Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Maladie de Lyme: attention aux tiques cet été!

Par Florence Dujoux
tiques-maladie-lyme Sergei Aleshin/Shuttersock.com

Avis aux amateurs de plein air: le territoire des tiques transmettant la maladie de Lyme continue de s’étendre et le nombre de cas d’augmenter.

La vigilance s’impose cet été lors de vos randonnées, de vos séjours en camping ou même de vos activités de jardinage, alors que la maladie de Lyme, transmise par les piqûres de tiques, est en nette progression au Québec.

En 2021, 709 cas de maladie de Lyme ont été déclarés aux autorités de santé publique québécoise, dont 650 probablement contractés dans la province. C’est un bond de 42 % par rapport à 2019, qui détenait jusqu’ici le record d’infections, avec 500 cas. De plus, 92 % des personnes ont été infectées à l’intérieur de la province, contre 76% deux ans auparavant.

L’Estrie, avec 69 % des cas (451), et la Montérégie, avec 19 % (122), demeurent les régions les plus touchées. Ce qui ne veut pas dire que le risque est absent ailleurs!

Plus de risques

Les tiques à pattes noires (Ixodes scapularis), responsables de la transmission de la maladie de Lyme, sont désormais présentes presque partout au Québec, jusqu’au Saguenay et sur la Côte-Nord. Leur période d’activité s’est aussi prolongée: auparavant de mai à octobre, elle s’étend désormais de mars à novembre.

Heureusement, toutes les tiques à pattes noires ne sont pas porteuses de la bactérie qui cause la maladie de Lyme. Selon les derniers chiffres disponibles de l’INSPQ (2020), en moyenne, environ 21 % des tiques testées pour la présence de pathogènes étaient positives.

Reportez-vous à la carte interactive de l’INSPQ pour connaître votre niveau de risque d’acquisition de la maladie de Lyme. Il est significatif dans plusieurs secteurs du sud de la province, notamment en Estrie, en Montérégie, en Mauricie, en Outaouais, sur les îles de Montréal et de Laval, et jusque dans certaines zones des Laurentides et de Lanaudière.

Miser sur la prévention

Actuellement, il n’y a pas de vaccin disponible contre la maladie de Lyme pour les humains. La prévention est donc votre meilleure alliée, d’autant que les tiques peuvent se retrouver jusque dans votre cour!

Que vous vous aventuriez dans les boisés ou que vous tondiez les hautes herbes, il est recommandé de porter des vêtements longs et des souliers fermés, et de glisser le bas de vos pantalons dans vos chaussettes. En randonnée, empruntez des sentiers dégagés et utilisez un chasse-moustiques à base de DEET ou d’icaridine sur les parties exposées du corps, à l’exception du visage.

Au retour, prenez le temps d’examiner vos vêtements, votre corps et votre compagnon à quatre pattes, le cas échéant. Si une tique s’est agrippée à la peau, saisissez sa tête avec une pince à épiler et tirez doucement pour la retirer, puis lavez la plaie avec du savon. Le risque de contracter la maladie de Lyme est pratiquement nul si la tique est retirée dans les 24 heures.

Vous êtes invité à prendre la bestiole en photo et à télécharger celle-ci sur eTick, la plateforme publique d’identification d’images et de suivi des populations de tiques au Canada. Dans un délai d’un jour ouvrable, un expert vous indiquera de quelle espèce il s’agit, quels sont les risques de transmission de maladie et quelle est la marche à suivre.

Surveillez les symptômes!

Ils apparaissent généralement entre 3 et 30 jours après la piqûre d’une tique infectée. Le plus fréquemment, ils prennent la forme d’une rougeur indolore, grandissant progressivement autour de la piqûre pour atteindre 5 cm ou plus. De la fièvre, de la fatigue, des maux de tête et des douleurs musculaires peuvent aussi survenir.

Il est important de consulter un médecin: une personne non diagnostiquée et non traitée précocement pourrait souffrir de complications cardiaques, neurologiques et articulaires. La maladie est traitée avec un antibiotique.

Dans les régions où les tiques sont très présentes, une dose d’antibiotique peut être administrée en prévention aux personnes qui ont été piquées sans présenter de symptômes (PPE).

Malgré l’action des antibiotiques, les symptômes peuvent parfois durer des mois, voire des années. Le ministère de la Santé et des Services sociaux a récemment annoncé l’ouverture d’une quinzaine de cliniques spécialisées pour assurer aux patients les soins dont ils ont besoin et pour permettre aux chercheurs d’en apprendre plus sur la forme persistante de la maladie de Lyme.

>> À lire aussi: De nouvelles maladies transmises par les tiques arrivent au Québec

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.