Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Aide aux devoirs: malgré le numérique, les inégalités persistent

Par Rémi Leroux Mise en ligne : 19 mai 2016 Shutterstock

Shutterstock

Ordinateurs, tablettes et téléphones intelligents prennent de plus en plus de place dans la vie des écoliers, mais une récente étude montre que des inégalités persistent selon leur milieu social.

Quel parent n’a pas utilisé Internet ou une application éducative pour aider son enfant à faire une recherche sur le Bouclier canadien ou l’histoire du Québec en 1535? Selon le CEFRIO, centre de recherche et d’expertise sur les technologies de l’information et de la communication, les parents sont de plus en plus nombreux à utiliser ordinateur, tablette et téléphone intelligent pour soutenir leur progéniture dans l’accomplissement des tâches scolaires. 

C’est l’un des constats qui ressort de l’étude Portrait des compétences numériques parentales (PDF) publiée cette semaine et menée auprès de parents d’enfants âgés de 4 à 17 ans. Selon ces travaux, 90 % des parents effectuent des recherches d’informations sur le Web avec leur enfant.

>> À lire aussi sur notre site: Rentrée scolaire: quels frais devriez-vous payer... ou pas?

Télécharger des documents, utiliser les bons mots clés pour effectuer une recherche en ligne, installer une nouvelle application sur le téléphone intelligent, utiliser les outils de vidéoconférence ou de bureautique… De façon générale, les parents estiment que leurs diverses compétences numériques leur permettent de bien accompagner leur enfant. 

Une perception renforcée chez les pères, qui ont plus confiance que les mères dans leur capacité à, par exemple, «encadrer leurs enfants pour qu’ils se protègent des virus, des arnaques sur Internet et du vol d’identité, et contrôler leur identité numérique», précise Guillaume Ducharme, directeur des communications du CEFRIO. 

Des différences public-privé 

Les enfants scolarisés dans les écoles publiques disposent moins souvent d’équipement informatique à la maison que ceux qui étudient à l’école privée. Selon les auteurs du rapport, cette situation «pose un défi pour les écoles publiques qui doivent accompagner des élèves avec moins de ressources numériques et, on le suppose, moins d’expérience à les utiliser». 

Autre différence marquante: les parents détenant un diplôme universitaire possèdent plus souvent des appareils numériques à la maison que les parents non diplômés et ils s’en servent aussi plus souvent pour accompagner leur enfant dans ses devoirs et travaux scolaires, précise le rapport. 

Ce qui ne surprend pas vraiment Anne Goyette, superviseure des activités TIC à Je passe partout, un organisme communautaire qui offre des programmes de soutien scolaire dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal. Malgré certaines inégalités, l'utilisation des technologies renforce la motivation et l'estime de soi des enfants: «Une tablette, par exemple, est un outil d'apprentissage intéressant lorsque les enfants sont accompagnés.» L'organisme propose une formation destinée aux parents désirant améliorer leurs compétences numériques.

Selon la Fédération des comités de parents du Québec, l’aide aux devoirs (PDF) est essentielle et les parents doivent s’assurer que leurs enfants ont accès au matériel nécessaire pour faire leurs travaux… ce qui inclut un accès Internet.

«Une famille avec enfant sur dix au Québec ne possède pas d’ordinateur à la maison, ce qui laisse supposer que les parents ne sont pas tous égaux en matière de compétence numérique pour soutenir leurs enfants», précise cependant Guillaume Ducharme.

Ces inégalités ont-elles un impact sur le niveau d’apprentissage des élèves? Une question à laquelle, malheureusement, l’étude du CEFRIO ne répond pas. Les auteurs du rapport précisent cependant qu'un usage intensif du numérique dans un contexte scolaire «ne signifie pas nécessairement une amélioration de l'apprentissage par les élèves.» Selon les auteurs, pour que ces outils aient un impact significatif il faudrait que le numérique s'installe véritablement dans la routine des enseignants.

De quelle manière les parents aident-ils leurs enfants? 

• 90 % recherchent de l’information sur le Web;

• 67 % utilisent des outils de bureautique avec leur enfant, par exemple Word, Excel ou PowerPoint;

• 34 % utilisent avec leur enfant des outils de communication comme la vidéoconférence (Skype, par exemple) ou le clavardage;

• 30 % utilisent des services d’aide aux devoirs en ligne, par exemple Allô prof.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle