Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Comment faire face à une urgence financière

Par Frédéric Perron Mise à jour : 06 Février 2020 Shutterstock

perte-emploi Shutterstock

Perte d’emploi, panne d’auto, toiture qui fuit… Certains imprévus coûtent cher et on n’a pas toujours les liquidités pour y faire face. Où trouver l’argent nécessaire?

Les planificateurs financiers ne cessent de le marteler: vous devriez disposer d’un fonds d’urgence équivalant à au moins trois mois de salaire net. De l’argent facilement accessible, placé dans un compte d’épargne, par exemple. Voilà pour la théorie.

Or, selon un sondage réalisé en 2019 pour l'Association canadienne de la paie, 34 % des Québécois vivent d'un chèque de paie à l'autre et n'arrivent donc pas à épargner. Ainsi, en cas d’imprévu, ils doivent souvent se tourner vers le crédit.

Voici quelques options à considérer pour accéder au crédit de façon relativement abordable.

>> À lire aussi: Les intermédiaires financiers, des vendeurs de rêves

1. Marge de crédit hypothécaire

Vous êtes propriétaire d’une maison et avez une marge de crédit hypothécaire? Celle-ci vous permet d’accéder à du crédit à taux très bas (autour de 4 à 8 %). Vous pouvez emprunter et rembourser l’argent à votre guise jusqu’à concurrence de la limite accordée, un peu comme avec une carte de crédit, tant que vous payez au moins les intérêts. Bien sûr, plus vous remboursez vite, moins vous payez d’intérêts.

«Ça prend de la discipline, prévient Karine Robillard, avocate et conseillère budgétaire chez Option consommateurs. Le risque de la marge de crédit, c’est de s’endetter pendant plusieurs années. On emprunte, on rembourse, on réemprunte, on rembourse à nouveau… Ça finit par être du crédit coûteux.»

Si vous avez une maison mais pas de marge de crédit hypothécaire, vous devrez habituellement payer des frais d'évaluateur de 300 à 500 $ et des frais de notaire d'environ 500 $ pour en ouvrir une. «Ce n’est pas avantageux d'ouvrir une telle marge pour moins de 20 000 $», estime Éric Chamelot, VP Solutions hypothécaires chez Multi-Prêts Hypothèques. Il vaut alors mieux vous tourner vers une autre solution.

>> À lire aussi: Consolidation hypothécaire, attention terrain glissant

2. Marge de crédit ou prêt personnels

La marge de crédit et le prêt personnels vous permettent d’emprunter à des taux qui varient généralement de 5 à 12 %. Moins votre cote de crédit est bonne, plus le taux d’intérêt sera élevé.

Vous devrez rembourser le prêt selon un échéancier prédéterminé: 5000 $ sur trois ans, par exemple. Notez toutefois qu'il est de plus en plus difficile d’obtenir un petit prêt quand on a une mauvaise cote de crédit.

Avec une marge de crédit, vous pouvez emprunter et rembourser à votre guise, à condition de respecter votre limite de crédit. Encore là, la discipline s’impose!

>> À lire aussi: EXCLUSIF - Ils se remplissent les poches avec des prêts à 350 %

3. Carte de crédit à taux réduit

La plupart des cartes de crédit ont un taux d’intérêt très élevé, soit environ 20 à 25 %. Il est donc conseillé de rembourser chaque mois la totalité de votre solde, plutôt que le montant minimal exigé. Une carte à taux réduit pourrait toutefois vous dépanner si vous ne pouvez pas payer votre solde en entier pendant quelques mois. À titre d’exemple, au moment d’écrire ces lignes, en février 2020, la carte MBNA La Vraie Ligne Or affichait un taux d’intérêt de 8,99 %. Ce type de carte de crédit impose habituellement des frais annuels (39 $ dans ce cas-ci).

>> À voir aussi: le comparateur de cartes de crédit de Protégez-Vous

Revoyez votre budget

En cas de perte de revenu, par exemple à la suite d’une mise à pied, il vaut mieux tenter de réduire vos dépenses que de recourir au crédit, conseille Karine Robillard, avocate et conseillère budgétaire chez Option consommateurs. Même si l’exercice est douloureux, renoncer à certaines dépenses non essentielles sera à la longue plus avantageux que de s’endetter pour les maintenir. 

«N’attendez pas d’être dans une situation précaire pour demander une marge de crédit ou une carte de crédit à taux réduit, recommande toutefois Éric Chamelot. Il est toujours préférable d’en être muni avant que votre situation se détériore, ou encore qu’une dépense inattendue vous surprenne.»

À noter: la version initiale de cet article a été publiée en 2016, et nous avons fait une mise à jour des informations en février 2020.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle