Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Votre animal peut vous rendre malade

Par Catherine Crépeau Mise en ligne : 23 avril 2015 Shutterstock

Votre animal peut vous rendre malade Shutterstock

Propriétaires de chiens, chats, hamsters ou tortues: votre compagnon est peut-être plus dangereux que vous le pensiez. Les animaux de compagnie peuvent transmettre plus de 70 maladies, parasites ou infections susceptibles de vous rendre malade.

Un article paru dans la dernière édition du Journal de l’Association médicale canadienne rappelle que les chats, chiens, oiseaux, poissons, amphibiens, reptiles, lapins et autres rongeurs sont d’importants vecteurs de maladies. Selon la Chaire de recherche du Canada sur les zoonoses, plus de 60 % des maladies infectieuses humaines connues et 75 % des nouvelles maladies proviennent des animaux.

Pourtant, peu de propriétaires d’animaux sont conscients des risques que ceux-ci présentent et ignorent comment les prévenir. À preuve, 77 % des ménages qui ont acheté un animal de compagnie après qu’un membre de la famille a reçu un diagnostic de cancer ont fait entrer dans leur maison un animal présentant un risque élevé pour leur santé, rapportent les auteurs qui ont revu 332 articles et études sur le sujet.

>> À lire aussi: En matière de fourrières privées, le Québec est arriéré

Morsures, salives et excréments

La transmission des infections et parasites se fait généralement par une morsure, une égratignure ou par un contact avec la peau, les muqueuses, la salive ou les excréments de l’animal contaminé. Les risques varient, notamment, selon le type d’animal, son état de santé et son âge. Les parasites sont, par exemple, moins nombreux chez les chiens et chats adultes. Dans le cas des reptiles et des amphibiens, vous pourriez être contaminé de manière indirecte, par exemple en touchant une surface contaminée par les matières fécales de l’animal.

En additionnant les maladies pouvant être transmises par les chats, perruches, cochons d’Inde et autres animaux domestiques, on en arrive à plus de 70 de sources diverses:

• Bactérienne (salmonelle, campylobacter, etc.)
• Fongique (teigne, dermatophytes, etc.)
• Parasitaire (puces, vers, etc.)
• Pathogène viral (rage, etc.)

Des cas pas toujours anodins

Pour les personnes en santé, le risque est davantage de se faire morde et que la blessure s’infecte. Il faut donc se rappeler que n’importe quel animal de compagnie peut mordre ou griffer s’il est dans une situation stressante, s’il est effrayé ou se sent menacé.

Les conséquences peuvent toutefois être graves pour les personnes vulnérables: les femmes enceintes, les personnes âgées de plus de 65 ans ou celles dont le système immunitaire est affaibli. Les enfants de moins de cinq ans sont aussi plus à risque en raison, notamment, du contact étroit qu’ils entretiennent avec leur animal. Ils se laissent facilement lécher le visage et les mains par pitou et minou et ils sont plus susceptibles de ramasser leurs matières fécales avec les mains.

Les auteurs de l’article soulignent que les cas de maladies transmises par un animal domestique sont peu nombreux et généralement sans conséquences graves chez les personnes en santé. Elles peuvent cependant affecter sévèrement les personnes vulnérables. Quelques exemples:

• La chorioméningite lymphocytaire, transmise pas l’inhalation des excréments de souris et de hamster, peut entraîner des malformations fœtales.

• L’infection au toxoplasma gondii, parasite transmis par les chats, provoque de la fièvre et se présente comme un début de grippe; elle peut avoir des effets sévères chez les femmes enceintes et les patients immunosupprimés.

• Le toxocara, présent chez un chat sur six et un chien sur quatre, s’attaque aux cellules de la rétine et peut causer la cécité chez les jeunes enfants. Heureusement, l’incidence de cette maladie est faible.

• Les deux infections les plus courantes, la giardiase (causée par le giardia) et la cryptosporidiose (causée par le cryptosporidium), sont transmises par contact avec les excréments des chiens et des chats. Elles provoquent des diarrhées chroniques ou graves et de la fièvre.

>> À lire aussi: Mon chat est mort paisiblement, malgré tout (billet de blogue)

Simples mesures d’hygiène pour minimiser le risque d’être contaminé par votre animal:

• Vous laver les mains après avoir touché votre animal;

• L’empêcher de vous lécher le visage;

• Nettoyer et désinfecter régulièrement la cage, le coussin et les jouets de votre animal;

• Changer régulièrement la litière de votre chat et le garder à l’intérieur;

• Porter des gants ou recouvrir vos mains de sacs de plastique lorsque vous ramassez les excréments de votre animal;

• Éloigner la litière de votre chat des espaces consacrés à la préparation et à la consommation des aliments;

• Faire dépister votre animal, par exemple par une analyse de ses matières fécales, et lui faire administrer un traitement vermifuge pendant ses six premiers mois de vie pour le protéger contre les parasites qui peuvent se loger dans sa fourrure et contre la majorité des parasites gastro-intestinaux.

>> À lire aussi: Soins vétérinaires indispensables pour chats et chiens

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle