Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Prestation canadienne d’urgence: évitez les surprises du fisc

Par Andrea Lubeck Mise en ligne : 17 avril 2020 Shutterstock.com

impots Shutterstock.com

La Prestation canadienne d’urgence (PCU) permet aux Canadiens ayant perdu leur emploi à cause de la pandémie d’éviter un pétrin financier. Mais cette aide imposable risque de devenir un cauchemar lors de la déclaration de revenus de l’an prochain.

Ottawa a mis en place la Prestation canadienne d’urgence pour venir en aide aux Canadiens qui subissent une perte de revenus d’emploi ou de travail indépendant en raison du ralentissement économique causé par la crise de la COVID-19. Le Québec a perdu 264 000 emplois, faisant passer le taux de chômage de février à mars de 4,5 à 8,1 %, selon des chiffres de Statistique Canada.

Cette aide financière représente un montant imposable de 2000 $ par mois pour un maximum de quatre mois, soit 8000 $. Cela signifie qu’à la fin de l’année, «vous recevrez un feuillet et devrez déclarer les montants que vous aurez perçus comme s’il s’agissait d’un revenu ordinaire, note Alain Bertrand, CPA, CA, M.Fisc. et associé au cabinet Blanchette Vachon, CPA. Vous serez imposé selon le taux d’imposition marginal établi en fonction de votre revenu.» Une porte-parole de l'Agence du revenu du Canada a confirmé à Protégez-Vous qu'il s'agirait d'un feuillet T4, et que le montant total que vous aurez reçu figurera dans la case Autres revenus.

Êtes-vous admissible à la PCU?

En date du 16 avril, vous êtes admissible à la PCU si vous:

– vivez au Canada et êtes âgé d’au moins 15 ans;

– avez cessé de travailler ou gagnez moins de 1000 $ par mois en raison de la crise;

– êtes admissible aux prestations régulières ou de maladie de l’assurance-emploi ou avez épuisé vos prestations entre le 29 décembre 2019 et le 3 octobre 2020;

– avez gagné un revenu d’emploi ou de travail indépendant d’au moins 5000 $ en 2019 ou au cours des 12 derniers mois précédant la demande;

– et n’avez pas volontairement quitté votre emploi.

Vous pouvez alors demander la prestation, soit auprès de Service Canada ou de l’Agence du revenu du Canada. Les demandes faites à l’assurance-emploi depuis le 15 mars sont automatiquement transférées vers la PCU.

Or, contrairement à votre paie régulière si vous êtes salarié, la retenue d’impôt n’est pas faite à la source pour la PCU. Si vous ne vous y prenez pas d’avance, vous pourriez être désagréablement surpris lorsque vous produirez votre déclaration de revenus ou encore lorsque vous recevrez votre avis de cotisation pour l’année 2020.

>> À lire aussi: notre test de 6 logiciels d’impôts

Mettre de l’argent de côté

Heureusement, il y a des moyens pour éviter cette situation, selon le fiscaliste. Lors de la réception du paiement, mettez-en une partie de côté. Par exemple, pour une personne qui gagne normalement un revenu de 50 000 $, le comptable conseille de mettre 37 % du montant reçu de côté.

Il conseille aussi, si vous pouvez vous le permettre, de cotiser à votre Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ou à votre CELI.

«Ce n’est pas toujours facile [d’appliquer ces solutions]. Si vous avez fait la demande pour la PCU, c’est que vous en avez besoin. Dans ce cas, dites-vous que l’impôt est exigé seulement l’année prochaine», souligne Alain Bertrand.

Maximiser les crédits d’impôt

Dans tous les cas, le fiscaliste suggère de consulter un comptable qui pourra identifier les déductions et les crédits d’impôt à maximiser afin de réduire le solde à payer à la fin de l’année.

Il rappelle toutefois que les crédits d’impôt fondés sur le revenu risquent d’être affectés par la perte de votre revenu d’emploi et la hausse des revenus liés à la PCU et que vous devrez y porter une attention particulière lorsque vous ferez votre déclaration de revenus. C’est le cas notamment des crédits d’impôt pour les frais de garde et pour les frais médicaux. «On pourrait voir une variation du taux de remboursement ou de déduction des frais de garde, par exemple», précise-t-il.

Pour l’instant, Alain Bertrand concède qu’il peut être difficile de savoir combien vous devrez rembourser l’an prochain si vous recevez la PCU. «Il faut pratiquement faire une déclaration de revenus complète pour le savoir, parce que les montants à payer ou à recevoir varient au cas par cas. Il y a tellement de déductions et de crédits possibles que certains pourraient subir des changements si mineurs qu’ils ne s’en apercevront même pas. C’est très complexe pour les gens qui ne s’intéressent pas à la fiscalité.»

>> À lire aussi: 20 crédits et déductions fiscales pour sauver de l’impôt et Comment choisir son comptable?

Des erreurs coûteuses

Plusieurs médias ont rapporté que des contribuables avaient reçu deux paiements distincts de 2000 $ de la Prestation canadienne d’urgence (PCU). L’Agence du revenu du Canada explique cette situation par le fait que ces personnes ont fait deux demandes: l’une pour les prestations d’assurance-emploi et une seconde spécifiquement pour la PCU.

Sur le site web de la PCU, l’ARC spécifie que les personnes dans cette situation doivent rembourser le montant reçu en trop. Pour ceux qui ont reçu un chèque et qui ne l’ont pas encaissé, il suffit simplement de le retourner par la poste. Ceux qui ont reçu un dépôt direct ou qui ont déjà encaissé le montant devront faire le remboursement par chèque au Receveur général du Canada. Ils devront indiquer qu’il s’agit d’un remboursement de PCU et inclure leur numéro d’assurance sociale (NAS) ou leur numéro d’identification temporaire (NIT).

AJOUT 20/04/2020: Nous avons modifié le 2e paragraphe à la suite de précisions apportées par l'Agence du revenu du Canada au sujet du feuillet que les bénéficiaires de la PCU vont recevoir à des fins d'impôts

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle