Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les Canadiens jettent 3 millions de tonnes de nourriture chaque année

Par Catherine Crépeau
gaspillage-alimentaire

Les ménages canadiens jettent chaque année près de trois millions de tonnes de nourriture, soit l’équivalent de 79 kg (175 lb) par personne. Ils sont de ce fait les plus grands gaspilleurs de denrées en Amérique du Nord, loin devant les Américains, selon un récent rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

Selon l’étude, 931 millions de tonnes de nourriture ont été perdues dans le monde en 2019, ce qui représente près de 20 % de la nourriture disponible pour les consommateurs (à la maison, dans les commerces de détail et dans les restaurants).

Au Canada, c’est près de trois millions de tonnes de nourriture qui se sont retrouvées à la poubelle, ce qui représente 79 kg (175 lb) par personne. C’est 20 kg (44 lb) de plus que l’Américain moyen, qui a jeté 59 kg (130 lb) de nourriture à domicile par personne.

La plus grande part du gaspillage alimentaire se fait à la maison. Les ménages représentent 61 % de ces pertes de denrées, suivis des services alimentaires, comme les restaurants (26 %) et les détaillants (13 %).

Le rapport du PNUE s’appuie sur des données recueillies dans 54 pays, développés comme à bas revenus. Ces données concernent la vente au détail, les restaurants et les ménages. Bien que certains pays disposent de données de faible qualité, l’ONU estime que ce portrait de la situation démontre que le gaspillage de nourriture disponible pour les consommateurs est au moins deux fois plus élevé que lors de l’évaluation de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en 2011.

De plus, ces données ne représentent qu’un portrait partiel du gaspillage puisque, selon la FAO, plus de 30 % de la production alimentaire est perdue. Au Canada, ce serait 58 %, selon une étude publiée en 2019 par l’entreprise Value Chain Management International.

Impacts environnementaux

Ce gaspillage coûte cher en termes d’environnement. Selon le rapport, « les estimations indiquent que de 8 à 10 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont liées à la nourriture qui n’est pas consommée », lorsqu’on tient compte de tous les maillons de la chaîne de production. Cela équivaut à près de quatre milliards de tonnes de gaz à effet de serre, soit plus de cinq fois toutes les émissions canadiennes.

Dans ce contexte, la lutte contre le gaspillage alimentaire « réduirait les émissions de gaz à effet de serre, ralentirait la destruction de la nature imputable à la conversion des terres et à la pollution, améliorerait l’accès à la nourriture, réduirait la faim dans le monde et permettrait d’économiser de l’argent », résume Inger Andersen, chef de la direction du PNUE, dans le communiqué qui accompagne la publication du rapport.

Suivant les objectifs de développement durable des Nations Unies, le PNUE souhaite réduire de 50 % le gaspillage alimentaire au cours de la présente décennie. En éliminant ce gaspillage, qui équivaut à 1,3 milliard de tonnes chaque année, l’ONU évalue qu’il serait possible de régler une partie des problèmes de faim dans le monde.

Selon l’ONU, près de 700 millions de personnes à travers le monde souffrent de la faim et 3 milliards n’ont pas accès à une alimentation saine. La population mondiale est estimée à 7,8 milliards d’individus.

>> À lire aussi : Gaspillage alimentaire: ce que cachent vos poubelles et Comment éviter le gaspillage alimentaire.

Lire l'article
La haute vitesse en région ne sera pas une aubaine… pour le moment

Québec et Ottawa dépenseront 826 millions de dollars pour brancher à la haute vitesse les 148 000 foyers québécois qui n’y ont pas encore accès. Les consommateurs n’auront cependant pas le choix du fournisseur, puisqu’il n’y en aura qu’un seul par région. La haute vitesse sera donc accessible, mais pas nécessairement abordable.

Lire l'article
Cultiver les légumes qui se trouvent dans votre réfrigérateur

Vous souhaitez planter des semis pour repiquer les pousses qu’ils produiront dans votre potager dès que la température le permettra. Pourquoi ne pas profiter des légumes qui sont dans votre réfrigérateur? Voici comment vous y prendre.

Lire l'article
Fin des téléphones LG: ce que vous devez savoir

Le fabricant LG a annoncé cette semaine la fermeture de sa division mobile. Voici ce que cela signifie pour les propriétaires actuels d’un téléphone de l’entreprise, mais aussi pour ceux qui considèrent en acheter un au rabais pendant que LG écoule ses derniers inventaires.

Lire l'article
Vous voulez acheter des bitcoins? Gare à la plateforme que vous utilisez!

Vous voulez investir dans les cryptomonnaies? Facile: des centaines d'applications et de plateformes vous permettent de le faire à partir d'un navigateur web ou d'un téléphone intelligent. Par contre, ces plateformes – à l'exception d'une seule – ne sont pas inscrites auprès des autorités des marchés financiers au Canada. Vous n’avez donc aucun recours si votre investissement ne se déroule pas comme prévu.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par DENIS CHABOT
    09 Mars 2021

    Gaspillage alimentaire des canadiens: FAKE NEWS de Protégez-vous?
    De toute évidence, l'auteure de l'article n'a pas lu l'étude dont elle fait mention. D'où son "scoop" sensationnaliste, alarmiste et surtout culpabilisant car la caricaturale comparaison de gaspillage avec les États-unis est incorrecte et expliquée aux pages 47-48 de l'étude, tout juste après le tableau.
    Il fallait d'abord être interpellé par cette caricaturale différence de chiffres afin de continuer à lire pour prendre en compte les explications possibles et le mode de calcul très restrictif du gaspillage américain.
    En effet, il y est mentionné que les américains mangent énormément à l'extérieur du domicile, ce qui fausse les données domestiques entre autres. Qui plus est, leur gaspillage combiné domicile-extérieur se compare à l'Australie avec l'effarante quantité de 123 kg par personne, par an.
    D'autre part, le gaspillage canadien se compare aux pays scandinaves, et de loin inférieur à celui de l'Australie 79 kg vs 102 kg. Comme quoi, un biais cognitif peut faire interpréter des événements vers ce que l'on veut croire.
    Je suis d'accord pout freiner le gaspillage sous toutes ses formes: nourriture, vêtements non-usés déclassés par la tyrannie de la mode etc.
    Je composte mes résidus alimentaires, je reprise mes bas et répare mes pantalons.
    Je crois que la culpabilisation n'est pas motivante pour l'adhésion à long terme.
    Je salue quand même les articles que vous suggérez pour réduire le gaspillage.
    Denis Chabot.

    journalist
    Par CéLINE MONTPETIT de Protégez-Vous
    22 Mars 2021

    Bonjour Monsieur Chabot,
    Nous comprenons votre commentaire. L’étude mentionne en effet qu’un Américain jette en moyenne 64 kg de nourriture par année au restaurant. Mais comme les chiffres concernant la nourriture jetée au restaurant au Canada ne sont pas disponibles, il était impossible de comparer les deux pays sur ce point. Nous avons donc choisi de nous concentrer sur les données disponibles pour les deux pays, soit la quantité de nourriture jetée à la maison, comme mentionné dans notre article.
    Nous aurions aussi pu comparer la position avec d’autres pays en Asie, en Europe ou ailleurs, mais nous avons choisi de nous comparer avec les États-Unis dont la situation est près de la nôtre.

  • Par JEAN-FRANçOIS LAPIERRE
    05 Mars 2021

    Ça pourrait être bien d'avoir une pondération selon le niveau de fraîcheur des aliments offerts lors de leur mise en marché dans le pays importateur. Il arrive qu'on découvre à la première bouchée que certains fruits ou légumes ne sont pas mangeables la journée même où ils ont été achetés... Donc on s'attendrait à première vue que les pays qui importent proportionnellement plus de denrées en gaspillent plus, puisqu'au moment de mettre les denrées importées en marché, celles-ci sont moins fraîches et périmeront plus rapidement.

  • Par JEAN-MARC PAQUET
    05 Mars 2021

    Une des raisons est la suivante: Pour faire plus de sous, les supermarchés ne vendent que de trop grosses quantités, le meilleur exemple étant le paquet de 3-4 coeurs de salade romaine pour $5. Difficile à deux de manger tout cela avant que cela ne dépérisse!