Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

5 façons de combattre les îlots de chaleur

Par Stéphane Gagné Mise en ligne : 18 juillet 2012

Combattez les ilots de chaleur végétalisez

Trop d’asphalte, pas assez de verdure: difficile de supporter la chaleur accablante lorsqu’on est entouré de béton. La solution: ajoutez du vert à votre environnement!

Les îlots de chaleur urbains surviennent lorsque des bâtisses ou de l’asphalte remplacent la végétation. La différence de température qu’on trouve entre un quartier planté d’arbres et un stationnement de centre commercial illustre bien ce qu'est un îlot de chaleur: une zone très chaude où la température est beaucoup plus élevée qu'aux alentours. Lorsque le mercure augmente de plusieurs degrés et que la température dépasse la moyenne qu’on retrouve ailleurs en ville – notamment pendant une canicule –, la chaleur peut engendrer des problèmes de santé. De fait, les îlots de chaleur constituent une menace grandissante pour la santé publique.

Les zones de chaleur accablante ne sont d’ailleurs plus l'apanage des grandes villes. Elles existent aussi en banlieue et en région, par exemple à l’intersection de grands axes routiers, comme le quartier DIX30 et l’autoroute 10 à Brossard, ainsi que dans des centres-villes de la province, comme à Sherbrooke et à Rimouski. Une carte de l’Institut national de santé publique du Québec illustre très bien l’ampleur du phénomène pour la grande région métropolitaine.

Créer de la fraîcheur

Pour faire baisser le mercure, des citoyens, des groupes et des organismes s’activent à créer des îlots de fraîcheur qui prennent diverses formes: toits verts, ruelles vertes, plantation d’arbres, végétalisation de stationnements, murs végétaux, bref, toute mesure visant à végétaliser les surfaces occupées par l’asphalte et les constructions.

«Il faut accroître les zones d’ombre et le meilleur moyen d’y arriver, c’est en plantant des arbres», soutient Pierre Bélec, directeur de projets à la Société de verdissement du Montréal métropolitain.

Une autre mesure efficace consiste à blanchir les surfaces, comme c’est le cas avec les toitures blanches. En effet, celles-ci réfléchissent la lumière du soleil et réduisent la chaleur accumulée par les immeubles.

Un mur végétal évite de concentrer la chaleur sur la maison et rafraîchit l'intérieur. - Un mur végétal évite de concentrer la chaleur sur la maison et rafraîchit l'intérieur.
Un toit vert protège la membrane du toit  contre les effets des rayons UV tout en réduisant les îlots de chaleur. - Un toit vert protège la membrane du toit contre les effets des rayons UV tout en réduisant les îlots de chaleur.
Ces pavés perméables en béton pâle permettent à la végétation de pousser. - Ces pavés perméables en béton pâle permettent à la végétation de pousser.
La végétalisation des stationnements s’avère un bon moyen d'atténuer la chaleur ambiante. - La végétalisation des stationnements s’avère un bon moyen d'atténuer la chaleur ambiante.
La température peut varier de plusieurs degrés entre un parc urbain et une zone pauvre en végétation. - La température peut varier de plusieurs degrés entre un parc urbain et une zone pauvre en végétation.

Ville en vert

Parmi les initiatives visant à végétaliser la ville, mentionnons le projet La Ville en vert, une initiative de lutte contre les îlots de chaleur. Depuis trois ans, le Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM) et l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM) travaillent à créer des îlots de fraîcheur sur diverses propriétés de l’OHMH situées dans la métropole.

«Nous avons analysé la carte des îlots de chaleur de l’Institut national de santé publique du Québec et nous intervenons en priorité sur les immeubles les plus affectés par le phénomène», explique Patrice Godin, chargé de projet pour La ville en vert au CEUM.

Avec l’aide des résidants, on a planté des arbres et des plantes grimpantes dans des espaces où il n’y avait pas d’asphalte, de même que dans des endroits d’où il avait été retiré. «Nous avons aussi intégré l’agriculture urbaine (bacs de culture, arbres et arbustes fruitiers) là où les citoyens souhaitaient en avoir», poursuit M. Godin. Des toitures blanches ont également été installées sur une vingtaine d’habitations à loyer modique (HLM) du territoire de Montréal.

Petit à petit, ces actions porteront fruit et rendront les villes moins… brûlantes.

Sur la maison

• Faites pousser de la vigne ou d’autres plantes grimpantes sur les murs. Cette mesure peut refroidir la maison jusqu’à 10 ºC, selon Pierre Bélec. Dans certains cas, cela pourrait être suffisant pour éviter d’avoir à utiliser le climatiseur.

• Au moment de refaire votre toiture, optez pour une toiture blanche ou aménagez un toit vert.

Sur le terrain

• Plantez des arbres ou des arbustes élevés capables de créer des zones d’ombre.

• Végétalisez, en totalité ou en partie, votre entrée d’asphalte ou de gravier noir en y plantant des arbres ou autres végétaux de grande taille.

Dans votre entourage

• Impliquez-vous et transformez votre ruelle en ruelle verte. «Plantez des arbres à la limite de votre terrain afin qu’ils fassent de l’ombre dans la ruelle», suggère M. Bélec. Exigez de votre municipalité qu’elle retire les surfaces excédentaires d’asphalte devant votre maison et qu’elle y plante des arbres.

Ressource utile: Lutte aux îlots de chaleur – Ville de Montréal

>> À lire aussi: Quoi savoir avant de construire un mur végétal

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle