Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les meilleures villes pour le télétravail

Par Amélie Cléroux
baie-st-paul

Saint-Zotique et Baie-Saint-Paul parmi les meilleures villes pour travailler à domicile en Amérique du Nord? C’est du moins ce que conclut PCMag. Voyons voir ce qu’en pensent quelques spécialistes d’ici.

Selon le magazine spécialisé en technologie PCMag, les municipalités québécoises de Saint-Zotique et de Baie-Saint-Paul se classent parmi les 60 meilleures villes pour travailler à domicile en Amérique du Nord. Au total, dix villes canadiennes ont été retenues par la publication américaine, dans un classement qui suit celui des 50 villes américaines. Dieppe, au Nouveau-Brunswick, se classe la première au pays, suivie par Halifax, capitale de la Nouvelle-Écosse.

Pour en arriver à cette sélection, l’équipe de PCMag a évalué et comparé plusieurs critères mesurables afin de trouver des villes abordables pour y vivre et dont les habitations sont suffisamment grandes pour marier vie personnelle et travail. L’accès à une connexion internet rapide à bon prix constitue aussi un critère essentiel. Plusieurs autres facteurs s’ajoutent, comme une certaine proximité d’une grande ville, le nombre de cafés indépendants, etc.

Saint-Zotique au bord de l’eau…

Située en bordure du lac Saint-François dans la municipalité régionale du comté de Vaudreuil-Soulanges, en Montérégie, Saint-Zotique est connue pour sa grande plage qui attire les familles l’été et ses jolis quartiers au bord de l’eau. L’équipe américaine la place au 5e rang des villes canadiennes, la décrivant à la manière d’une station balnéaire… de quoi faire sourire les intervenants avec qui nous avons discuté. «On voit un peu que ça a été rédigé par des Américains qui ne sont jamais venus dans la région», s’amuse Marie-Julie Gagnon, journaliste, chroniqueuse et autrice spécialisée en voyage, sans rien vouloir enlever aux attraits de la municipalité qu’elle connaît peu.

Y vivre est bon marché, relève l’article: 84 % des résidents dépensent moins de 30 % de leur revenu pour se loger. Saint-Zotique possède en outre l’atout de se situer à moins d’une heure de voiture de Montréal. «Pour une ville à proximité de Montréal, c’est plutôt intéressant », convient Charles Brant, directeur de l’analyse du marché de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).

Le prix médian de vente d’une maison unifamiliale en 2020 y était d’un peu plus de 300 000 $. C’est moins que dans diverses municipalités en périphérie de la métropole, où il tournait aux alentours des 400 000 $, selon les données de l’APCIQ par le système Centris. 

À moins d’une quinzaine de minutes en voiture de là, la municipalité de Salaberry-de-Valleyfield est aussi un choix cohérent, selon Charles Brant. Le prix médian des unifamiliales y était d’environ 226 000 $ en 2020, tandis qu’elle offre un cadre de vie intéressant (marina, commerces, restaurants, etc.). «C’est une ville où le marché immobilier bouge beaucoup en ce moment», ajoute-t-il.

Baie-Saint-Paul : sans surprise

Au 9e rang du palmarès canadien, on retrouve Baie-Saint-Paul, un détour touristique reconnu pour ses galeries d’art ainsi que ses commerces et restaurants indépendants, à un peu plus d’une heure de voiture de la ville de Québec.

Un choix tout à fait sensé, selon Marie-Julie Gagnon. «C’est un beau coin, à proximité de la nature, dit-elle. La municipalité et les entreprises mettent des efforts pour attirer les voyageurs et les télétravailleurs, comme une auberge de jeunesse, des cafés et restaurants avec Wi-Fi, etc.» À une vingtaine de minutes de là, le Massif de Charlevoix a commencé à mettre à disposition des salles de cotravail et même la location de télécabine pour des réunions, souligne Marie-Julie Gagnon.

De plus, selon l’équipe de PCMag, 82 % des habitants de Baie-Saint-Paul dépensent moins de 30 % de leur revenu pour se loger. «Charlevoix est une région en croissance, relève Charles Brant. Baie-Saint-Paul est un choix intéressant pour son marché immobilier abordable, mais aussi pour sa couverture réseau et internet et son cadre de vie.» Le prix médian de vente des maisons unifamiliales en 2020 était d’ailleurs de 200 000 $, soit bien moindre que la médiane provinciale de 295 000 $.

Une proximité importante

Pour Tania Saba, professeure à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal, il ne fait pas de doute qu’un environnement propice – comme une pièce dédiée au bureau – et l’accès à des outils technologiques adéquats font partie des conditions favorables à un télétravail heureux. Mais vous éloigner de votre employeur? Cela pourrait avoir ses limites pour la majorité des travailleurs.

Avec la pandémie, les employés de bureau se sont habitués à travailler à domicile. Et quand la crise sera derrière nous, la majorité d’entre eux souhaitent poursuivre le télétravail s’ils en ont l’occasion, révèle une large étude internationale pour laquelle plusieurs milliers de ces nouveaux télétravailleurs, surtout québécois, ont été interrogés.

Mais attention: ce n’est pas nécessairement pour continuer de le faire à plein temps, d’après Tania Saba, qui est titulaire de la Chaire BMO en diversité et gouvernance et chercheuse derrière l’étude. «Nous sommes davantage dans l’ordre du 70 % du temps en télétravail et 30 % au bureau», estime-t-elle.

Même si elle s’attend à ce qu’une ouverture des employeurs au travail à distance ait lieu, la chercheuse ne pense pas que le monde du travail changera complètement de visage non plus. «Pour la majorité, ça passera par une adaptation des tâches à effectuer en présentiel et à distance, qui devront être bien définies par les gestionnaires et employeurs», explique Tania Saba. Par exemple: réunions et activités de groupe au bureau, mais travail individuel en télétravail.

En somme, à vous de voir ce qui constitue votre équilibre «travail-télétravail-famille» et la meilleure ville où vous installer pour l’atteindre.

>> À lire aussi : Comment diminuer son impact environnemental à l’ère du télétravail?

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.