Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Pourquoi les piles miniatures sont dangereuses pour les enfants

Par Rémi Leroux
piles-boutons-attention-enfants Shutterstock.com

Les piles miniatures utilisées dans des cartes de vœux musicales, des souliers clignotants, des porte-clés et autres produits d’usage courant peuvent provoquer de très graves lésions en cas d’ingestion. Les enfants sont particulièrement exposés.

Les piles boutons sont un véritable danger pour la santé en cas d’ingestion. Elles peuvent causer l’obstruction des voies respiratoires ou de graves brûlures chimiques internes au niveau de l’œsophage, du larynx, de la trachée ou de l’estomac, en moins de deux heures. Dans certains cas, comme l’a rapporté le magazine britannique Which? en février 2022, l’ingestion peut même entraîner la mort.

Parce qu’ils mettent souvent les objets à la bouche et parce qu’une pile bouton peut être confondue avec un bonbon, les jeunes enfants sont particulièrement exposés.

Le miel pour réduire les impacts

En cas d’ingestion ou de suspicion d’ingestion, «la première et seule chose à faire, c’est de se rendre aux urgences et de bien expliquer la situation au personnel de soins, indique Debbie Friedman, directrice du service de traumatologie de l’Hôpital de Montréal pour enfants. Le délai de prise en charge peut être décisif».

Si l’ingestion est confirmée, plus la pile est retirée rapidement, moins elle aura le temps de se corroder. Sachez également que le miel peut aider à réduire les dommages causés par les piles boutons.

«Si votre enfant est âgé de plus d’un an, vous pouvez, sur le chemin des urgences, lui donner 2 cuillerées à thé de miel toutes les 10 minutes pour un maximum de 6 cuillerées à thé», confirme Debbie Friedman. Assurez-vous toutefois qu’il est toujours en mesure d’avaler et que l’incident s’est produit il y a moins de 12 heures. Le miel, en s’étalant sur les parois internes, peut contribuer à réduire le risque de brûlure.

Toutefois, ne donnez surtout pas de miel à un enfant de moins d’un an, car, dans ce cas, cet aliment peut favoriser le botulisme infantile. «Le botulisme infantile implique l'ingestion de spores (cellules) qui peuvent grandir dans l'intestin des enfants et devenir toxiques», précise Debbie Friedman. Cette condition devient rare après l’âge d’un an.

Prévenir les accidents

Pour éviter d’en arriver là, de nombreux gestes peuvent être posés à la maison afin d’éviter qu’un jeune enfant puisse accéder à une pile bouton. Santé Canada recommande de passer en revue tous les produits de la maison qui en contiennent comme les montres, calculatrices, appareils auditifs, des jouets musicaux, certains livres et autres bijoux fantaisie, et de vérifier régulièrement que les compartiments des piles boutons sont bien fixés. Ceux qui ont une vis sont plus sécuritaires que ceux à glissière.

Il est également recommandé de «superviser les enfants lorsqu’ils utilisent des produits contenant des piles boutons» et de ne «jamais conserver les piles boutons à proximité d'aliments et/ou de médicaments». Dans ce dernier cas, et pour une personne à la vision affaiblie, «les piles miniatures peuvent ressembler à des pilules».

Combien d’incidents?

En 2020, le Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes (SCHIRPT) avait relevé 125 blessures mettant en cause des piles boutons. Un chiffre qui ne décroit pas vraiment au fil des ans. «L’ingestion de piles boutons est un problème persistant, c’est pourquoi il est essentiel de prévenir au maximum les accidents mais également d’agir très rapidement en cas d’ingestion», conclut Debbie Friedman.

>> À lire aussi : Cannabis: attention aux intoxications accidentelles chez les enfants et Enfants et huiles essentielles: gare aux intoxications

 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.