverse de la population générale, il est intéressant de noter que la tablette électronique (71 %) est dans l’ensemble plus populaire que le téléphone (62 %) chez les 6 à 17 ans. Les lecteurs de musique comme l’iPod sont aussi encore passablement utilisés, avec un taux de 22 %.

4. 52 % des 18-24 ans prévoient s’acheter un nouveau téléphone

S’il faut se fier à l’étude NETendances, les jeunes adultes québécois prévoient dépenser beaucoup cette année. En effet, pas moins de 52 % d’entre eux souhaitent acheter un téléphone intelligent en 2021, un taux qui s’élève à 27 % pour la population générale.

Et c’est vraiment l’âge qui est le facteur déterminant par rapport aux prévisions d’achat. Plus les groupes sondés sont âgés, moins ils ont de chance de vouloir acheter un appareil (seuls 7 % des 75 ans et plus prévoient le faire, par exemple). L’argent, lui, a un impact beaucoup plus limité ; 29 % de ceux qui gagnent moins de 20 000 $ par année prévoient ainsi acheter un appareil en 2021, soit le même taux que chez ceux qui gagnent de 80 000 à 100 000 $.

5. 1 propriétaire de téléphone sur 5 n’a pas de forfait de données

Quelque 22 % des propriétaires de téléphone intelligent ne souscrivent à aucun forfait de données, une statistique assez stable au cours des dernières années (21 % en 2018 et 23 % en 2019). Ici aussi, il y a une différence importante selon les groupes d’âge : seuls 10 % des 18 à 34 ans n’ont pas de forfait, contre 46 % pour les 65 ans et plus.

Il sera intéressant de suivre l’évolution de cette statistique en 2021. Selon le ministère fédéral de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, le prix des forfaits des marques secondaires des grands opérateurs au Québec a diminué entre l’hiver 2020 et l’hiver 2021 de 17 % pour les forfaits de 6 Go, de 27 % pour les forfaits de 4 Go et de 20 à 30 % pour les forfaits de 2 Go.

Des forfaits plus abordables inciteront peut-être les récalcitrants à changer leur fusil d’épaule.

>> Consultez notre comparateur de forfaits cellulaires et notre test de téléphones intelligents.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.